Benoît Hamon en faveur d’une légalisation du cannabis en France

Benoit Hamon cannabis

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche et député des Yvelines, s’est officiellement déclaré pour la légalisation du cannabis. Il avait déjà abordé le sujet dans l’Emission Politique de David Pujadas et Léa Salamé, et a récemment précisé ses propos dans une vidéo Youtube.

Tout comme Jean Luc Mélenchon, Benoît Hamon a choisi Youtube pour parler de légalisation du cannabis en France. Dans cette vidéo de 3min30, Benoît Hamon tente, avec concision, d’expliquer sa future politique du cannabis.

 

Santé des consommateurs

Dans cette vidéo, Benoît Hamon insiste sur deux points : la santé des consommateurs de cannabis et l’hypocrisie de la prohibition ou d’une dépénalisation. Il souligne en premier lieu que la dépénalisation ne s’attaque pas aux trafics et que cette position n’est donc pas défendable. Il prend notamment en exemple le Portugal, qui a dépénalisé toutes les drogues mais où le cannabis n’est pas légalisé. Si la consommation générale a baissé depuis les années 2000, les ventes de drogues sont toujours contrôlées par les dealers de rues.

Mr Hamon aborde ensuite le thème de l’addiction au cannabis. La légalisation du cannabis en France permettrait selon lui de faire plus de prévention auprès des jeunes, la cible la plus à risque. Il ne détaille en revanche pas quelle serait la politique d’accompagnement des consommateurs problématiques de cannabis.

A ce sujet, on pourrait noter que limiter les taux de THC ne permet pas directement de lutter contre les addictions. Si les taux de THC imposés par la loi sont trop bas, le marché noir reprendra un avantage en produisant des variétés plus puissantes et donc plus attractives pour les clients. Les premières pistes canadiennes ouvrent en revanche la possibilité de taxer le cannabis selon son taux de THC, pour dissuader le consommateur d’aller sur des produits trop forts.

Marché global

Benoit Hamon est le premier candidat à parler ouvertement de « consommation récréative de cannabis ». Il explique également vouloir une « commercialisation à ciel ouvert » du cannabis. Il est bien sûr difficile d’expliquer un système de régulation complet en quelques minutes alors que le cannabis médical n’est même pas autorisé en France, mais quelques précisions n’auraient pas fait de mal. Dans quel cadre pourrait avoir lieu la légalisation ? Le marché serait t’il ouvert aux entreprises ? Avec un monopole d’Etat ? Un modèle plus espagnol ou américain ?

Quelques billes pour la prochaine fois Benoît

Benoît Hamon a donc éclairci sa position sur la question du cannabis en France. Il a même été un peu plus précis que lors de ses dernières apparitions (on appellera ça un bon coaching 😉 ). S’il devait s’étendre sur le sujet, voici les questions qui seraient intéressantes à poser : Quel type de distribution du cannabis ? La légalisation effacera-t-elle les infractions liées au cannabis des casiers judiciaires ? Quelless taxes sur le cannabis récréatif ? Comment réinvestir l’argent des taxes ? Et l’usage thérapeutique du cannabis ? Pourquoi limiter les taux de THC, et à combien ? L’autoculture sera t’elle autorisée ? Si oui, combien de pieds par personne ?

Benoit Hamon se différencie d’ores et déjà de ses principaux concurrents en soutenant une légalisation récréative du cannabis en France. Cependant il faudra plus de 3 minutes pour soumettre ce projet aux français et il faudra forcément aborder un jour ou l’autre les questions économiques de la légalisation. La volonté y est, il ne manque plus que de se faire élire 🙂

Theo Caillart

Pour aller plus loin : Cannabis et candidats à la Présidentielle de 2017

Abonnez-vous à Newsweed sur Facebook

2 réponses à “Benoît Hamon en faveur d’une légalisation du cannabis en France

  1. Taxer le cannabis pour lutter contre sa consommation par la prévention et non par la répression ! On ne peut pas cautionner un facteur d’addiction supplémentaire, vendre ce qui détruit le corps, ce qui pollue l’esprit. L’Etat doit privilégier avant tout le bien être des français, sans quoi ils risquent de vouloir se consoler dans ces paradis destructeurs. Il n’y a pas de « récréatif » dans les euphories artificiels, c’est hypocrite de le penser. Le tabac, la beu et l’alcool sont des pièges n’apportant que des solutions éphémères : quand on en consomme, il ne faut pas se leurrer, c’est pour se démonter la tête. J’en consomme, j’ai ai conscience, c’est au moins ça, et j’en suis peu fière, car je suis faible. L’homme a en soi le bonheur, c’est cette vérité qu’il faut entretenir, le reste est illusoire, et dans l’extrême décadent. Si nous légalisons, à défaut de pouvoir lutter, sous prétexte d’inefficacité, jusqu’où devra-t-on aller ? Dans l’absolu, doit-on aussi remettre en question l’abolition de la peine de mort, pour lutter efficacement contre le banditisme ? Prévention et/ou répression ?

Laisser un commentaire