Suivez-nous
The Greenstore
définition du THC définition du THC

Qu’est-ce que le THC ?

Le tetrahydrocannabinol, ou THC, est la molécule responsable des principaux effets psychoactifs du cannabis. Il agit comme les cannabinoïdes produits naturellement par notre corps au sein du système endocannabinoïde. Il a été isolé et synthétisé par Raphaël Mechoulam en 1964.

PUBLICITE

Les récepteurs cannabinoïdes sont concentrés dans certaines parties du cerveau associées à la réflexion, à la mémoire, au plaisir, à la coordination et à la perception du temps. Le THC vient se lier à ces récepteurs et les active. Il affecte ainsi la mémoire d’une personne, son plaisir, ses mouvements, sa pensée, sa concentration, sa coordination et sa perception du temps.

Le THC est un des nombreux composés chimiques qu’on trouve dans la résine sécrétée par la plante de Cannabis. La plupart de ces glandes se trouvent autour des organes reproducteurs de la plante, les fleurs. D’autres composés spécifiques au cannabis, appelées cannabinoïdes, sont présents dans cette résine.  L’un de ces cannabinoïdes, le cannabidiol ou CBD, est non-psychoactif et agit en coopération avec le THC.

Effets du THC sur le corps

Le THC stimule les cellules du cerveau pour relâcher de la dopamine, créant un effet d’euphorie. Il interfère également avec l’information traitée par l’hippocampe, qui est la partie du cerveau responsable de la formation de nouveaux souvenirs.

Les effets du THC durent environ 2 heures et arrivent entre 10 minutes et 1h après l’ingestion, en fonction des méthodes de consommation. La fumée de cannabis agit plus rapidement qu’un gâteau infusé au cannabis par exemple. La période pendant laquelle le THC reste dans le sang est bien plus longue.

PUBLICITE

La liste des effets du THC est longue. Elle va de la relaxation au soulagement de la douleur, mais le THC peut aussi déclencher de l’anxiété, de la tachycardie ou des pertes de mémoire à court-terme. Certains cannabinoïdes comme certains terpènes (les composés qui  produisent l’arôme et l’odeur des plantes) peuvent moduler et réduire les effets négatifs du THC.

Risques du THC

Les effets du cannabis ont rendu cette substance populaire. Il est d’ailleurs considéré comme l’une des drogues illicites les plus consommées dans le monde. Mais le THC peut avoir un impact sur la santé mentale de certaines personnes et déclencher une rechute de symptômes schizophréniques selon le NIDA.

Un autre risque de la consommation de THC vient sous la forme de l’affaiblissement des capacités motrices. Le cannabis peut nuire à la conduite ou à des tâches similaires jusqu’à 3h après la consommation, et est la deuxième substance psychoactive la plus trouvée après l’alcool chez les conducteurs.

La consommation de cannabis peut aussi causer des problèmes à long-terme chez les jeunes, notamment sur le développement des facultés cérébrales et sur la mémoire. Certaines études ont également trouvé des liens entre une baisse de la fertilité et la consommation de cannabis chez certaines personnes.

PUBLICITE

Usages médicaux du THC

Le cannabis est consommé à des fins médicales depuis plus de 3000 ans. En Europe, certains pays autorisent l’usage médical du cannabis. L’usage récréatif est également toléré aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Espagne.

Le THC peut être extrait du cannabis ou synthétisé. En France, le Sativex est le seul médicament à base de cannabis autorisé à ce jour, à destination des malades de la sclérose en plaques. Il n’est en revanche pas commercialisé, le Ministère de la Santé n’arrivant pas à se mettre d’accord avec le distributeur du médicament sur un prix de vente. Le Sativex vient soulager les symptômes de la sclérose en plaques comme la spasticité (la contraction des muscles).

Le cannabis est aussi de plus en plus utilisé aux Etats-Unis pour remplacer les prescriptions d’antidouleurs à base d’opiacés, responsables de nombreux décès et addictions.

Soulagement de la douleur

Une revue de janvier 2017 de plus de 10 000 études chez l’homme démontre que le cannabis est sûr et efficace pour soulager la douleur chronique chez les adultes. Les douleurs dues aux lésions tissulaires et à l’inflammation ainsi qu’aux lésions du système nerveux peuvent être traitées par le cannabis. Le THC, en particulier, est efficace à la fois comme anti-inflammatoire et comme antioxydant neuroprotecteur. La capacité du THC à soulager la douleur repose, en grande partie, sur l’activation des récepteurs CB1 dans une région du cerveau impliquée de manière critique dans le contrôle de la douleur dans tout le corps. Un soulagement profond de la douleur a plus de chances de se produire si le THC peut pénétrer dans la circulation sanguine et dans cette partie du cerveau.

Stimulation de l’appétit

La plupart de ce que nous savons sur le THC et la stimulation de l’appétit provient de la recherche sur le cancer et le SIDA. Grâce au développement du cannabis médical comme traitement de la perte de poids liée au cancer et au SIDA, nous apprenons que le THC peut stimuler l’appétit en interagissant avec les hormones de l’appétit telles que la ghréline et la leptine, qui sont impliquées dans la régulation de la prise alimentaire. L’apport alimentaire, le métabolisme et l’utilisation de l’énergie sont des processus très complexes. Il faudra donc poursuivre les recherches pour comprendre pleinement comment le THC favorise l’appétit.

Anti-émétique

Le système endocannabinoïde peut jouer un rôle actif dans la réduction des nausées et des vomissements. Des recherches, telles qu’une étude publiée en 2011 dans le British Journal of Pharmacology, ont montré que le THC était très efficace pour réduire les nausées et les vomissements chez les patients cancéreux soumis à une chimiothérapie.

Spasticité musculaire

Plusieurs études ont montré que le cannabis était efficace pour traiter la spasticité musculaire associée à la sclérose en plaques (SEP). Le THC en particulier a montré son potentiel pour diminuer rapidement la force et la fréquence des spasmes musculaires liés à la SEP, selon une étude de 2007 publiée dans le British Journal of Pharmacology. Une étude de 2013 publiée dans le Journal of Neurology a révélé que le THC pouvait également être efficace pour traiter la douleur neuropathique associée à la SEP.

Traitement de la toxicomanie

Bien que le THC soit en soi une substance gratifiante, il pourrait avoir un certain potentiel pour réduire le potentiel d’abus d’autres substances. Dans des modèles animaux, il a été démontré que le THC diminue la consommation d’héroïne. De même, chez l’homme, la plante entière de cannabis et le THC semblent augmenter la probabilité qu’une personne reste en traitement pour un trouble de la consommation d’opiacés. Une théorie veut que le THC réduise la motivation des individus à consommer d’autres substances gratifiantes.

Au-delà de ces effets pharmacologiques, le cannabis et/ou le THC peuvent présenter des avantages supplémentaires en matière de réduction des risques, par exemple en offrant aux personnes souffrant de troubles liés à la consommation de substances une alternative non mortelle aux drogues plus dangereuses. Bien sûr, le meilleur traitement de la dépendance est la prévention, et il existe des preuves prometteuses que le cannabis peut prévenir entièrement l’abus d’autres drogues. Par exemple, lorsqu’un État adopte une loi sur le cannabis médical, les ventes d’alcool baissent en moyenne de 15 %.

Métabolisme

Les consommateurs de cannabis ont tendance à avoir un indice de masse corporelle (IMC) plus bas, des taux plus faibles de maladies du foie gras et des taux plus faibles de diabète que les personnes qui ne consomment pas de cannabis. Bien que l’on ne sache pas exactement dans quelle mesure les autres constituants du cannabis influencent ces effets, des études animales ont vérifié que le THC joue un rôle clé dans la prévention de l’obésité induite par le régime alimentaire.

Déficit en endocannabinoïdes

La théorie de la déficience en cannabinoïdes endogènes est relativement nouvelle ; il s’agit essentiellement d’une condition dans laquelle le corps ne produit pas suffisamment de ses propres cannabinoïdes, ce qui entraîne un déséquilibre dans de nombreux processus homéostatiques tels que la régulation de la douleur et la digestion. Il existe des arguments convaincants en faveur d’un dysfonctionnement du système endocannabinoïde dans des maladies telles que la migraine, le syndrome du côlon irritable et la fibromyalgie. On ignore si la déficience en endocannabinoïdes est héritée génétiquement ou si elle est le résultat d’une maladie ou d’une détresse mentale. Comme le THC et le cannabis en plante entière soulagent les symptômes de ces maladies, il est logique que les cannabinoïdes puissent compenser les déficiences endocannabinoïdes dans l’organisme.

Overdose de THC

On ne peut pas mourir d’une overdose de cannabis. Une trop grande ingestion peut en revanche mener à des situations peu agréables. Les edibles, la nourriture contenant du THC, en sont souvent le problème. L’effet de la space food n’est pas immédiat, et la surdose peut rapidement arriver. Les gouvernements qui ont légalisé le cannabis récréatif ou médical restreignent maintenant le taux de THC à 10mg par portion, avec une signalétique claire et des packagings à « ouverture difficile » pour éviter que de jeunes enfants y aient accès.

Effets secondaires et mises en garde

Le THC est un cannabinoïde puissant et a le potentiel indéniable de produire des effets secondaires indésirables. N’oubliez pas que la réponse de chaque personne au THC et aux autres composés du cannabis est influencée par son système endocannabinoïde unique. Par exemple, les scientifiques ont découvert neuf variations du gène du récepteur CB1, ce qui ouvre la porte à des réponses variées au THC. En d’autres termes, tout le monde ne ressentira pas les mêmes effets secondaires, ou le même niveau d’effets secondaires indésirables, associés au THC.

Intoxication

C’est peut-être la qualité la plus désirable, et certainement la plus recherchée, du THC, mais il peut aussi provoquer des troubles physiques et mentaux désagréables, même s’ils ne sont que temporaires. L’intoxication au THC n’est pas dangereuse en soi, mais elle peut nuire à la capacité d’un consommateur d’effectuer certaines tâches en toute sécurité. Les usagers ne devraient pas conduire sous l’influence du THC.

Fréquence cardiaque rapide

Après avoir consommé un produit à base de cannabis – fleur, concentré, produit comestible, etc. – les utilisateurs ressentent généralement une augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, ce qui peut surprendre les nouveaux utilisateurs ou les utilisateurs occasionnels de cannabis. En général, les utilisateurs qui veulent éviter un rythme cardiaque rapide, ou qui doivent le faire pour des raisons médicales (par exemple, s’ils prennent certains types de médicaments pour réguler la tension artérielle), peuvent le faire en essayant des cultivars à faible teneur en THC, ou des produits bien équilibrés en CBD, qui compense cet effet.

Paranoïa

Étant donné que le cerveau interprète une accélération du rythme cardiaque comme une réaction de lutte ou de fuite, un sentiment d’anxiété ou de paranoïa peut fréquemment accompagner une dose élevée de THC. Les utilisateurs peuvent également vouloir éviter les cultivars et les produits à forte teneur en THC s’ils souffrent de paranoïa liée au cannabis. La génétique, la consommation antérieure de cannabis et les conditions de santé préexistantes jouent un rôle pour déterminer si le THC produira ou atténuera l’anxiété. Il est courant que la paranoïa diminue avec le temps, à mesure que les personnes développent une tolérance aux effets du THC. En commençant par une faible dose et en l’augmentant lentement au fil du temps, les personnes peuvent surmonter la paranoïa et profiter des avantages médicaux du THC.

Les yeux rouges

Les yeux rouges et injectés de sang figurent parmi les effets secondaires et les signes révélateurs les plus courants de la consommation de cannabis. Après avoir consommé du cannabis, il faut généralement cinq à dix minutes pour que le rythme cardiaque des consommateurs revienne à la normale et que la pression sanguine commence à diminuer. La baisse de la pression artérielle entraîne la dilatation des vaisseaux sanguins et des capillaires, y compris les capillaires oculaires, ce qui fait que les yeux deviennent rouges. Le degré de baisse de la tension artérielle et la rougeur des yeux dépendent de la quantité de THC consommée. La rougeur des yeux induite par le cannabis est un effet secondaire inoffensif qui ne dure généralement que quelques heures.

Appétit

Plusieurs études ont montré que les agonistes CB1 comme le THC peuvent amplifier les signaux d’appétit et de faim dans le cerveau, que ce soit en augmentant la sensibilité sensorielle (c’est-à-dire que les aliments ont meilleur goût) ou en augmentant votre motivation à manger. Cet effet secondaire est couramment recherché par les patients qui souffrent de cancer, de cachexie (syndrome de dépérissement) ou d’autres types de troubles de l’appétit.

Concentrations du THC dans le cannabis

Les niveaux de THC du cannabis dépendent de la variété, de la méthode de culture et des compétences du cultivateur. Une variété dont le taux de THC est inférieur à 0,2% est considérée en France comme du chanvre, légal à la culture et qui est utilisé dans l’industrie du bâtiment, le textile, l’agro-alimentaire, la cosmétique, la santé, etc…

En fonction de la température à laquelle il est consommé, il agira également différemment. Le point d’ébullition du THC est situé à 157°C.

La concentration de THC est très variable dans le cannabis. On considère que les taux de THC dans la beuh vont de 10 à 15%, dans la résine, de 15 à 20%. Certaines extractions de cannabis développent des taux de THC allant de 70 à 90%.

Plus le taux de THC est faible, plus les usagers doivent consommer du cannabis pour en ressentir les effets.

La relation entre le THC et le CBD

Le cannabidiol (CBD), l’autre composé le plus connu de la marijuana, se lie à la fois aux récepteurs CB1 et CB2. Il ne provoque pas d’intoxication comme le THC, et ses effets anti-inflammatoires et antidouleur peuvent être le résultat de plusieurs autres voies de récepteurs. Au niveau moléculaire, le CBD est l’agoniste inverse de l’agoniste du THC, induisant la réponse cellulaire opposée à celle du THC.

Le CBD et le THC peuvent induire des réponses opposées, mais cela ne signifie pas qu’ils annulent nécessairement leurs effets respectifs lorsqu’ils sont utilisés ensemble. Le CBD semble plutôt améliorer les effets thérapeutiques et agréables du THC en minimisant les effets secondaires indésirables tels que l’anxiété et l’accélération du rythme cardiaque.

Plusieurs études ont révélé de manière cohérente la capacité du CBD à réduire les effets secondaires potentiellement négatifs du THC. Des études menées à partir de 2010 ont indiqué que le CBD minimise les effets négatifs du THC sur la mémoire. Une étude de 2012 a même démontré que les consommateurs de cannabis ayant un apport plus élevé en CBD avaient une meilleure mémoire de rappel que les utilisateurs dont le cannabis ne contenait pas de CBD. Des résultats similaires ont été trouvés dans des études sur l’anxiété, le potentiel de dépendance et la paranoïa liés au THC.

De plus, en raison de la capacité du CBD à contrecarrer les effets secondaires indésirables du THC, il permet aux patients de tolérer des doses plus élevées de THC, ce qui se traduit par de meilleurs résultats pour la santé.

Qui doit éviter le THC ?

Les personnes présentant un risque de psychose et les personnes souffrant de troubles cardiaques doivent généralement éviter le THC, surtout à fortes doses. Les personnes ne doivent pas consommer de cannabis là où la loi l’interdit. Les personnes âgées de moins de 18 ans doivent obtenir l’avis d’un médecin qualifié avant de consommer du THC. De nombreuses juridictions exigent qu’un tuteur légal supervise l’administration du cannabis médical aux personnes de moins de 18 ans.

Que faire si vous consommez trop de THC ?

Bien qu’il soit impossible de faire une overdose mortelle ou même incapacitante à long terme avec du cannabis, il est toujours possible de consommer une dose de THC qui produit des effets secondaires désagréables et indésirables.

Une surdose de THC peut produire des symptômes de panique, de paranoïa, de nausées, de vomissements, de dysphorie, de détresse émotionnelle et d’inconfort physique. La surdose est plus susceptible de se produire lorsqu’un utilisateur ingère un produit de cannabis comestible. En effet, lorsque le THC passe dans le système digestif, il est décomposé par les enzymes du foie. Le foie transforme le Delta-9 THC en 11-hydroxy THC, qui est un activateur beaucoup plus puissant du récepteur CB1.

Avant tout, si vous ressentez des symptômes intenses de surdosage de THC, essayez de rester calme. Bien que la sensation de panique soit très courante, elle est toujours temporaire. Les symptômes de surdose de THC peuvent durer de quelques minutes à plusieurs heures, en fonction de la quantité et de la méthode de consommation du THC. En attendant que les symptômes s’estompent, essayez de distraire votre esprit en écoutant de la musique apaisante ou en regardant la télévision. Buvez de petites gorgées d’eau pour vous réhydrater et réduire les symptômes de la bouche sèche.

Les médecins encouragent les personnes victimes d’une grave surdose de THC à se rendre aux urgences, où le patient recevra généralement un sédatif et sera surveillé jusqu’à ce que les symptômes de surdose disparaissent. Toutefois, la plupart des personnes présentant des symptômes modérés peuvent gérer une overdose à domicile avec l’aide d’amis ou de la famille et dans un environnement apaisant et favorable.

Sweet Seeds
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français


CBD Shop France est le réseau n°1 en France du CBD avec + de 100 boutiques

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !