La CNCDH se positionne pour une légalisation du cannabis en France

CNCDH

La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) française considère que les droits des usagers de drogues doivent être repensés. Cette commission prône une remise au centre du débat des droits du consommateur.

La CNCDH se rebelle

La CNCDH  intervient sur toutes les questions relatives aux droits de l’homme. Suite à l’ouverture d’une salle de consommation à moindres risques qui a suscité un vif débat dans le paysage politique morose, ces gardiens des droits de l’homme se sont réunis pour placer l’humain au centre des discussions.

La présidente de cette commission, Christine Lazerges, prononce une phrase que nous n’avons pas l’habitude d’entendre dans les instances gouvernementale :  « Les usagers de drogues sont victimes de multiples discriminations, parfois insidieuses. Il est urgent de sortir des relations binaires opposant usagers-délinquants et usagers-malades. »

Plus intéressant encore, la commission prône une décriminalisation du cannabis et une contraventionnalisation des autres stupéfiants « plus addictogènes ».  Dans le rapport qui découle de cette assemblée consultative, on apprend que près de 2 milliards d’euros du budget de l’Etat sont consacrés à la lutte contre les drogues. Pour alléger le travail des forces policières et judiciaires, la MILDECA souhaitait en août la mise en place d’une contravention à hauteur de 300€ pour consommation de stupéfiants, de toutes natures.

La CNDH s’attaque à la loi répressive de 1970 car elle bafoue le droit à la liberté individuelle qui « suppose la possibilité de pouvoir faire des choix sur son propre corps et sur son mode de vie ». La criminalisation de l’usage des produits stupéfiants encouragerait les consommateurs à se shooter « dans des environnement insalubres et isolés ».

Cannabis, tabac et alcool : même combat

Dans ce rapport, les membres notent la schizophrénie française en matière de drogue. L’alcool et le tabac, pourtant totalement licites, font des ravages chez les jeunes et sont des drogues consommées quotidiennement. Par contre un consommateur quotidien de tabac ou d’alcool n’est pas considéré comme un consommateur problématique. Notons également la hausse des prises de médicaments psychotropes en combo avec l’alcool chez les jeunes. Les membres de la commission souhaitent un cannabis de qualité pour améliorer la prévention et l’addiction. Car le cannabis reste un sujet tabou et méconnu de bon nombre de parents.

La CNCDH prône un changement mondial lors de la prochaine conférence de l’ONU sur les drogues en 2019, au vu de l’échec des politiques répressives. Dans ce tweet, la CNCDH appelle à une régulation du cannabis par l’Etat pour stopper le marché noir.

Nous vous laissons le soin de lire les 108 pages du rapport. Un rapport à la française, très long mais pouvant être résumé en quelques lignes. Notons également que la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme est une organisation gouvernementale. Certaines instances importantes comment donc à se positionner doucement sur le sujet.

Théo Caillart

Articles liés

Derniers articles

eaze
Etats-Unis : Eaze va livrer des produits au CBD dans 41 Etats
livre blanc
Des associations françaises demandent l’abandon du projet d’amende forfaitaire
john talaat
Egypte: un député prépare un projet de loi pour décriminaliser l’usage de stupéfiants
Expogrow 2019
L’Expogrow 2019 se déroulera du 26 au 28 avril 2019
texas
Texas : soutien croissant pour la dépénalisation du cannabis
carine wolf
France : L’Ordre des Pharmaciens veut l’exclusivité de la distribution du cannabis médical
Suivez-nous sur Telegram

2 réponses à “La CNCDH se positionne pour une légalisation du cannabis en France

Laisser un commentaire