Suivez-nous

Lifestyle

10 choses à savoir sur les Cannabis Clubs de Barcelone

Cannabis clubs de Barcelone

Barcelone, ou la nouvelle Amsterdam. Les Cannabis Social Clubs (parfois résumés en CSC) étant légaux en Espagne, un nouveau tourisme cannabique se développe dans la ville catalane. Voici donc 10 choses à savoir sur les Cannabis Clubs de Barcelone.

PUBLICITE

1. Les Cannabis Clubs de Barcelone sont privés, et non publics

Ne confondez pas les cannabis clubs avec les coffeeshops d’Amsterdam. Ces derniers sont publics et ouverts à tout le monde. Les cannabis clubs sont eux ouverts aux nouveaux membres uniquement par cooptation de personnes déjà membres.

Là où l’ambiance des coffeeshops ressemble beaucoup à celle d’un bar normal, les cannabis clubs vous feront davantage vous sentir chez vous.

2. Vous n’achetez pas de weed dans les Cannabis Clubs de Barcelone

Lorsque vous devenez membre d’un cannabis club à Barcelone, vous intégrez un groupement de cultivateurs qui produisent et distribuent leur propre récolte. Le cannabis produit appartient à tous les membres, dont vous.

Vous êtes en revanche tenus de payer votre part des charges nécessaires pour faire pousser ce cannabis. Ces coûts sont compensés par un certain nombre de moyens, et les membres se partagent généralement le coût.

PUBLICITE

Cela signifie que vous n’achetez pas de weed lorsque vous faites partie d’un club. Vous faites tout simplement l’acquisition de ce que vous et les autres membres ont produits. Il est souvent considéré comme déplacé de parler « d’acheter du cannabis », et si vous le faites dans un club, vous pourriez vous faire corriger.

3. Vous avez besoin d’une carte d’identité et d’une adresse en Espagne pour devenir membre

Pour intégrer un club, vous devez présenter une pièce d’identité valide. Vous devez également fournir une adresse résidentielle en Espagne (pas un hôtel). Vous ne recevrez jamais de courrier et on ne vous demandera pas de justificatif de domicile.

Certains clubs vous demanderont également une photographie, prise par webcam à l’entrée des clubs. Et vous devez bien sûr être majeur, souvent plus de 21 ans.

4. Vous pouvez toujours avoir des ennuis en fumant du cannabis à Barcelone

Juste parce que vous pouvez légalement acheter du cannabis à Barcelone ne signifie pas que vous pouvez faire tout ce que vous voulez. Les lois espagnoles sont très libérales dans les espaces privés.  Mais si vous consommez en public et êtes pris par les forces de police, on vous confisquera certainement votre conso, avec possiblement une amende à la clé.

PUBLICITE

5. Tous les cannabis clubs ne font pas pousser leur propre weed

Par manque d’espace ou de moyens, certains cannabis clubs se fournissent à l’extérieur du club. Soit auprès d’autres clubs, ou par des cultivateurs de la campagne catalane. Renseignez-vous sur les clubs avant d’y aller, histoire de ne pas acheter la même chose que ce que vous trouveriez dans la rue.

6. Les clubs sont tous différents

Les différences entre clubs sont assez surprenantes. Du petit endroit intimiste à l’énorme club sur 3 étages, il y en a pour tous les goûts. Certains clubs sont à thème, d’autres plutôt distingués, et d’autres assez miteux.

La plupart des clients réguliers ont plusieurs cartes de membres et circulent entre plusieurs clubs, pour différentes raisons : ambiance, qualité de la weed, différentes variétés, etc…

7. La plupart des cannabis clubs demandent une souscription à l’année

Quasiment tous les clubs demandent des frais annuels d’inscription. Ils tournent généralement autour de 20€, mais peuvent aller de 10 à 50€.

Vous ne pouvez pas négocier ces frais. En tant que membre, vous êtes tenus de participer au même niveau que tous les autres. C’est la manière dont doit être géré un Cannabis Club, et vous contribuez également lorsque vous achetez quelques grammes de cannabis ou de haschisch, ou pour n’importe quel autre service fourni par le club (boissons chaudes par exemple).

Si vous voulez amener un ami ou un membre de votre famille qui ne fume pas dans votre club, vous pouvez tout à fait le faire, mais la personne devra s’enregistrer en tant que membre avant de pouvoir entrer dans le club.

8. La quantité de cannabis par personne est limitée

C’est important : la quantité de cannabis qu’une personne peut acheter par mois est limitée en Espagne. La limite tourne autour de 98 grammes, ce qui signifie que même si vous achetez dans plusieurs clubs, vous pourriez être embêté. Demandez bien à votre club la limite actuelle.

9. Les cannabis clubs n’ont pas le droit de faire de la pub

Comme les clubs sont des organisations de membre privées, ils n’ont pas le droit de faire de la publicité. C’est peut-être pour cela que nombres de gens passent à côté des clubs sans deviner ce qu’il y a derrière leurs portes.

Si vous êtes approchés par quelqu’un dans la rue pour devenir membre d’un club, vous devriez donc faire attention. C’est peut-être un club illégal, ou tout simplement une arnaque. Les clubs professionnels ne démarchent pas dans la rue pour recruter de nouveaux membres. Ils n’en ont pas besoin et enfreindraient la loi.

Comment trouver un cannabis club à Barcelone du coup ? Vous pouvez par exemple aller faire un tour sur Weedmaps !

10. La régulation des Cannabis Clubs est en train de se faire

Il y a à peu près 200 cannabis clubs à Barcelone. Le législateur espagnol a d’ailleurs fixé une limite maximale de clubs en attendant de prendre les mesures législatives appropriées pour réguler ces nouveaux clubs. Cela signifie que tout ça pourrait changer dans les prochains mois, avec de nouvelles règles pour les touristes par exemple. Renseignez-vous bien sur les dernières modalités dans votre club !



Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

9 Commentaires

9 Commentaires

  1. ReMo

    25 mai 2016 à 15 h 07 min

    Du coup, pour un we à barcelone, pas possible d’aller y faire un tour sans parrainage ?

  2. Petcherz

    26 mai 2016 à 13 h 50 min

    Pour ceux qui voudraient fair un tour dans un social club à Barcelone ! 😉 https://www.facebook.com/smokebarcelona/?fref=ts

  3. joé laroque

    9 janvier 2017 à 23 h 29 min

    Je reviens d’un séjour à Barcelone et ces gars là mon vraiment beaucoup aidé!!https://www.facebook.com/Fumer-Du-Cannabis-%C3%A0-Barcelone-146211502538481/

  4. Petcherz

    5 août 2017 à 15 h 48 min

    Salut, n’hesitez pas à contacter la page High Life Barcelona pour adherer à un club sur Barcelone : http://facebook.com/highlifebcn. 😉

  5. vapori

    7 août 2019 à 3 h 26 min

    J’ai accédé à plusieurs clubs grace à mes contacts et c’est vraiment la folie ! Plus personne ne va à Dam dans nos connaissances, si ce n’est pour le côté « différent » et que Amsterdam restera toujours Amsterdam mais les CSC sont vraiment plus intéressants à tout point de vue si vous avez trouvé un bon spot,, bien entendu car tous ne sont pas recommandables comme écrit plus haut dans cet article.
    Plus sérieusement : un bon contact pour accéder à des clubs raffinés en terme de qualité tout en restant abordables. On parle ici notamment des gagnants des dernières spannabis : https://www.facebook.com/BCNweedTour

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Lifestyle

Des chercheurs espagnols mettent au point une variété de chanvre sans THC et fortement titrée en CBG

CBG cannabis sans THC

Une entreprise valencienne, en partenariat avec une équipe de chercheurs en agronomie de l’Université Polytechnique de Valence, a mis au point une variété de cannabis sans THC mais avec un fort taux de CBG – un cannabinoïde normalement présent dans la plante de manière résiduelle mais qui aurait des vertus médicinales. Cette découverte permettrait à la fois de contourner l’illégalité du cannabis qui repose sur la présence de THC et de favoriser la recherche autour du CBG.

PUBLICITE

La science du CBG

Le CBG est le précurseur de tous les cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis ; c’est la « cellule mère du cannabis ». Au fur et à mesure du processus biologique de la plante, le CBG se transforme en THC, en CBD et autres cannabinoïdes moins connus. C’est pourquoi lorsque la plante est à maturation, il ne reste du CBG que des traces (<1%).

Le pari de l’équipe de chercheurs menée par Salvador Soler, avec le financement de la société Hemp Trading, était de développer une variété qui « bloque certaines étapes du chemin de biosynthèse des cannabinoïdes, évitant ainsi la formation de THC et augmentant l’accumulation de CBG ».

Ce n’est pas la première étude que Salvador Soler et son équipe mènent sur la structure génétique du cannabis. Ne pouvant pas travailler directement avec la plante de cannabis, ils ont d’abord travaillé sur l’ADN du cannabis à partir des graines (qui ne contiennent pas de THC). Intéressée par ces études, la société Hemp Trading a commandé une autre étude pour examiner la possibilité de développer des variétés sans THC. Cette fois, l’Université a obtenu de l’Agence Espagnole du Médicament un permis pour travailler avec la plante. C’est ainsi qu’est née cette nouvelle variété.

« Grâce à ce développement, nous obtenons des plantes totalement légales avec des niveaux de CBG supérieurs à 15%, alors que le taux habituel est de 0,1% à 0,5% », explique Ernesto Llosá, Directeur Général de la société Hemp Trading. Qui plus est, comparée aux plantes de chanvre utilisées pour la production de CBD, celle-ci ne comportent pas de résidus de THC.

PUBLICITE

Pour quoi faire ?

Certaines études suggèrent que le CBG pourrait posséder des propriétés thérapeutiques similaires au CBD. « Beaucoup d’études académiques ont montré que le CBG a des propriétés anti-inflammatoires, anti-cancérigènes, anti-rhumatiques et palliatives » affirme Salvador Soler dans des propos rapportés par El Mundo. Malgré des résultats préliminaires prometteurs, la recherche sur le CBG stagne.

En cause : la production de CBG reste problématique car elle demande beaucoup de matière première végétale au vu de la faible teneur en CBG des variétés de cannabis connues. C’est pourquoi cette nouvelle variété est une petite révolution : « grâce à ce développement, le CBG peut être obtenu massivement, ouvrant la porte à une production à grande échelle de manière légale, avec le but d’effectuer des tests pour évaluer ses propriétés médicinales » explique Ernesto Llosá.

La société Hemp Trading nous informe qu’elle a déposé une demande pour faire enregistrer cette variété dans le catalogue européen et a commencé la production commerciale. Le CBG extrait pourra, à terme, servir dans l’industrie pharmaceutique mais également dans l’industrie du bien-être comme c’est le cas du CBD. Grâce à l’absence de THC dans la plante, les produits dérivés de cette variété ne seront pas soumis à la polémique des 0,2% de THC : le gouvernement français considère que les produits dérivés ne doivent contenir aucune trace de THC.

Salvador Soler est prudent mais confiant. A la question « pourra-t-on trouver le CBG en pharmacie bientôt » il répond : « Je crois qu’il y a beaucoup d’intérêts économiques et commerciaux mais il reste encore du chemin à faire. Il faudra le tester sur des patients et pour cela il y a des protocoles et des licences à obtenir. C’est quelque chose de régulé. Cependant, il est possible que dans peu de temps, d’ici trois à cinq ans environ, on puisse la transférer au secteur pharmaceutique ».

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0