Les différentes façons de se procurer du cannabis à l’étranger

Les différentes façons de se procurer du cannabis à l'étranger

La France n’étant pas vraiment le paradis pour les consommateurs de cannabis, ces derniers sont souvent voués à aller titiller leurs récepteurs cannabinoïdes dans des pays où la loi qui, soit régulent davantage le cannabis, soit sont plus cléments envers les usagers. La culture et la vente du cannabis restent le plus fréquemment interdites, mais la consommation dans la sphère privée et la détention d’une quantité limitée est autorisée dans bon nombre de pays aujourd’hui.

Aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, le cannabis récréatif est légal dans neuf états américains (mais pas encore implanté dans les 9) : l’Alaska, la Californie, le Colorado, le District de Columbia, l’Etat de Washington, le Maine, le Nevada, le Massachusetts et l’Oregon. Le système qui prévaut est celui des dispensaires. Les touristes sont parfois autorisés à y rentrer et à acheter leur beuh, 7 grammes par jour par exemple en Oregon, contre 28 grammes pour les locaux.

« Pass the blunt, dude »

The Family Joint

« The Family Joint », un coffeeshop basé à Colorado Springs

À Denver (Colorado), depuis la légalisation du cannabis à des fins récréatives, le Colorado accueille les consommateurs du monde entier. Le circuit « Denver Cannabis Tour » affiche souvent complet et permet de faire un véritable parcours touristiques de fumeur de weed. De nombreux coffeshops seront là pour vous accueillir. Un quartier surnommé le « petit Amsterdam » où l’on peut trouver des coffeeshops mais aussi plein de boutiques qui vendent des produits à l’effigie du cannabis ainsi que des restaurants avec des plats à base de weed. En Oregon, les dispensaires pullulent également. A ce jour, il y en a même plus que de Starbucks ou de McDonald’s ! A Portland, la culture du cannabis est très importante. Et pour cause, il s’agit de la première ville américaine à avoir accueilli un dispensaire de cannabis. Chaque année au mois de septembre se tient le Festival de Hempstalk, en hommage à la Marie-Jeanne.

Au Canada

Au Canada, le cannabis est toujours illégal mais le gouvernement de Justin Trudeau devrait légaliser le cannabis à partir du 1er juillet 2018. Toutefois, A Vancouver (Colombie Britannique), des dispensaires de cannabis sont déjà installés et il n’est pas rare d’y voir certaines personnes en train de fumer dans les parcs et sur les plages de cette capitale canadienne du mouvement pour la légalisation du cannabis. Certains restaurants cuisinent ou servent des cocktails et des plats à base de cannabis.

En Jamaïque

« You’re in Jamaica: C’mon and smile! » Le pays du célèbre chanteur et fumeur de ganja Bob Marley a dépénalisé le cannabis en 2015. Et le cannabis y est très accessible : compter 20$ pour avoir 50 grammes avec une qualité variable à ce prix-là. La Jamaïque a toujours eu la réputation d’être un pays décontracté et couvert de champs remplis de plantes de cannabis. Si vous ne trouvez personne vendant ouvertement du cannabis, vous pouvez toujours demander « I’m looking for some Dingki dough ».

Une expression célèbre en patois : Pass mi di lighter mek mi fyah up mi dingki dough. (Passe un briquet pour que je puisse allumer mon pétard)

La Jamaïque avait pour projet d’ouvrir des kiosques à cannabis dès l’aéroport, un projet qui n’a pas encore vu le jour.

Aux Pays-Bas

Bulldog Amsterdam

Bien évidemment, la ville la plus connue pour se procurer du cannabis n’est autre qu’Amsterdam. Profiter d’un pétard, se balader sur les canaux, visiter les musées et admirer l’architecture reste l’activité favorite de tous les consommateurs européens. Alors que la vente de cannabis aux touristes a été remise en question ces dernières années, il est encore légal d’être étranger et d’entrer dans l’un des nombreux coffeeshops de la ville.

A lire : Virée à Amsterdam : Notre sélection de coffeeshops

En Belgique

Le cannabis est illégal en Belgique, bien que sa consommation ait été dépénalisée en 2003. Les Belges peuvent faire pousser un pied de cannabis par personne, ce qui laisse la place au dépannage.

En Espagne

Un Cannabis Social Club de Barcelone

En Espagne, fumer du cannabis est toléré dans la sphère privée mais sa consommation n’est pas l’objet d’une poursuite judiciaire. Pour se procurer du cannabis, les consommateurs ont souvent recours aux Cannabis Social Clubs, des associations déclarées, à but non lucratif, composées de personnes majeures qui mettent en commun leurs savoir-faire pour gérer la production et la distribution de quantités limitées de cannabis entre ses membres. Barcelone recense près de la moitié de la totalité des clubs d’Espagne et les consommateurs peuvent déguster leur weed préférée, en tout légalité, tant qu’elle n’est pas consommée dans les lieux publics.

En Uruguay

L’Uruguay a récemment légalisé le cannabis récréatif. Il s’agit d’un des pays du monde où le cannabis est le moins cher : 1€20 le gramme ! Pour commander du cannabis : On peut en cultiver facilement, en acheter en pharmacie ou appartenir à un Cannabis Club, comme en Espagne. Tout passant (touriste ou habitant) qui se balade tranquillement dans les rues et les cafés de Montevideo la capitale uruguayenne peut s’allumer un joint tranquillement sur les terrasse des cafés et des restaurants.

En Suisse

Cannabis en Suisse

En Suisse, le cannabis est illégal. Cependant le chanvre y est légalisé, et les Suisses ont récemment mis en vente du « cannabis light » à moins de 1% de THC, dans les kiosques suisses.

En outre, une nouvelle proposition a été mise en place en Suisse pour légaliser l’usage personnel de cannabis.

En Allemagne

Le cannabis est illégal en Allemagne, mais sa consommation est tolérée, même si le consommateur l’a obtenu grâce au marché noir. Les médicaments à base de cannabis, néanmoins, sont vendus en pharmacie depuis 2011. La communauté du cannabis en Allemagne est très active et il s’agit d’une vraie culture vivante. A Berlin, la célèbre Hanfparade en l’honneur du cannabis se tient tous les ans au mois d’août.

Le cannabis est largement disponible et facilement accessible dans la plupart des villes allemandes, notamment la résine du cannabis provenant du Maroc, d’Inde et d’Afghanistan. La weed, elle, provient des Pays-Bas, mais de plus en plus de productions se font localement.

Au Maroc

haschich marocain

Le Maroc est le deuxième pays du monde producteur de résine de cannabis après l’Afghanistan, et le premier exportateur mondial de haschich. Le cannabis y est cependant illégal, même si on en trouve à tous les coins de rue. Chefchaouen est la ville pionnière dans la culture du haschich au Maroc.

En Inde

L’Inde est un pays composée à majorité d’hindous, qui vénèrent Shiva. A Bénarès, une ville du nord de l’Inde, le cannabis est vénéré et pour cause : les légendes indiennes disent que les dieux ont envoyé le chanvre par compassion pour la race humaine, afin qu’elle atteigne la plaisir, perde sa peur, et augmente son désir sexuel. Vous pourrez en trouver facilement, même si le cannabis est totalement illégal en Inde. Les peines les plus sévères peuvent aller jusqu’à la prison.

Au Népal

Cannabis népalais

Le Népal est un havre de paix pour les fumeurs de cannabis. A Katmandou, la capitale du pays qui se trouve au milieu de la cordillère de l’Himalaya, le cannabis est vendu dans les rues, pas cher. Il est très puissant et de bonne qualité.

Au Népal, le cannabis était légal jusque dans les années 70. Mais la police du pays a sévèrement puni les consommateurs à la demande du gouvernement américain. Aujourd’hui, la discrétion reste de mise, même si le cannabis reste une substance spirituelle consommée par les religieux du pays.

A lire : Cannabis et religion

Mehdi Bautier

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !