Suivez-nous

Cannabis en France

A quoi pourraient ressembler les coffeeshops en France ?

Le futur des dispensaires de cannabis en France

Si un jour le cannabis est légalisé en France, l’option la plus favorable serait qu’il soit distribué dans des établissements ressemblant aux coffeeshops néerlandais, mais sous contrôle de l’Etat. Vu qu’on a encore quelques années avant que ça arrive, si jamais, voici ce à quoi pourraient ressembler les dispensaires de cannabis en France.

PUBLICITE

Des vaporisateurs de toutes formes et toutes tailles seront proposés

Vaporisateurs de cannabis

La vaporisation est une alternative moins chère et plus saine qu’un joint ou un blunt. Les consommateurs pourront choisir parmi une variété de modèles discrets et intelligents, qui pourront par exemple s’adapter aux prescriptions médicales des patients.

Il y aura autant de femmes que d’hommes à l’intérieur

Femmes dans coffeeshop

Sur ce coup, on s’inspire de ce qu’il se passe aux Etats-Unis. Les femmes sont très présentes dans l’industrie du cannabis, elles sont 36% parmi les personnes dirigeantes des sociétés cannabiques, contre 22% en moyenne dans les entreprises américaines. On espère donc que cette tendance traverse l’Atlantique et tende à la parité, si chère à notre pays.

PUBLICITE

Les dispensaires offriront un choix de marques comme n’importe quel magasin

Marques de cannabis en France

Snoop Dogg a créé sa propre marque, Leafs, Willie Nelson est en train, et certains petits producteurs commercialisent déjà leur cannabis en marketant leur produit. Les consommateurs devenant attentifs à la traçabilité du produit, les dispensaires devront identifier clairement les producteurs plutôt que de mettre leur nom sur les productions d’autres personnes. Cela permettra également aux clients d’avoir un choix, fonction de leurs envies, de leurs goûts ou de leurs prescriptions.

Les produits seront visibles

Dispensaires de cannabis en France

Je ne sais pas si vous êtes déjà allé dans un coffeeshop à Amsterdam, mais impossible de voir ce que vous allez commander avant que le vendeur ne vous le montre. Le dispensaire du futur montrera clairement les variétés et produits en stock. Des entreprises se lancent d’ailleurs déjà dans les meubles pour dispensaires « haut de gamme ».

PUBLICITE

Les dispensaires donneront des cours

Cours sur le cannabis en France

Les dispensaires ne seront pas là que pour délivrer leurs produits, mais aussi pour éduquer les gens et familiariser les patients à l’usage du cannabis. Les cours pourront porter sur les produits, leur consommation ou la cuisine au cannabis. Et fidéliser une clientèle satisfaite

La technologie s’intégrera à l’expérience client

Technologie des coffeeshops

L’industrie s’intégrera au parcours client dans les dispensaires. Des tablettes pourront par exemple permettre de s’informer sur les différentes variétés proposées, avec des détails sur la puissance, le goût et l’origine. Tout comme les entreprises de livraison de cannabis à domicile comme Eaze, les dispensaires sortiront leur propre appli pour communiquer auprès de leur client et recevoir directement les commandes, avant de les livrer en magasin ou à domicile.

Il pourrait ne pas y avoir de dispensaire physique

Livraison de cannabis en France

Imaginons beaucoup. Les dispensaires pourraient ressembler à Amazon, et n’auraient donc aucune présence physique. Et livrer du cannabis par drone. Qui sait ?

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en France

Quelle efficacité pour le futur « plan stup' » en France ?

Efficacité du plan anti-stups en France

Edito. 4 ministres étaient réunis ce matin à Marseille pour annoncer la mise en place d’un nouveau plan anti-stupéfiants en France. Grande oubliée de cette réunion ? La ministre de la Santé. Le ton était donné, le cannabis n’est qu’un enjeu répressif. Regroupé autour de 6 thèmes principaux et 55 mesures, l’objectif (louable) est de mettre un grand coup au trafic de drogues en France. Mais si 50 ans de prohibition ont échoué, comment faire ? Passer la « vitesse supérieure » nous dit Castaner.

PUBLICITE

Pour nous qui croyions fortement à l’efficacité de l’amende Poulliat, dont on nous promettait qu’elle allait permettre de déporter les forces de police sur la lutte contre le trafic, c’est une déconvenue certaine. Elle n’est d’ailleurs toujours pas en application, comme l’expliquait ce matin David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale sur France Info, qui n’y voit qu’un « outil », à condition de « pouvoir encaisser [et] prélever cette amende ». Dommage de ne pas y avoir pensé plus tôt. Nicole Belloubet a précisé plus tard qu’elle le serait courant 2020.

55 mesures donc, et aucun objectif de fixé. Ce sera ainsi plus facile de communiquer sur la réussite de ce plan, qui va à rebrousse-poil de tout un contexte international. Tout le monde connaît évidemment la situation du cannabis en France : pays le plus répressif et premier consommateur de cannabis en Europe.

Alors que l’échec de la répression sur la consommation de drogues est désormais internationalement reconnu, que le Luxembourg va légaliser le cannabis, que les Pays-Bas passent en partie à une production nationale encadrée et régulée, que le Portugal a dépénalisé toutes les drogues en 2001, comme tous nos voisins ensuite, alors même que notre ministre de l’Intérieur était un fervent défenseur de la légalisation du cannabis, alors que 33 Etats américains ont légalisé le cannabis médical et 11 le cannabis récréatif, que le Canada et l’Uruguay l’ont fait, que le Mexique et l’Afrique du Sud ont déclaré son interdiction inconstitutionnelle et sont en train de légiférer, l’exécutif français n’a finalement qu’un mot à la bouche : répression.

Omo lave plus blanc que blanc

La future répression à l’égard des trafics s’appuiera notamment sur ces 6 grands points :

PUBLICITE
  • remplacer l’OCRTIS par l’Ofast, pour « oublier » les nombreuses affaires d’importations illégales de cannabis. Le nouvel organe sera muni de 150 enquêteurs et de 16 antennes territoriales
  • renforcer la remontée d’informations sur l’état du marché, à la fois statistique via la MILDECA (qui a déjà du mal à dissocier chanvre et cannabis) et pragmatique via par exemple des cartographies des points de deal
  • création d’un plan-poucave, pour dénoncer plus facilement le dealer le plus chaud de ta région
  • saisir davantage les biens des mis en examens
  • renforcer la coopération internationale, notamment avec le Benelux. Ce sera peut-être l’occasion de regarder du côté des Pays-Bas et du Luxembourg.
  • et globalement augmenter les budgets dédiés à la lutte contre les trafics

Hormis les innovations techniques et les nouvelles techniques d’enquête, le plan reste sur la même ligne que ces 50 dernières années. La prévention sera adressée via les risques sanitaires et pénaux. Et la prise en charge des addictions évacuée au grand plan 2018-2022 qui ne promettait là aussi rien de nouveau. La lutte contre les stupéfiants coûtait déjà 680 millions d’euros par an en France, sans 1 seul centime de gain. Même Hadopi n’en avait pas rêvé.

Et pourtant, un échec couru d’avance

S’il est aussi typiquement Français de jouer les oiseaux de mauvaise augure, voici ce qui pourrait nous mettre objectivement sur la piste d’un énième échec de politique publiques des drogues en France :

  • La répression échoue depuis 50 ans en France.
  • Christophe Castaner ne croit pas à son plan. Il le disait lui-même il y a tout juste 4 ans à propos du trafic de cannabis : « c’est pas la sanction qui empêche le trafic ».
  • le Mexique, qui a envoyé l’armée contre les cartels et lancé une guerre à la drogue qui a fait plus de 100 000 morts, finit par légaliser.
  • plus un produit est prohibé, plus il est intéressant pour le marché noir. C’est en tout cas la conclusion d’une étude belge sur les trafics en Belgique.
  • les circuits d’acquisition du cannabis ne se limitent plus au four. La mesure 13 du plan propose d’ailleurs d’engager une réflexion « pour améliorer la surveillance du vecteur postal ». Si c’était toutefois la seule…
  • le succès d’une politique de répression ne peut seulement se réjouir d’une hausse des saisies. Ce chiffre ne veut rien dire. Tout au plus il dénote d’un regain d’activité des Douanes. Mais sans savoir ce qui n’est pas saisi, ce chiffre ne sert qu’à se regarder le nombril. 500 tonnes sont consommées chaque année en France. Se féliciter d’en avoir arrêté 100, sans non plus préciser si elles étaient destinées au marché français, n’est que du chiffre. Pas de l’efficacité.
  • si tant est que l’offre se raréfie, et c’est fortement improbable désormais, le seul consommateur en fera les frais : produits plus chers, plus coupés, plus forts, cartouches de THC avec des diluants mortels, cannabinoïdes synthétiques… Mais pas moins disponibles

« La France ne sera pas le terrain de jeu des trafiquants », a conclu le ministre en fin de présentation. Tous ces éléments, et les quelques 50 dernières années dans le monde, nous poussent au contraire à croire que les seuls gagnants de ce plan anti-stups seront bien les trafiquants.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0