Suivez-nous

Cannabis en France

Les lois sur le cannabis évoluent, la France est coincée dans le passé

Marianne en prison

Edito. Depuis le 8 novembre dernier, plus de la moitié des Américains a accès au cannabis thérapeutique et 1 Américain sur 5 au cannabis tout court. Près de 30 millions de Californiens majeurs pourront accéder dès janvier 2018 à une herbe 100% légale, régulée, contrôlée et testée par l’Etat. La Californie avait légalisé le cannabis médical en 1996. Elle aura donc mis 20 ans à passer à une légalisation totale.

PUBLICITE

De notre côté de l’Europe, les choses ne sont pas aussi immobiles qu’on pourrait penser. L’Irlande, l’Italie, la Suisse, l’Allemagne ou encore le Danemark s’intéressent de près à une réforme des lois sur le cannabis. L’Espagne et le Portugal ont déjà mis le pied dedans en autorisant d’une part les Cannabis Social Clubs, de l’autre en dépénalisant toutes les drogues. Les conséquences de cette nouvelle législation au Portugal sont « dramatiques » : baisse de la consommation de cannabis, notamment chez les plus jeunes, diminution importante des overdoses, baisse des infections virales liées à l’usage de drogue (VIH, hépatites, etc…).

Comme si la prohibition actuelle des drogues n’avait fait qu’empirer leur consommation, et leur consommation problématique. Car c’est là où se situe le problème : l’usage problématique des drogues. Qu’on ne s’y trompe pas d’ailleurs : la drogue, c’est mal. Certaines sont légales (le tabac, la cigarette) avec des conséquences sur la santé et la société très lourdes, sans doute plus que celles du seul cannabis.

La prohibition des drogues, et du cannabis en particulier, a eu deux effets certains : stigmatiser une partie de la population des consommateurs (les Noirs aux Etats-Unis, les Arabes en France pour résumer) qui représentent les mêmes pourcentages de fumeurs que les Blancs, mais sont plus susceptibles de finir en GAV ou en prison pour possession ou consommation ; et installer des filières de production, d’importation et de ventes illégales, aujourd’hui, très puissantes, et dont les revenus alimentent des filières plus ou moins inconnues, possiblement dangereuses.

Le problème n’est donc pas tant le mal que fait le cannabis à ses usagers, mais les conséquences fortes de la prohibition du cannabis.

PUBLICITE

La prohibition n’a jamais empêché nos enfants de fumer, nos adolescents de trouver un joint cool, les jeunes cadres de se fournir à Saint-Ouen, les débrouillards de faire pousser chez eux, mais refuse à notre grand-mère le droit d’utiliser une crème au cannabis pour soigner son arthrite.

En France, la situation est aujourd’hui figée. La loi de 1970, relative aux mesures sanitaires de lutte contre la toxicomanie et à la répression du trafic et de l’usage illicite de substances vénéneuses, et votée un 31 décembre, est aujourd’hui clairement obsolète. Son objectif de l’époque était de lutter contre la French Connection et l’épidémie d’héroïne, et ne prend plus en compte les usages actuels.

Nous avons aujourd’hui de nombreux exemples de régulation du cannabis par l’Etat, certains bons, d’autres mauvais, pour pouvoir entamer une réflexion profonde sur un changement de loi, qui pourrait garantir à la fois une filière de production et de distribution sécurisée et contrôlée par une instance gouvernementale, et des politiques de communication et de prévention à l’égard des anciens et nouveaux consommateurs. Ce serait là sans doute une politique courageuse. Les enjeux sont nombreux : intégration de la filière illégale dans un circuit légal, prévention routière et scolaire, filière médicale du cannabis, etc… Ne rien faire, c’est en revanche se soumettre à une situation qui ne fonctionne plus.

Combien vont s’y frotter en cette veille d’élection ? Très peu. NKM, dans une vaine tentative de se démarquer de la cohorte masculine de droite, Hamon, Macron peut-être. Ce n’est toujours pas une raison d’accepter le statu quo. Certains, en off, sont plus sensibles que d’autres au sujet. Certains autres, pour des raisons familiales par exemple, n’iront jamais dessus.

PUBLICITE

La démocratie ne doit pas se résumer en une lutte des pro contre les anti. Cette thématique en particulier doit être portée par une population qui a compris qu’aujourd’hui la situation était biaisée. 5 millions de gens fument. On n’aime ou on n’aime pas ça, mais on ne peut plus se voiler la face. On peut ne pas fumer de cigarette, avoir un proche décédé d’un cancer du poumon après une vie à fumer des Gitane maïs, et être pour une filière légale d’achat de tabac. Combien de produits frelatés seraient sinon disponibles…

Si l’on s’attache aux faits, la conclusion à la situation actuelle est plutôt claire. L’Etat doit reprendre le sujet entre les mains. De toute sa force et avec toute sa volonté. A nous de lui montrer que c’est possible et souhaitable.

Et en attendant, vive la Californie !

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0