Pourquoi l’odeur corporelle sent parfois le cannabis ?

Pourquoi l'odeur corporelle sent parfois le cannabis ?

Vous avez peut-être déjà fait l’expérience vous-mêmes : certaines personnes sentent la weed. Alors, réalité ou fantasme ?

PUBLICITE

L’homme maintient naturellement sa température corporelle autour de 37°C. Lorsque la température augmente, le corps compense en produisant de la sueur, un mélange de sel et d’eau. Elle entre en contact avec les bactéries se trouvant sur notre peau, avec parfois un phénomène de macération responsable d’odeurs pas toujours plaisantes.

De nombreux facteurs influencent la production de transpiration. La chaleur évidemment, mais aussi le stress, la génétique, le système immunitaire ou encore l’alcool.

Selon le média Vice, un chercheur de l’institut Max Planck d’écologie chimique, Matan Shelomi, a fait des recherches sur le sujet. Il a comparé des études sur les composés chimiques du cannabis ainsi que ceux de la transpiration du corps humain. Il a ainsi trouvé 11 composés chimiques en commun dans le transpiration et le cannabis.

« Il semble que certains des composés les plus fortement associés à l’arôme du cannabis se retrouvent également dans les chaussettes de gym ».

La transpiration aux relents de cannabis viendrait selon lui des glandes sudoripares « faussement apocrines » mérocrines, les glandes qui se trouvent sous les aisselles ainsi qu’autour des parties génitales, et qui produisent une sueur transparente (en opposition aux glandes sudoripares « eccrines » disséminées partout ailleurs).

Les terpènes modifient aussi l’odeur corporelle

Les terpènes, les molécules responsables des arômes du cannabis, pourraient également modifier l’odeur corporelle selon Dr. Justin Fischedick, chercheur à l’Institute of Biological Chemistry de la Washington State University.

Les terpènes sont présent dans nombre de plantes, comme la mangue, la lavande ou le citron. Cela pourrait également expliquer pourquoi certaines personnes disent sentir le cannabis alors qu’ils n’en consomment pas, les composés chimiques étant similaires.

Enfin, si on prend l’exemple de la tomate, on constate d’après une étude publiée dans la revue Medical Hypotheses que cet aliment contient aussi un terpène, le lycopène, responsable de l’odeur corporelle.

Conclusion : oui, on peut suer la weed (et puer la weed par la même occasion) sans pour autant être un gros fumeur, ou n’avoir jamais fumé.

Mehdi Bautier

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

Le London Cannabis Film Festival ouvre ses portes le 28 juillet
Le London Cannabis Film Festival ouvre ses portes le 28 juillet
Canada un nouveau dispositif pour contrôler le taux de THC dans la salive va être mis en place
Canada : nouveau dispositif pour contrôler le taux de THC au volant
Cannabis médical et VIH
Comment le cannabis apaise les symptômes du VIH
Canada une deuxième licence de microculture de cannabis attribuée en Ontario
Canada : une deuxième licence de microculture de cannabis attribuée en Ontario
Etude certaines variétés de cannabis peuvent tuer les cellules cancéreuses
Etude : des concentrés de cannabis peuvent tuer les cellules cancéreuses
Cannabis médical en Allemagne
Allemagne : forte augmentation de l’import de cannabis médical en 2019

Laisser un commentaire