Suivez-nous
CBD Shop France

Quick Hit Août 2022 : ce qu’on a loupé ces dernières semaines

Publié

le

Quick Hit d'Août 2020

Les consommateurs de Newsweed les plus réguliers l’auront remarqué, nous étions en pause ces 2 dernières semaines. Mais puisque l’actualité ne nous attend pas, voici un récapitulatif de ce qu’il s’est passé dans l’intervalle sur la planète Cannabis.

PUBLICITE

France

31 sénateurs du groupe Socialiste, écologiste et républicain (SER) ont signé une tribune appelant à légaliser le cannabis. En représailles, le groupe Républicain a envoyé ses plus fins couteaux à la télé pour tenter d’expliquer que c’était une mauvaise idée.

Othman Nasrou, vice-président de la région Ile-de-France quand même, a exposé qu’il ne fallait pas légaliser car « 60% du cannabis provient toujours du marché noir » au Canada, un argument qui sert d’habitude à montrer que la légalisation fonctionne bien. Si tu nous lis Othman, c’est d’ailleurs plutôt 60% de cannabis légal.

Puis Patrick Karam, lui aussi vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, est allé sur Cnews justifier son refus d’une légalisation cela lèverait « le tabou moral lié au juridique ». Le même tabou moral qui fait que la France est le plus gros consommateur de cannabis d’Europe ? Bitch please.

Europe

Le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach, a admis qu’il avait essayé le cannabis et qu’il est maintenant en faveur de la légalisation après y avoir été opposé. Dans une interview, il a donné quelques pistes sur la légalisation du cannabis en Allemagne : Plus de 5 milliards d’euros par an de recettes fiscales potentielles, une approche « ambitieuse » conforme à la législation européenne, le cannabis sera probablement disponible dans des magasins spécialisés et également en pharmacies. La rédaction de la loi devrait être terminée pour être présentée au Bundestag avant la fin de cette année, avant d’entrer en vigueur au début de 2023 et un début des ventes au plus tôt en 2024.

PUBLICITE

Les Britanniques sont désormais une majorité à soutenir une approche de réduction des risques, comme celle du Portugal, qui traite la dépendance comme une maladie mentale plutôt que comme un délit, dans un récent sondage YouGov.

Les Danois veulent aussi légaliser et laisser l’Etat s’occuper des ventes de cannabis.

Etats-Unis

Une organisation anti-drogue américaine, la Community Anti-Drug Coalitions of America (CADCA), demandait à ses sympathisants de s’opposer à un projet de loi fédéral sur la légalisation du cannabis, le Cannabis Administration and Opportunity Act (CAOA). Le plus étonnant reste les sponsors de cette organisation non-lucrative : Purdue Pharma, Pfizer, Barclays, Goldman Sachs, Deutsche Bank, Deloitte, Krispy Kreme, Johnson et Johnson ou la NFL qui fait ses propres études actuellement sur l’usage du cannabis pour la gestion de la douleurs chez les sportifs. Certaines de ces entreprises profitent activement de l’industrie du cannabis au Canada, tout en faisant des dons à une organisation qui encourage les sénateurs US à voter contre la légalisation. La CADCA a depuis supprimé la page « sponsors ».

Un projet de loi, le Medical Marijuana and Cannabidiol Research Expansion Act, a été adopté par la Chambre des Représentants et vise à développer la recherche sur l’usage médical du cannabis. Il faciliterait l’agrément de divers établissements de santé ou de recherche à « fabriquer, distribuer, dispenser ou posséder du cannabis ou du cannabidiol (CBD) à des fins de recherche médicale ».

Les universités des États qui ont légalisé le cannabis ont vu le nombre de demandes d’admission augmenter « sans baisse apparente de la qualité des étudiants candidats ».

La régulation du cannabis à New York prend trop de temps. La vente de cannabis est néanmoins déjà très ouverte, avec des camions vendant de la weed en pleine rue. La police vient d’en saisir 20.

Brittney Griner, la basketteuse professionnelle qui joue en Russie et dont la valise contenait une cartouche à vaper de cannabis, a été condamnée à 9 ans de prison. Certains rappellent l’hypocrisie du gouvernement américain qui, tout en trouvant la peine de Brittney Griner ridicule, continue d’emprisonner ses citoyens, et notamment des Noirs, pour du cannabis.

Le Dakota du Nord votera pour (ou contre) la légalisation du cannabis en novembre prochaine après qu’une initiative populaire ait recueilli un nombre suffisant de signatures.

Canada

La SQDC, qui commercialise le cannabis et ses produits dérivés au Québec, a mis en vente 3 nouveaux edibles :  des betteraves, des choux-fleurs et des figues séchées infusées au THC/CBD. Chaque bouchée contient 2,5mg de THC et 5mg de CBD. 6,90$CA les 4.

Les producteurs de cannabis légaux canadiens ont détruit un nombre record de 425 millions de grammes de cannabis séché non emballé en 2021, dépassant largement la quantité qu’ils ont pu vendre. En plus de la destruction de cannabis séché non emballé, plus de 7 millions de produits de cannabis emballés à travers le pays ont été envoyés à la destruction en 2021, selon les données de Santé Canada.

Canopy Growth a perdu 2 milliards de dollars en vendant du cannabis ce trimestre.

Le monopole de l’Ontario Cannabis Store, seul autorisé à vendre du cannabis en ligne et en gros en Ontario, commence à irriter. Il faut dire que le business est bon : l’organisme fixe les prix d’achats auprès des producteurs, prend une marge de 42% et revend ensuite aux boutiques qui devront elles aussi ajouter une marge pour tenter de vivre. Ce monopole qui engloutit les bénéfices, étouffe l’innovation et étrangle lentement la nouvelle industrie du cannabis, en particulier ses petits opérateurs et ses détaillants indépendants. Cerise sur le gâteau, suite à une attaque informatique sur l’un de ses serveurs, il a été obligé d’arrêter ses livraisons de cannabis auprès des magasins pendant une dizaine de jours.

Reste du Monde

Gustavo Petro, le nouveau président de la Colombie, appelle à la fin de la guerre contre la drogue : « Il est temps d’adopter une nouvelle convention internationale qui reconnaisse que la guerre contre la drogue a échoué ». Le pays considère désormais une dépénalisation de la consommation de cocaïne et un contrôle public de la production pour tarir l’argent des cartels. Certaines entreprises américaines sont d’ores et déjà intéressée par le business des feuilles de coca « décocaïnées », comme celles utilisées pour le Coca mais dont la production est jusqu’ici très réglementée.

Le marché du cannabis thaïlandais pourrait déjà valoir 1,2 milliards € dès 2025. Reste que la dépénalisation mise en place n’est pour l’instant pas une légalisation. Le gouvernement a rappelé que la vente de cannabis était illégale sur Khao San Road, une des avenues touristiques de Bangkok, alors même qu’au moins 4 magasins de cannabis y ont pignon sur rue. La police ne peut toutefois qu’interpeller les personnes en train de fumer en public. Plusieurs weed stores viennent par ailleurs d’ouvrir à Pattaya, Pukhet ou Ko Pha Ngan.

La Thaïlande, toujours, prend les premières mesures pour dépénaliser l’usage personnel de drogues, en adoptant des quantités seuils (1,5 g de méthamphétamine, 300 mg d’héroïne, 600 mg de cocaïne). La possession d’une quantité inférieure au seuil peut conduire à l’envoi dans un programme de traitement au lieu de poursuites. Une question demeure : quel « programme de traitement  » ?

La Malaisie, elle, veut s’inspirer de la Thaïlande pour promouvoir l’usage médical du cannabis. Le ministre thaïlandais de la santé a déclaré qu’il organiserait un voyage pour son homologue malaisien afin d’étudier comment le cannabis peut être utilisé à des fins médicales.

Les cultivateurs historiques de cannabis en Afrique du Sud sont mécaniquement exclus des projets de légalisation du cannabis.

Recherche

31 jeunes âgés de 12 à 25 ans souffrant d’un trouble anxieux et ne présentant aucune amélioration clinique malgré un traitement par thérapie cognitivo-comportementale et/ou antidépresseur ont consommé du CBD pendant 12 semaines et jusqu’à 800 milligrammes par jour. L’anxiété a diminué en moyenne de 42,6%.

Une étude menée par l’université de l’État de Washington a révélé une baisse de 37 % des rapports d’empoisonnement aux cannabinoïdes synthétiques illicites dans les États où le cannabis est légal, par rapport aux États ayant des politiques restrictives.

Une étude canadienne a montré que la légalisation du cannabis n’est pas associée à une augmentation des psychoses ou de la schizophrénie.

Une étude espagnole, menée notamment par GH Medical, a noté que la consommation de 65 mg de THC était moins intoxicante lorsqu’elle était associée à du CBD dans un rapport de 2:1 que lorsqu’elle était prise seule.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !