Suivez-nous

Cannabis en Thaïlande

La Thaïlande légalise le cannabis médical

thailande

Le parlement thaïlandais vient d’approuver définitivement l’amendement de la loi de 1979 sur le cannabis pour autoriser son usage à des fins médicales et de recherche. Celle légalisation s’applique également au kratom, une autre plante locale cultivée pour ses propriétés analgésiques et stimulantes. La légalisation du cannabis continue de se propager en Asie de l’Est, une région aux lois antidrogue intransigeantes. La Corée du Sud a récemment légalisé le cannabis médical et la Malaisie, pays voisin de la Thaïlande, a déclaré s’y intéresser. Aux Philippines, malgré une répression féroce du trafic de stupéfiants, le président a annoncé qu’il soutiendrait la légalisation du cannabis médical.

PUBLICITE

Une loi précipitée

L’initiative venait, à la base, du Bureau des Stupéfiants et avait obtenu le soutien du gouvernement militaire qui avait pour ambition de légaliser le cannabis médical avant les élections démocratiques de 2019. Le moyen le plus rapide de le faire sans invoquer la Section 44 (un genre de 49.3 à la thaïlandaise), dont le gouvernement dictatorial aurait largement abusé, était l’introduction d’une loi par les parlementaires eux-mêmes. La proposition de loi fut introduite en début de mois à la NLA (L’Assemblée Législative Nationale), dont les membres sont nommés par le gouvernement, et a été approuvée en première lecture aux alentours du 13 décembre.

L’amendement est passé hier en deuxième et troisième lectures par un vote de 166 députés contre 0 avec 13 abstentions. Le trajet parlementaire habituel étant trop long, c’est par le biais de sessions parlementaires extraordinaires que tout ce petit monde a fait passer la loi de légalisation du cannabis médical avant la fin de l’année. « C’est un cadeau de Nouvel An de la NLA au gouvernement et au peuple thaïlandais » explique Somchai Sawangkarn qui préside le comité de rédaction de l’amendement. Pour être effectif, il doit encore être publié dans la Royal Gazette, le journal public du gouvernement.

L’amendement autorise la production, l’importation, l’exportation et l’usage du cannabis et du kratom à des fins thérapeutiques et de recherche. Les producteurs, distributeurs et chercheurs devront posséder une licence pour manipuler la plante. Quant aux patients, ils devront obtenir une prescription de leur médecin.

La colère de la société civile

La légalisation se fait toutefois sur fond de polémique. Le ministère de la propriété intellectuelle thaïlandais est accusé de corruption pour avoir étudié des demandes de brevets inéligibles émanant de multinationales étrangères. « Le ministère ignore intentionnellement son devoir dans le but de privilégier des conglomérats pharmaceutiques transnationaux en acceptant de considérer des demandes de brevets inéligibles sur les médicaments aux cannabinoïdes » explique Pratch Rujivanarom membre de Free Trade Agreement Watch, une coalition d’activistes de différents horizons, au journal Nation. « Le ministère a potentiellement saboté la recherche médicale et le développement thaïlandais autour du cannabis » ajoute-t-il.

PUBLICITE

FTA Watch demande au gouvernement de révéler toutes les informations concernant les brevets et de geler toutes les demandes de brevet qui violent la loi sur la propriété intellectuelle. Celle-ci interdit notamment le brevetage des plantes. »Nous allons demander au gouvernement de révoquer toutes les demandes avant que la loi ne prenne effet» affirme Dean Panthep Puapongpan de l’Institut de médecine intégrative de Rangsit. “Nous nous opposons férocement aux demandes de brevet sur le cannabis médical car le peuple thaïlandais a appris à utiliser le cannabis dans de nombreuses médecines traditionnelles durant des centaines d’années. Tout le monde devrait avoir un accès égal au cannabis ».

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en Thaïlande

La Thaïlande propose de légaliser l’autoproduction de cannabis

Autoculture de cannabis en Thaïlande

Le parti thaïlandais Bhumjaithai (Parti de la fierté thaï), issu de la coalition au pouvoir, a proposé un projet de loi autorisant les Thaïlandais à cultiver jusqu’à 6 plants de cannabis par ménage, moins d’un an après que le pays l’ait légalisé à des fins médicales et à des fins de recherche.

PUBLICITE

« L’objectif est l’usage médical » a déclaré Supachai Jaisamut, responsable du parti Bhumjaithai. « Vous pourrez l’avoir chez vous pour vos maux, mais pas le fumer dans la rue. » Jaisamut estime également que la loi pourrait être votée dans les six prochains mois.

Un tel projet de loi briserait le monopole actuel du gouvernement thaïlandais sur la production de cannabis et donnerait aux médecins traditionnels la possibilité de traiter les patients avec leur propre production. Ces derniers ont d’ailleurs récemment obtenu le droit de prescrire du cannabis, la Thaïlande ayant une forte tradition d’usage de cannabis et de médecine traditionnelle.

La nouvelle loi créerait un organisme gouvernemental qui serait autorisé à acheter, extraire et exporter du CBD. Cette organisation serait également chargée de superviser la vente de plants de cannabis aux entreprises sous licences, perçu comme une aubaine pour le développement de l’industrie du cannabis à des fins médicales en Thaïlande.

Le gouvernement thaïlandais soutient fortement le développement de son industrie du cannabis médical. Pionnier en Asie du Sud-Est, le pays a d’ores et déjà distribué 10 000 bouteilles d’huile de cannabis à des fins médicales par l’intermédiaire de son ministère de la Santé publique. L’huile est destinée aux patients atteints d’épilepsie, d’Alzheimer, de Parkinson, de douleurs chroniques et de nausées liées à la chimiothérapie.

PUBLICITE

Des cliniques de cannabis ont également ouvert. Le traitement y est garanti pour les patients atteints de la maladie de Parkinson et de l’épilepsie, entre autres. À l’origine, la clinique dépendait de l’approvisionnement en cannabis d’agences gouvernementales. En août, elle a produit son premier lot d’huile de CBD à faible teneur en THC.

L’adoption de la loi Bhumjaithai modifierait radicalement l’approche juridique du cannabis. La législation thaïlandaise sur les drogues en vigueur prévoit actuellement une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans et des amendes élevées. La Thaïlande vient par ailleurs de sortir le CBD et les extraits de cannabis à faible teneur en THC de la liste des Stupéfiants.

Contrairement à de nombreux pays, la Thaïlande bloque les investissements étrangers dans son industrie médicale. Aucune entreprise extérieure ne sera autorisée à vendre de l’huile de cannabis en Thaïlande au cours des cinq prochaines années.

Le parti Bhumjaithai fait partie d’une coalition de 19 partis politiques dirigée par le Premier ministre du pays, le général Prayuth Chan-o-cha. La chef de son parti, Anutin Charnvirakul, qui est également vice-Premier ministre et ministre de la Santé publique, a établi que l’accès au cannabis était l’un de ses objectifs centraux.

PUBLICITE

Bien que la Thaïlande ait été le premier pays de sa région à envisager la légalisation de la marijuana, ce ne sera sûrement pas le dernier. En Malaisie, où les infractions liées au cannabis étaient passibles de la peine de mort jusqu’en 2018, le gouvernement serait en pourparlers pour réglementer également le cannabis à des fins médicales.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0