Suivez-nous

Business

Pourquoi les femmes ont une énorme influence dans le monde de la marijuana ?

Femme et cannabis

Tout comme Pauline Sabin, une personnalité mondaine de New-York, a combattu l’hypocrisie de la Prohibition au début du 20ème siècle, la légalisation du cannabis aux Etats-Unis a été largement conduite par des femmes. Venant d’horizons divers – politique, entreprise, légal ou scientifque – elles sont devenues sans conteste les personnes les plus influentes de l’industrie du cannabis aux Etats-Unis, faisant avancer la législation et défiant les stéréotypes du consommateur de marijuana.

PUBLICITE

L’impact des femmes dans la weed n’est bien sûr pas facilement quantifiable. Mais au fur et à mesure qu’elles rentrent dans l’industrie, comme leader de l’élaboration des réformes notamment, leurs efforts collectifs sont reconnus. Elles embrassent la tendance de remise en question des lois fédérales qui maintiennent la marijuana dans la liste des drogues les plus dangereuses, la Schedule I. On pourrait voir en elles les vraies Nancy Botwin, star de la série Weeds, mais elles sont bien plus que ça.

Dans le dernier numéro de Newsweek, le dossier de une intitulé « Women in Weed » explorait cette tendance, interrogeant certains des plus puissants leaders de l’industrie et discutant des différents moyens par lesquels les femmes ont changé la perception nationale du cannabis à travers leurs plaidoiries. Non seulement les femmes sont aux premières loges pour promouvoir les intérêts de la légalisation, mais elles se confrontent également à des défis uniques.

Les femmes qui rejoignent le mouvement viennent de partout

Greta Carter faisait partie des premiers demandeurs à qui furent délivrés les autorisations de culture de cannabis dans l’Etat de Washington, où l’usage récréatif du cannabis est légal. Mais elle a surtout aidé à construire l’Initiative 502, projet de loi de légalisation du cannabis présenté à l’Etat et approuvé en 2012. Carter est aussi une ancienne vice-présidente d’une franchise Citibank.

Shaleen Title, avocate, activiste et directrice d’une agence de recrutement spécialisée dans la weed, THC Staffing, déclarait à Newsweek qu’au moins de la moitié de ses employés sont des femmes. « Je vois d’ailleurs plus de femmes avec des expériences passées classique désireuses de rejoindre l’industrie de la marijuana. Avec le temps, il y aura plus de femmes avec de l’expérience dans ce milieu. »

PUBLICITE

Mais ce ne sont pas seulement des femmes du milieu de l’entreprise qui rejoignent le secteur. Elles sont notamment bien représentées dans les domaines scientifiques liés au cannabis. A CannLabs, un laboratoire de test de marijuana basé au Colorado, la scientifique Genifer Murray déclare qu’elle embauche en majorité des femmes avec des diplômes supérieurs en science, et confirme qu’elles seront les expertes de demain.

Les femmes légitiment l’industrie de la marijuana

Dans un domaine qui met l’accent sur des soins de compassion, les femmes sont devenus un atout particulièrement précieux. Beaucoup d’entre elles sont mères, éducatrices, ou aide-soignantes, avec une expérience passée dans le milieu médical et des intérêts personnels dans l’industrie. « C’est une industrie compatissante, pour l’essentiel, surtout quand vous vous attardez sur le côté médical. Les patients ont besoin de temps et de considération, et les femmes sont très douées pour ça. L’industrie du cannabis est faite pour les femmes », explique Murray.

Voir autant de défenseures de la marijuana, se mobilisant pour faire passer des réformes, affecte la perception publique du cannabis, quoique graduellement, et cela a eu un énorme impact sur les récents progrès de l’industrie. Elles donnent de la crédibilité au mouvement à un niveau jamais atteint par les hommes. Et les hommes prennent des notes.

« C’est tout à fait commun de voir une femme diriger un business autour du cannabis et avoir une position clé dans les dispensaires, chez les détaillants ou dans les plantations » rapportait Chris Walsh, fondateur du magazine Marijuana Business Daily, à Newsweek.

PUBLICITE

Le CEO d’ArcView, Troy Dayton, raconte qu’il a vu un afflux de femmes dans l’industrie de la marijuana au cours de l’année précédente, et ajoute que les foires commerciales du cannabis ont très vite évolué, notamment en évitant la présence de démonstratrices à moitié nues sur des podiums. Si l’automobile pouvait s’en inspirer…

Les femmes dans la weed font face à des défis uniques

Mis de côté les pressions et les menaces légales de la DEA (les Stups US) et de l’IRS (le FISC ricain), les femmes doivent aussi se préoccuper des potentielles répercussions de leur implication dans la marijuana chez elle. En particulier, les femmes doivent davantage considérer le fait que les Services de Protection de l’Enfance regardent de travers les mères qui travaillent dans ce business. Les pères ont plus tendance à y échapper.

Il y a même des services légaux qui ont évolué pour faire face à ce problème en particulier. Sarah Arnold, la co-fondatrice d’une association « Cannabis et Lois de la Famille », la Family Law & Cannabis Alliance, explique qu’il existe une quantité incroyable de misogynie dans les mouvements politiques et l’industrie en général. Son entreprise, qui assiste les femmes dont les enfants ont été confiés à la Protection de l’Enfance à cause de leur lien avec la marijuana médicale, a été créée après qu’elle-même ait eu affaire aux Services à cause de son travail, et ait failli perdre la garde de ses enfants.

« A l’époque, personne d’autres ne parlait de ce Service, des batailles juridiques ou quoique ce soit qui concernait le cannabis et les droits parentaux », confie-t-elle à Newsweek. « J’ai alors commencé à en parler, à écrire dessus, et à aider les gens toute seule. Je considère que c’est ma tâche dans cette vie ».

Les femmes occupent déjà des postes clés

Au fur et à mesure que les légalisations tombent, elles prennent des rôles majeurs dans l’industrie. Le milieu de la marijuana leur permet de prendre des raccourcis énormes en termes d’évolution de carrière, et elles contribuent à leur tour à pérenniser le business. Quelques exemples :

_ Mary Lynn Mathre a fondé et est toujours présidente de l’American Cannabis Nurses Association (ACNA), une organisation nationale de 315 membres, dont 271 femmes, qui sensibilise le milieu médical à l’utilisation de la marijuana.

_ Eloise Theisen, membre du board et directrice d’ACNA a créé sa clinique de traitement à base de cannabis médical, Green Health Consultants

_ Emily Paxhia analyse les places de marchés financières du cannabis comme membre fondateur de la firme d’investissement Poseidon Asset Management, centrée sur la marijuana

_ Meghan Larson a créé Adistry, la première plateforme numérique de publicité vidéo

_ Olivia Mannix et Jennifer DeFalco ont fondé Cannabrand, une agence de marketing du cannabis basée au Colorado

_ A Berkeley, Californie, trois avocates – Shabnam Malek, Amanda Conley et Lara Leslie DeCaro – ont créé l’Association Nationale des Bars à Cannabis. Coley et Malek ont également créé Synchronicity Sisters, qui héberge des « soirées Tupperware » avec des produits dérivés du cannabis faits par des femmes pour des femmes.

Avec toutes ces idées, Mesdames, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Steph

    3 septembre 2015 à 9 h 29 min

    Article qui date de mai 2015 , repiqué et remanié !!!!!

    Vous ne citez jamais , aucunes sources originales dans vos articles ,
    qui ne sont pas de vous mais juste arrangés a votre sauce pour faire de
    la « pseudo » infos : AMATEURS !!!!

    • NewsWeed

      3 septembre 2015 à 10 h 20 min

      Bonjour Steph.

      Merci de nous suivre de près 🙂

      Je ne vois pas comment le soit-disant article original peut dater de mai 2015 alors que la une de Newsweek date d’août 2015 ; nous faisons d’ailleurs un lien vers ce dossier dans sa version Web, dont nous proposons ici un résumé, effectivement remanié et consolidé pour coller à notre ligne éditoriale.

      Nous ne prenons pas du tout le sujet à la légère et notre but n’est surtout pas de faire de la « pseudo info » comme vous le prétendez.

      La rédac Newsweed.

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Business

Santé Canada suspend les licences de Canntrust et d’Evergreen

Suspension de licence pour CannTrust

CannTrust a annoncé avoir reçu un avis de suspension de licence de Santé Canada en réponse à la non-conformité de ses installations de production et de culture.

PUBLICITE

« Les inspecteurs de Santé Canada ont remis les avis de suspension à CannTrust Inc. aujourd’hui, et saisissent et retiennent tous les produits à base de cannabis sur les deux sites », a déclaré Tammy Jarbeau, porte-parole de l’organisation gouvernementale, dans un email à MJBiz Daily.

« Santé Canada continuera de surveiller de près les actions entreprises par CannTrust Inc. et réévaluera le statut de la licence de la société à mesure que de nouvelles informations seront disponibles », a ajouté M. Jarbeau. « Santé Canada peut également déterminer que des mesures supplémentaires de conformité et d’application sont justifiées. »

CannTrust conserve pour l’instant son droit de cultiver et récolter les plantations en cours, mais pas d’en cultiver de nouvelles ou de vendre du cannabis.

Côté Evergreen Medical Supply, Santé Canada a suspendu la capacité d’Evergreen de « cultiver, transformer et vendre du cannabis, des plantes et des graines de cannabis fraîches et séchées » comme rapporté par Bloomberg.

PUBLICITE

« Le 9 août, Santé Canada a suspendu les licences d’Evergreen Medicinal Supply afin de protéger la santé et la sécurité du public, notamment d’empêcher que le cannabis ne soit détourné sur le marché illégal, en raison du non-respect de certaines dispositions de la Loi sur le cannabis et du Règlement sur le cannabis » a expliqué Tammy Jarbeau.

Evergreen, producteur de cannabis basé en Colombie-Britannique a répondu «travailler à des mesures correctives» à la suspension de sa licence.

Les inspecteurs de Santé Canada ont effectué une inspection inopinée dans les locaux de la société à Saanichton, en Colombie-Britannique en avril. L’inspection a révélé «un certain nombre d’observations critiques et une classification globale non conforme» liée aux pratiques de production de la société, à la tenue des registres, au contrôle des stocks et au respect des contrôles de licence. L’entreprise aurait également des impayés de loyer ainsi qu’un bail expiré.

Evergreen a reçu sa licence de vente de cannabis médical en mars 2017 et a principalement pour but de produire du cannabis pour d’autres producteurs de licences agréés. Evergreen exploite une installation de 600m² et avait prévu de tripler sa surface de culture.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0