Suivez-nous

Cannabinoïdes

Les bases sur les cannabinoïdes

Les cannabinoïdes sont un ensemble de molécules qui se lient à des récepteurs spécifiques du corps humain qui constituent ce qu’on appelle le système endocannabinoïde. La métaphore de « la clé et la serrure » est souvent utilisée pour décrire ce processus. Le corps humain possède des zones de liaisons spécifiques (la serrure) sur la surface de nombreuses cellules, et notre corps produit plusieurs endocannabinoïdes (les clés) qui se lient à ces récepteurs cannabinoïdes (CB) pour les activer.

En 1992, les chercheurs ont découvert pour la première une substance endogène (produite par le corps) qui se lie à ces récepteurs cannabinoïdes. Cette substance, appelée anandamide, vient du mot Sanskrit « Ananda », le bonheur absolu, et « amide » en raison de sa structure chimique. Un second endocannaboïde a été découvert en 1995, le 2-arachidonoylyglycerol (2-AG). Ces deux endocannabinoïdes sont les plus étudiés jusqu’ici. Aujourd’hui, environ 200 substances liées sont présumées exister, qui rassemblent les endocannabinoïdes et leur fonction dans ce qu’on appelle l’effet d’entourage. Plusieurs endocannabinoïdes ne se lient pas seulement aux récepteurs endocannabinoïdes, mais aussi au récepteur CB3, aux récepteurs vanilloïdes et à d’autres récepteurs.

En plus des endocannabinoïdes, les scientifiques ont identifié des cannabinoïdes dans le cannabis, appelés phytocannabinoïdes, qui fonctionnent en imitant les effets de certains endocannabinoïdes, ou en agissant contre. Les phytocannabinoïdes et les terpènes sont fabriqués dans les glandes résineuses du cannabis, les trichomes, présentes sur les fleurs et les feuilles principales des plantes matures. Le volume de résine produit et son contenu en cannabinoïdes varient selon le genre de la plante, ses conditions de culture et la période de sa récolte. La stabilité chimique des cannabinoïdes dans les plantes récoltées est affectée par la moisissure, la température, la lumière et le stockage, mais se dégradent progressivement dans n’importe quelle condition de stockage.

Lorsqu’un cannabinoïde provoque un récepteur à agir de la même manière qu’il le ferait avec une hormone naturelle ou un neurotransmetteur, il est alors qualifié d’agoniste. En revanche, lorsqu’il empêche un récepteur de se lier avec un composé d’origine naturelle, ayant pour conséquence de modifier un caractère naturel (l’appétit, la douleur, la vigilance), il est qualité d’antagoniste. Les recherches se concentrent actuellement sur une meilleure compréhension de la manière dont les cannabinoïdes peuvent débloquer (ou bloquer) certains récetpeurs.

Sur plus de 100 phytocannabinoïdes identifiés dans la plante de cannabis, la plupart ont une valeur médicale. La plupart diffère seulement d’une petite partie chimique. Les cannabinoïdes les plus étudiés sont le tétrahydrocannabinol (THC) connu pour ses effets psychoactifs et le cannabidiol (CBD) pour ses propriétés curatives.

Les cannabinoïdes peuvent être administrés en fumant, vaporisant, en ingestion orale, en patch intradermique, en absorption sublinguale ou en suppositoire.

Le système endocannabinoïde

Le système cannabinoïde endogène (SCE), plus communément appelé système endocannabinoïde, se retrouve chez la plupart des mammifères, et régulent une vaste étendue de fonctions biologiques. Le SCE est un système de contrôle biochimique de lipides neuromodulateurs (les molécules qui incluent les graisses, les stérols et les vitamines solubles dans les graisses comme les vitamines A,D, E et K) et de récepteurs spécialisés configurés pour accepter certains cannabinoïdes. En général, un récepteur donné n’acceptera que certains composés et seront non affectés par d’autres, comme une clé qui ne fonctionne qu’avec une serrure.

Ces récepteurs spécialisés sont situés partout dans le corps humain, dont l’hippocampe (spécialisée dans la mémoire et l’apprentissage), le cortex cérébral (la prise de décision, le comportement émotionnel) et l’amygdale (les émotions). Lorsqu’un cannabinoïde spécifique ou une combinaison de cannabinoïdes liées à un récepteur spécialisé, une série d’événements est déclenché dans la cellule, ayant pour conséquence un changement dans son activité, sa régulation des gènes et/ou les signaux qu’elle envoie aux cellules alentour. Ce processus est appelé « transduction du signal ».

Les déficiences endocannabinoïdes sont un trouble impliqué dans plusieurs maladies, dont la fibromyalgie, la migraine et le syndrome de l’estomac irritable.

Les récepteurs cannabinoïdes

Les principaux récepteurs cannabinoïdes sont appelés récepteurs de type 1 (CB1-R) et récepteurs de type 2 (CB2-R). Ces récepteurs sont activés par trois types de cannabinoïdes :

  1. les endocannbinoïdes : cannabinoïdes endogènes produits naturellement dans le corps (ex: l’anandamide)
  2. les phytocannabinoïdes : concentrés dans la résine des têtes et des feuilles de certaines plantes comme le cannabis (ex: THC et CBD)
  3. les cannabinoïdes synthétiques : fabriqués artificiellement, par exemple en laboratoire

Détecté la première fois dans le cerveau, la science a aujourd’hui montré que le CB1-R est aussi situé dans d’autres organes comme les tissus connectifs, les gonades et les glandes. Ils jouent un rôle important dans la coordination des mouvements, l’orientation spatiale et les perceptions sensorielles (goût, toucher, odorat, ouïe), les performances cognitives et la motivation.

La fonction la plus importante du récepteur CB1 est la réduction des signaux excessifs ou inadéquats des neurotransmetteurs du cerveau. En activant le CB1-R, l’hyperactivité ou l’hypoactivté des messagers comme la sérotonine ou la dopamine sont rééquilibrés. D’autres symptômes comme la nausée, la spasticité musculaire ou les crises d’épilepsie peuvent être soulagées ou diminuées par une thérapie aux cannabinoïdes.

Les récepteurs CB2 sont associés au système immunitaire et sont localisés en-dehors du cerveau, dans des endroits comme l’intestin, la rate, le foie, le coeur, les reins, les os, les vaisseaux sanguins, les cellules lymphatiques, les glandes endocrines et les organes reproducteurs. Le CBD, par exemple, se lie au récepteur CB2, et soulage l’impact des maladies inflammatoires ou neuro-inflammatoires. Il joue aussi un rôle dans le traitement du signal du cerveau.

un troisième récepteur reçoit peut d’attention : le TRPV1 (pour l’anglais transient receptor potential vanilloide 1), des récepteurs activés par des molécules de la famille des vanilloïdes. La fonction principale du TRPV1 est de détecter et réguler la température du corps. Le TRPV1 est responsable des sensations d’extrême chaleur externe et de la douleur, et peut être sujet à une désensibilisation. Pour cette raison, s’il est continuellement stimulé, il pourrait traiter efficacement certains types de douleur neuropathique.

Evolution de l’action du CBD dans l’histoire scientifique

Lors de la découverte du récepteur CB1 par Alyn Howlett et William Devane en 1988, on pensait que le CBD, à la différence du THC, ne se liait pas au récepteur CB1.

Les dernières données issues de la communauté scientifique montrent cependant que le CBD interagit directement avec le CB1-R, sur un site de liaison distinct de celui du THC. Lorsqu’il se lie au site allostérique, par opposition au site orthostérique du THC, le CBD influence la façon dont le récepteur répond à la stimulation du THC et les cannabinoïdes endogènes. La modulation allostérique du CB1-R change la forme du récepteur, avec des conséquences sur l’efficacité du signal cellulaire.

Un modulateur allostérique positif qui améliore la signalisation du récepteur CB1 indique que le CBD peut être utile pour traiter des maladies liées à un déficit endocannabinoïde (anorexie, migraines, intestin irritable, fibromyalgie, état de stress post-traumatique), ou des pathologies associées à un excès d’endocannabinoïdes (obésité, troubles du métabolisme, maladie du foie, problèmes cardiovasculaires).

Effet d’entourage

Le concept d’effet d’entourage a été introduit en 1998 par les scientifiques israéliens Shimon Ben-Shabat et Raphael Mechoulam. La théorie est que les cannabinoïdes à l’intérieur de la plante de cannabis fonctionnent ensemble à travers un réseau de relations coïncidentes dans le cadre d’un organisme plus important et affectent le corps par un mécanisme similaire au système endocannabinoïde du corps. En résumé, ces composés fonctionnent mieux ensemble qu’isolés.

La plus grande efficacité du cannabis dans son ensemble rend irrationnel l’utilisation de produits contenant uniquement des éléments isolés de la plante, ou des cannabinoïdes synthétiques essayant d’imiter les composants naturels.

Les recherches sur les bienfaits du THC et du CBD seuls sont bien connues. Le THC montre des propriétés analgésiques, anti-émétiques, et anti-inflammatoires. Le CBD possède lui des propriétés anti-psychotiques, anti-crises d’épilepsie et anti-anxiété. Utilisés chacun de leur côté, leur effet thérapeutique est limité.

Le CBD est aussi connu pour bloquer le THC sur le récepteur CB1. Augmenter le taux de CBD en cas de trop forte ingestion de THC peut donc diminuer les effets du THC.

Liste de cannabinoïdes

Cannabidiol (CBD)

Le CBD est un cannabinoïde au potentiel médical immense. C’est particulièrement vrai lorsque le bon ratio entre THC et CBD est appliqué pour traiter une pathologie particulière. Le cannabidiol (CBD) agit comme un antagoniste des récepteurs CB1 et CB2, même s’il a une faible affinité de liaison avec les deux. Cela suggère que le mécanisme de l’action du CBD est modulée par d’autres récepteurs dans le cerveau et le corps.

En savoir plus sur le CBD

Tétrahydrocannabinol (THC)

Le delta-9-tetrahydrocannabinol (THC) est un phytocannabinoïde, et le cannabinoïde le plus abondant dans les produits à base de cannabis aujourd’hui. Le THC est dérivé de la décarboxylation du THCA. Il est responsable des effets psychoactifs du cannabis. Lorsqu’il est consommé, il voyage à travers le sang et se lie aux récepteurs cannabinoïdes partout dans le corps.

Ces récepteurs affectent la mémoire, la concentration, le plaisir, la coordination, la perception du temps, l’appétit et bien d’autres fonctions encore.

Les effets secondaires du THC vont de l’anxiété à l’euphorie, les yeux rouges, la bouche sèche, les tremblements, l’augmentation du rythme cardiaque ou la perte de mémoire à court-terme. Consommer beaucoup de THC en peu de temps peut intensifier ses effets.

En savoir plus sur le THC

Acide Tetraydrocannabinolique (THCA)

Le THCA est le composé le plus présent dans le cannabis brut. Le THCA se convertit en Δ9-THC lorsqu’il est chauffé à une certaine température. Les THCA, CBDA, CBGA et les autres acides cannabinoïdes jouent un grand rôle dans l’inhibition des isoenzymes COX-1 et COX-2, contribuant aux effets anti-inflammatoires du cannabis. Ce cannabinoïde agit également comme antiprolifératif et antispasmodique.

Acide cannabidiolique (CBDA)

Le CBDA est le précurseur du CBD qui existe dans la plante de Cannabis, aux côtés du THCA. Le CBD est obtenu par la décarboxylation du CBDA, cette opération s’exerçant sous l’effet de la chaleur. La décarboxylation du CBDA augmente les niveaux de CBD. Les études montrent que de fortes concentrations en CBDA engendrent davantage d’activité antimicrobienne que le CBD seul.

En savoir plus sur le CBDA

Cannabivarin (CBDV)

Comme le THCV, le CBDV diffère du CBD par la seule substitution d’un pentyle par un propyle. Les recherches sur le CBDV en sont encore à leurs débuts, mais sont prometteuses sur la gestion de l’épilepsie. Cela est dû à son action sur les récepteurs TRPV1 et la modulation de l’expression des gènes.

Cannabigerol (CBG)

Cannabinoïde non-psychoactif, les effets antibactériens altèrent les effets du cannabis. Le CBG est connu pour tuer ou ralentir la croissance bactérienne, réduire l’inflammation (en particulier dans sa forme acide, le CBGA), inhiber la croissance cellulaire des tumeurs et favoriser la croissance osseuse. Il agit comme un antagoniste de faible affinité avec le récepteur CB1. Ses effets sur le CB2-R ne sont pas encore connus.

En savoir plus  sur le CBG

Cannabinol (CBN)

Le CBN est un cannabinoïde légèrement psychoactif qui est produit par la dégradation du THC. Dans une plante fraiche, il y a très peu, voire pas du tout, de CBN. Le CBN agit comme un faible agoniste des récepteurs CB1 et CB2, avec davantage d’affinité pour le CB2-R que pour le CB1-R. La dégradation du THC en CBN est souvent décrite comme créant des effets sédatifs, aussi appelés « couch-lock ».

Cannabichromène (CBC)

Le CBC jouerait un rôle dans les effets anti-inflammatoires et anti-viraux du cannabis, et pourrait contribuer aux effets analgésiques du cannabis médicale. Une étude réalisée en mai 2010 a montré que du CBC utilisé avec du CBD et du THC avait des effets anti-dépresseurs. Une autre étude a montré que le CBC favorisait la neurogénèse.

En savoir plus sur le CBC

Tetrahydrocannabivarin (THCV)

Le THCV est un cannabinoïde que l’on trouve uniquement dans certaines variétés de cannabis. La seule différence structurelle entre le THCV et le THC est la présence d’un propyle en lieu et place d’un pentyle. Bien que cette variation puisse sembler subtile, elle change l’effet du THCV. Ces derniers incluent une diminution des crises de panique, de l’appétit et une aide à la croissance osseuse.

En savoir plus sur le THCV

Questions fréquemment posées

En savoir plus

Voir aussi : CBDTHC

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0