Etats Unis : Le gouvernement de Barack Obama souhaitait décriminaliser le cannabis

Le gouvernement de Barack Obama souhaitait décriminaliser le cannabis

Barack Obama a été le 44ème président des Etats-Unis, en fonction de novembre 2008 à fin 2016. C’est sous son autorité que les Etats américains ont pu légiférer sur le cannabis comme ils l’entendaient. Confession tardive, mais il semblerait qu’il souhaitait aller plus loin. Lors de ses deux mandats, les fonctionnaires de la National Drug Control Policy (ONDCP) étaient prêts à décriminaliser le cannabis dans tout le pays. Plusieurs raisons politiques ont fait que ce projet n’a jamais abouti.

Thomas McLellan, ancien directeur adjoint qui a travaillé au bureau de la Maison Blanche durant le premier mandat de l’ancien président américain, explique dans le Huffington Post que « le gouvernement était en faveur d’une dépénalisation mais pas d’une légalisation ».

Priorité sur la question des opioïdes aux Etats-Unis

L’administration de Barack Obama s’est finalement concentrée sur la question des opioïdes dans le pays. La priorité a été mise sur le soin aux personnes addicts aux substances illicites comme les opiacés, loin du système judiciaire.

La loi anti-drogue de 1988 avait créé l’ONDCP, chargée d’éviter la légalisation de substances illicites, afin de ne pas laisser de répit dans la Guerre aux Drogues. Pour l’ONDCP,  » une légalisation des drogues est une capitalisation incontrôlable dans la guerre des drogues ». Les partisans de la légalisation du cannabis ont d’ailleurs souvent remis en question la crédibilité des fonctionnaires de l’ONDCP sur une éventuelle réforme de la loi, et le gouvernement de Barack Obama n’a pas bougé.

Aujourd’hui, avec le gouvernement du président républicain Donald Trump, une évolution législative sur le cannabis est peu probable, notamment à cause du procureur général Jeff Sessions, un prohibitionniste engagé dans la lutte de la légalisation du cannabis qui exige que des peines minimales obligatoires soient appliquées.

Selon des statistiques de l’American Civil Liberties Union (ACLU), une organisation défendant les droits et les libertés individuelles selon la Constitution américaine, des millions de petites délinquances liées au cannabis auraient pu être évitées si la possession de weed n’était pas un considéré comme un acte illégal.

Mehdi Bautier

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !