Canopy Growth , la multinationale canadienne du cannabis

Canopy Growth

Canopy Growth est actuellement la plus grande et la plus puissante des entreprises du cannabusiness au Canada, et probablement dans le monde. Quel est vraiment son activité ? Analyse de la première véritable multinationale légale du cannabis mondial.

Acquisition, fusion et expansion

« On veut dominer le marché du cannabis mondial ». Voici comment Bruce Linton, Pdg de Canopy Growth s’exprime devant un parterre d’actionnaires. Et ils peuvent le suivre tète baissé car depuis ses débuts, l’entreprise ne cesse de grossir. La compagnie est entrée dans le monde des grands en janvier 2014 en intégrant le Toronto Stock Exchange sous le nom de Tweed. Elle vient tout juste de recevoir le droit de produire et de vendre du cannabis médical. L’entreprise base sa stratégie sur la réduction des coûts de production du cannabis. Les plantations Tweed sont si importantes que l’entreprise choisit d’en faire une marque à part : Tweed Farm. Tweed Farm ne s’occupera que de la production du cannabis avec pour seul objectif la réduction constante des coûts et le maintien de la qualité.

En  Juin 2015 , Tweed rachète son concurrent Bedrocan Canada pour 61 millions de dollars. Avec cette acquisition, Tweed cherche à allier productivité et notoriété. Bedrocan B.V. est depuis une dizaine d’année l’unique distributeur de cannabis aux Pays-Bas. Bedrocan possède donc l’expérience, le savoir faire et une réputation solide dans le cannabis médical.  Ajoutons aux diverses synergies industrielles de cette fusion, l’acquisition d’un véritable socle de clientèle. Tweed et Bedrocan réunis produisent et distribuent près de 25% du cannabis médical au Canada. Cependant, ces deux entreprises n’ont pas d’accès direct au consommateur (patient) final.

Canopy Growth, la machine en marche

En septembre 2015 , Bruce Linton et les actionnaires de Tweed approuvent la création d’une maison mère reliant les deux entités : Canopy Growth est née. Cette entité mère est cotée sur la place boursière Toronto Stock Exchange. La valeur des actions de l’entreprise a presque quadruplé en seulement un an. Une action valait environ 2.50$ début 2016, elle s’établit désormais à 9.60$ avec un pic à 12$ après les diverses légalisations du mois de novembre. Le 30 novembre, Canopy Growth propose à son concurrent Mettrum un rachat à hauteur de 430 millions de dollars. Une offre alléchante qui ferait de Canopy Growth la première entreprise uniquement dédiée au cannabis pesant plus d’1 milliard de dollars.

A travers Mettrum, Canopy Growth achète également une visibilité à l’international et dans l’industrie du chanvre. Mettrum avait été choisie par le gouvernement australien pour assurer la distribution du cannabis médical.  Dans le même temps, Bedrocan Canada, filiale de Canopy, s’installe au Brésil en partenariat avec le laboratoire local PhytoLab.  » Nous sommes heureux d’arriver dans un pays avec plus de 200 millions d’habitants ». Début des opérations début 2017. Tweed a racheté Medcann, la société qui s’occupe de la distribution du cannabis thérapeutique en Allemagne. Tweed a également choisi Snoop Dogg comme tête d’affiche. Sa weed Leaf sera distribuée au Canada pendant au moins trois ans sous la marque Tweed. Et l’expansion n’est pas terminée puisque Canopy vient d’officialiser un partenariat avec le groupe d’investissement Goldman, spécialisé dans la construction de bâtiment. L’entreprise veut en effet moderniser et développer ses sites de production.

Une inquiétude grandit

Canopy Growth est suivi de près par Aurora Cannabis qui semble avoir jeté son dévolu sur l’Amérique du Sud. Ces géants du cannabis canadiens inquiètent les petits et moyens producteurs qui voudraient croquer une part du futur marché récréatif légal. Ces entreprises possèdent déjà les licences pour produire du cannabis en masse.

L’Europe devrait aussi s’inquiéter. Les Canadiens pourraient investir un potentiel marché européen avant même que des entreprises européennes du cannabis soient créées. Le gratin du cannabis européen s’était réuni devant le Parlement européen début décembre pour demander une uniformisation de la législation du cannabis médical en Europe. Plusieurs entrepreneurs soulignaient le retard pris par l’Europe vis-à-vis des nord-Américains. Les Européens avancent chacun de leur côté, à des allures différentes, si tant est qu’être à l’arrêt puisse être un indicateur de vitesse.

Théo Caillart

Suite du dossier : Géants du cannabis

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !