Bob Marley

 Jeudi 11 mai 2017, le monde entier célébrait le 36e anniversaire de la mort de Bob Marley, artiste incontournable qui nous a quittés trop tôt, à l’âge de 36 ans. Retour sur la carrière de ce jeune artiste de reggae aux 200 millions d’exemplaires, de la naissance d’une icône au lancement de sa marque de cannabis.

1945. Naissance de Robert Nesta Marley dit Bob Marley, le 6 février à Nines Miles en Jamaïque.

1963. Il s’installe à Kingston, la capitale jamaïcaine où il rencontre Peter Tosh et Bunny Wailer, et forment le groupe d’influence ska et gospel The Wailing Wailers.

1966. Il se marie avec Rita Anderson, le 10 janvier. A la suite de ce mariage, le Roi Rastafarien se rend en Jamaïque. Sa femme participe à son meeting et déclare qu’elle y a vu les trous sur les mains et les pieds formés par la croix du Christ sur le roi rastafarien. C’est à ce moment là que Bob Marley se convertit au mouvement rasta.

A propos du mouvement « rastafarien »

Dans les années 1920, un pasteur américain appelé James Morris Webb annonce que les descendants d’esclaves noirs doivent retourner en Afrique, dans les terres sacrées d’Ethiopie, qu’on appelle « Zion ». Ce terre est synonyme d’une terre « promise », un lieu sacré où doivent retourner les Afro-Américains. Ils doivent échapper à l’oppression du monde occidental qui règne, symbolisée comme une nouvelle « Babylone ». Ce mouvement est une influence des religions juives et chrétiennes. Les rastas ont des indications précises à respecter tirées de références bibliques : ne pas boire d’alcool, ne pas manger de viande, ne pas se couper les cheveux (ce qui a donné naissance aux dreadlocks) et surtout fumer de la Ganja (un mot indien pour qualifier le cannabis). Le cannabis est ainsi utilisé de manière religieuse et sacrée par les rastas.

Bob Marley et le mouvement rasta

Bob Marley s’est converti à la suite du meeting du Roi rasta et respecte tous les préceptes des rastafaris. Il est polygame, a onze enfants reconnus et ses morceaux parlent beaucoup de la philosophie rasta. A partir de 1974, il entame une carrière solo et produit ses morceaux aux influences reggae qui laisseront un héritage singulier dans la musique populaire occidentale.

I Shot the Sheriff (1973) : Ce morceau symbolise l’oppression et la consommation de cannabis. Elle raconte l’histoire d’un homme qui a tué le shérif de sa ville. Bob Marley avait d’ailleurs confié que cette chanson était inspirée d’une histoire vraie. Ce titre a faire décoller sa carrière et le fit connaître sur la scène internationale.

« Fumer de l’herbe te révèle à toi-même »

Dans les années 1970, le reggae déferle comme une traînée de poudre en Occident. Bob Marley a non seulement popularisé la musique reggae mais également le mouvement rasta et le chanvre. Il fait du cannabis un symbole de libération et de progrès, loin du matérialisme qui prédomine en Europe et aux Etats-Unis.

Le reggae a par la suite donné naissance au rap, directement influencé grâce à Bob Marley. « L’héritage » attribué à la musique et au cannabis avec des artistes que l’on connaît tous aujourd’hui, à savoir 2pac, Snoop Dogg ou encore Wiz Khalifa, qui donne un sentiment d’union entre les personnes par le biais du mouvement rasta et du cannabis. Pour Bob Marley, fumer du cannabis était synonyme d’un mouvement à la fois politique et spirituel. A l’époque, le chanteur militait pour que le chanvre soit légalisé.

1976. Bob Marley échappe à une fusillade à son domicile entre deux opposants politiques en Jamaïque, entre le parti socialise et le parti travailliste. Il est blessé à la poitrine et au bras mais assure quand même un concert à Kingston, devant plus de 80.000 personnes

Exodus

1977. Bob Marley s’exile à Londres. Cet album a une double signification : L’exode du peuple de Moïse dans la Bible et l’exode de Bob Marley lui-même qui a du quitter la Jamaïque à cause de la précédente fusillade. Cet album a connu un succès grandissant avec des titres mondialement connus : Three Little Birds, So Much Thing to Say ou encore Jammin’. L’album compte deux faces, la première relate le mouvement rasta tandis que la seconde se concentre sur le thème de l’amour et notamment son idylle de l’époque avec Cindy Breaskpeare.

1980. Bob Marley produit un concert en France, au Bourget (Seine-Saint-Denis). Plus de 50.000 personnes sont présentes. (photo ci-dessous)

1981. Le 11 mai, Bob Marley meurt d’un mélanome au pied à l’âge de 36 ans, à Miami. Le premier ministre jamaïcain de l’époque, Edward Seaga, fait un discours en son honneur dans lequel il déclare : « Sa voix était un cri omniprésent dans notre monde électronique. Ses traits anguleux, regards majestueux, et le style de caracolant une gravure vive sur le paysage de nos esprits »

2014. Les enfants de Bob Marley lancent une marque de cannabis à l’effigie du chanteur reggae Marley Natural qu’ils décrivent comme « une des meilleures marques de cannabis ancrée dans la vie et l’héritage ». Le produit s’est commercialisé par la suite, même si en 2014 seules deux Etats américains avaient légalisé le cannabis : l’Etat de Washington et le Colorado. Le lancement de cette marque crée quelques polémiques.

Mehdi Bautier