Suivez-nous

Lifestyle

11 mythes sur le cannabis passés à la loupe

Mythes sur le cannabis

Le cannabis est toujours illégal dans la majeure partie du monde. Depuis la prohibition du cannabis au 20ème siècle, beaucoup de rumeurs et de mythes ont circulé autour du cannabis. Certains concernent la culture de la plante, d’autres sa consommation. Le statut illégal du cannabis a d’ailleurs favorisé les légendes urbaines autour de ce produit.

PUBLICITE

Aujourd’hui, la couverture médiatique du cannabis est un peu plus forte, et les mythes qui l’entourent tombent un à un. Voici donc 11 mythes sur le cannabis confrontés à la réalité des faits.

Le cannabis OGM

Cette rumeur a apparemment été répandue dans l’intention de projeter les craintes existant autour de la nourriture OGM sur le chanvre. Les modifications génétiques d’une plante consistent en un changement artificiel du génome, constitué de 4 acides, et qui forme des blocs d’ADN. Ces acides sont « échangés » (en simplifiant) entre eux, pour créer de nouvelles propriétés au sein d’un être vivant.

Les Italiens Tito Schiva et Saverio Alberti ont été les premiers à faire des expériences sur le chanvre avec un résultat surprenant : le chanvre était résistant à la modification génétique, comme l’atteste leur publication Green Fluorescent flowers publiée en 2002. L’étude portait sur du chanvre commercial, mais les mêmes constatations ont été faites sur le chanvre récréatif.

Les plus récentes recherches à ce sujet ont été compilées par Lars Fischer sur son blog Sciblog. Alors qu’il n’est pas impossible de modifier génétiquement du cannabis, la manipulation est très compliquée, plus qu’avec d’autres plantes comme le maïs. Selon Fischer, les échantillons analysés dans ces recherches n’avaient pas de propriétés OGM.

PUBLICITE

Il n’existe également aucune preuve que Monsanto veuille entrer dans le business du cannabis. La rumeur s’était faite tellement grosse que l’entreprise avait dû communiquer dessus. Cependant, le nouveau propriétaire de Monsanto, Bayer, a investi massivement dans le Sativex. C’est en effet un des principaux investisseurs de GW Pharmaceuticals, l’entreprise qui a développé le Sativex.

Jusqu’ici, une seule entreprise OGM a été impliquée dans le cannabis médical. L’entreprise sud-africaine Plandai Biotechnology a obtenu un contrat pour la culture du cannabis médical en Uruguay en 2015 et travaille avec l’université de Montevideo sur des essais cliniques sur des cannabinoïdes.

Les premiers jeans étaient en chanvre

Les premiers jeans Levi’s n’étaient pas en chanvre, mais en denim italien. Le denim peut d’ailleurs se faire à partir du chanvre, mais Mr Strauss avait choisi du coton de Gênes.

Dans le même style, ni la Constitution américaine, ni la Déclaration d’indépendance n’ont été écrites sur du papier de chanvre. Seuls les brouillons et les documents de travail l’ont été. Les documents officiels ont été rédigés sur du vélin, un parchemin plus noble et plus fin réalisé à partir de peau de veaux.

PUBLICITE

Le double-0 est du hash coupé à la cocaïne

Vous avez peut-être déjà vu dans les coffeeshops d’Amsterdam du hash appelé Zéro ou Double-Zéro, souvent dans les plus chers de la carte. Mais il n’y a aucune trace de cocaïne à l’intérieur.

Au Maroc, la qualité du hash est déterminée par le nombre de tamisage. Le meilleur hash est issu du premier tamisage. En fonction du fermier et de la qualité du matériel d’origine, les têtes de weed peuvent être tamisées jusqu’à 6 fois. Le 0 ou le double-zero viennent en fait des trichomes que le fermier récolte avant le tamisage, juste en frappant les têtes. Le rendement de cette technique est si faible que la production reste le plus souvent pour le fermier. Le 0-0 vendu en coffeeshop est donc plus probablement issu des premiers ou deuxième tamisages. Mais la qualité est toujours meilleure que ce qu’on trouve dans la rue.

Une taffe, mais plusieurs utilisations

Peut-on ressentir les effets du cannabis sans en consommer activement ? La théorie : une fois consommé, le THC non utilisé serait stocké dans les cellules adipeuses pour revenir ensuite dans le sang pendant un exercice physique et activer ses effets bien connus.

Aucune étude scientifique n’est pourtant venue soutenir cette obscure théorie. La Cour Constitutionnelle Fédérale Allemande a même rejeté cette théorie de défonce boomerang en 2002. Et dans le cas du sport, seule l’anandamide, un cannabinoïde naturellement produit par le corps, contribue aux effets high du sportif.

L’hortensia et la peau de banane peuvent se fumer

Alors qu’aux Etats-Unis, la rumeur concerne davantage les peaux de banane, en France, l’hortensia a été au centre d’accusations improbables. Des gangs de voleurs s’attaqueraient aux hortensias de nos jardins pour en vendre comme un substitut du cannabis.

Malheureusement, la seule chose qu’un hortensia peut produire est un poison bleuâtre, le cyanure. La rumeur des propriétés psychoactives de l’hortensia a été relayée à la base par une journal pharmaceutique qui n’a jamais corrigé son erreur.

Au Kazakhstan, on récolte le cannabis nu

Depuis les années 1970, la même rumeur : des gens récolteraient la résine du cannabis en courant nu dans les plantations afin que les trichomes résineux collent à leur peau (ou leurs poils, beurk).

L’image peut prêter à sourire, mais la méthode, si elle existait, ne serait pas vraiment efficace. La majeure quantité de résine resterait sur la plante.

Pour la production de charas par exemple, les têtes sont frottées entre les mains. La résine et l’huile y collent, mais le reste du corps est toujours couvert 🙂

Se défoncer avec des crèmes pour la peau infusées au cannabis

… ne fonctionnera pas. Les crèmes pour la peau réalisées à base de cannabis ne sont pas psychoactives. Le THC n’est pas absorbé et métabolisé par la peau. Les baumes au cannabis conservent cependant l’efficacité analgésique et anti-inflammatoire du cannabis.

Le cannabis peut être coupé avec de l’opium ou de l’héroïne

On entend parfois que de la weed ou du hash pourraient être coupés avec de l’opium, de l’héroïne ou de la meth. Au-delà du fait qu’il n’y ait aucune preuve de ces assertions, sous forme d’analyse d’un labo par exemple, il ne serait pas vraiment économique de couper du cannabis avec des substances plus chères. Les clients changeraient également rapidement de fournisseur, un mauvais calcul pour le dealer.

Le cannabis légal augmente la consommation des jeunes

Depuis que le cannabis est légal au Colorado, le Ministère de la Santé enregistre les statistique de consommation de cannabis par les mineurs. Le marché s’est ouvert il y a 3 ans, et le nombre de jeunes qui ont consommé du cannabis dans les 30 derniers jours est resté stable depuis 2011.

Les statistiques néerlandaises ont, elles, confirmé un déclin de la consommation par les adolescents depuis les années 1990.

Le cannabis mène aux drogues dures

Malgré le fait que cet argument ait été démonté depuis bien longtemps, certains ne se sont toujours pas mis à jour. Alors que la DEA vient de retirer cet élément de son site Internet, le Bureau des Drogues allemand explique qu’il n’y a aucune preuve scientifique pour soutenir cette théorie de l’escalade des drogues. La seule chose vraie : en achetant du cannabis au marché noir, les consommateurs sont en contact avec des dealers qui peuvent leur proposer autre chose que du cannabis.

L’industrie du tabac s’intéresse au cannabis

Les opposants à la légalisation du cannabis aux Etats-Unis avancent fréquemment que les entreprises du tabac veulent entrer dans le cannabusiness depuis 50 ans, et utilisent l’argument d’un scénario d’un conglomérat du cannabis contre la légalisation. Les entreprises du tabac auraient déjà déposé des noms de domaine et des marques pour leurs futurs produits.

Malheureusement, ce n’est pas vrai. Altria (anciennement Phillip Morris) possède bien AltriaMarijuana.com et AltriaCannabis.com mais ne les a jamais déposé. Elle les a en fait récupéré après un procès pour copyrights envers d’un particulier. Juste de quoi protéger sa marque.

Cela dit, l’industrie du tabac n’a pas toujours été désintéressée du cannabis. En 1969, Phillip Morris a demandé l’autorisation au Ministère de la Justice de recevoir du cannabis pour faire de la recherche, une demande restée secrète à l’initiative de Phillip Morris. L’ère Reagan a définitivement cassé cet intérêt. Et aujourd’hui les entreprises du tabac ont plutôt tendance à se distancer de l’industrie du cannabis, voire à financer les opposants à la légalisation.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

1 commentaire

1 commentaire

  1. laugan

    13 mars 2019 à 17 h 03 min

    Le cannabis mène aux drogues dures

    On peut réinterpréter cette phrase comme ceci :

    l’usage du cannabis peut chez certaines personnes développer la curiosité d’essayer d’autres drogues psychédéliques comme le lsd, la psilocybine et la mescaline puis pourquoi pas les autres produits classiques (extasy, cocaïne, Héroïne…).
    Le cannabis ouvre l’esprit à un monde plutôt discret qui est la culture underground avec son cursus d’expériences à tester pour savoir de quoi l’on parle et qui finit avec cette phrase célèbre d’Hunter S. Thompson comme quoi il faut espérer qu’il y ait quelqu’un à l’autre bout du tunnel (Las Vegas Parano)

    En tout cas pour moi le cannabis m’a permis d’essayer beaucoup d’autres drogues dont beaucoup sont classées comme « dures » par les législations qui confondent avec le mot « dangereuses » qui est nettement supérieur aux dangers du cannabis (risques d’overdoses, de comportements anti -sociaux psychotiques, criminogènes etc. )

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !