Suivez-nous

Cannabis au Canada

Qui sont les consommateurs de cannabis de demain ?

Canada qui sont les consommateurs de cannabis de demain

La légalisation du cannabis au Canada a vu l’arrivée d’une nouvelle vague de consommateurs. Depuis les premières ventes légales en octobre dernier, la consommation de cannabis n’est plus associée au jeune hippie fumeur de joint mais touche tout type de personnes qui peuvent désormais se fournir en cannabis dans les différents magasins du pays.

PUBLICITE

Et si les clichés ont la vie dure, les statistiques canadiennes dressent différents portraits assez précis des actuels et futurs consommateurs de cannabis.

Les types de consommateurs

Un rapport co-écrit par Lift & Co. et EY, publié en juin, révèle quatre grandes catégories de consommateurs, selon un sondage mené auprès de près de 3 000 Canadiens. Il y aurait donc les consommateurs « loisirs », « curieux », « santé et bien-être », et ceux qui ne sont pas convaincus, et donc pas consommateurs.

Les consommateurs « Loisirs »

Les consommateurs »loisirs » représentent environ 10% des adultes canadiens, qui se considèrent plutôt « experts » en cannabis. Ce groupe démographique est principalement composé d’hommes jeunes, qui possèdent une connaissance et une expérience considérable du cannabis. Ils dépensent en moyenne 250 $ par mois sur les produits de cannabis, qu’ils consomment généralement quotidiennement.

Les consommateurs « Curieux »

Les consommateurs « Curieux » représentent 23% de la population adulte canadienne. Elle est considérée comme la plus ouverte aux achats de produits comestibles. Ces consommateurs n’ont pas encore essayé de produits à base de cannabis, mais ils seraient potentiellement intéressés. Ils sont très probablement à la recherche de produits à faible dose, du CBD, et produits qui les aideront à se détendre.

PUBLICITE

Les consommateurs « Santé et bien-être »

Les consommateurs « Santé et bien-être »représentent 7% de la population canadienne, est appelée «canna-casual». Ces acheteurs sont généralement plus âgés, se considèrent comme «familiers du cannabis» et consomment du cannabis environ une fois par semaine. Ils prennent du cannabis dans le but de soulager des douleurs. A ce titre, ils recherchent des produits à dosage faible ou moyen, et des produits à base de CBD. Ils dépensent en moyenne 100 dollars par mois en cannabis.

Ceux qui ne sont pas convaincus

La quatrième catégorie constitue le reste de la population canadienne (60%). Ce groupe est composé des personnes « les moins convaincues », puisque la plupart ne soutenaient pas la légalisation, et restent généralement contre la majorité des types de consommation de cannabis. Ils seront probablement pas des consommateurs dans un avenir proche.

Ce qu’ils achètent

Le rapport Lift & Co. and Headset indique que les acheteurs plus jeunes dépensent moins par achat (55 dollars en moyenne), mais plus par article (24 dollars en moyenne). Au contraire, les acheteurs âgés de 55 ans et plus dépensent plus par achat (en moyenne 157 $), mais achètent plus d’articles à des prix inférieurs.

«Si nous regardons ce que les gens achètent par âge, nous voyons que la population plus âgée achète plus d’huiles que de fleurs», dit Matei Olaru, PDG de Lift & Co. « Il y a donc une prédiction inhérente selon laquelle, à mesure que de nouveaux consommateurs arriveront, ils n’achèteront probablement pas des produits à fumer, mais plutôt des produits alimentaires ou des boissons infusés. »

PUBLICITE

Les futurs consommateurs ?

Les données du sondage montrent que parmi ceux qui ne sont pas convaincus, beaucoup se disent cependant prêts à essayer le cannabis pour des raisons de santé.

Cette cible constitue un angle marketing intéressant pour les entreprises de cannabis, puisque les non-consommateurs représentent 60% de la population canadienne. «Même les non-convaincus disent qu’ils envisageraient toujours le cannabis s’il pouvait aider à soulager la douleur. Donc, pour nous, cela signifie que même les personnes non convaincues recherchent une forme de soulagement ou de bien-être, pas pour un usage récréatif, ni pour faire la fête, ni pour des raisons médicales, mais quelque part entre les deux », déclare Olaru.

Ce sondage révèle aussi que le marché du cannabis pourrait également empiéter sur celui de l’alcool : « Nous avons constaté que la consommation de cannabis était presque identique à celle de d’alcool chez les consommateurs plus âgés », a déclaré Jennifer Lee, partenaire et chef du secteur du cannabis chez Deloitte. Un rapport prévoit en effet que les ventes de cannabis vont dépasser celles de l’alcool dès 2020 au Canada.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis au Canada

Santé Canada suspend les licences de Canntrust et d’Evergreen

Suspension de licence pour CannTrust

CannTrust a annoncé avoir reçu un avis de suspension de licence de Santé Canada en réponse à la non-conformité de ses installations de production et de culture.

PUBLICITE

« Les inspecteurs de Santé Canada ont remis les avis de suspension à CannTrust Inc. aujourd’hui, et saisissent et retiennent tous les produits à base de cannabis sur les deux sites », a déclaré Tammy Jarbeau, porte-parole de l’organisation gouvernementale, dans un email à MJBiz Daily.

« Santé Canada continuera de surveiller de près les actions entreprises par CannTrust Inc. et réévaluera le statut de la licence de la société à mesure que de nouvelles informations seront disponibles », a ajouté M. Jarbeau. « Santé Canada peut également déterminer que des mesures supplémentaires de conformité et d’application sont justifiées. »

CannTrust conserve pour l’instant son droit de cultiver et récolter les plantations en cours, mais pas d’en cultiver de nouvelles ou de vendre du cannabis.

Côté Evergreen Medical Supply, Santé Canada a suspendu la capacité d’Evergreen de « cultiver, transformer et vendre du cannabis, des plantes et des graines de cannabis fraîches et séchées » comme rapporté par Bloomberg.

PUBLICITE

« Le 9 août, Santé Canada a suspendu les licences d’Evergreen Medicinal Supply afin de protéger la santé et la sécurité du public, notamment d’empêcher que le cannabis ne soit détourné sur le marché illégal, en raison du non-respect de certaines dispositions de la Loi sur le cannabis et du Règlement sur le cannabis » a expliqué Tammy Jarbeau.

Evergreen, producteur de cannabis basé en Colombie-Britannique a répondu «travailler à des mesures correctives» à la suspension de sa licence.

Les inspecteurs de Santé Canada ont effectué une inspection inopinée dans les locaux de la société à Saanichton, en Colombie-Britannique en avril. L’inspection a révélé «un certain nombre d’observations critiques et une classification globale non conforme» liée aux pratiques de production de la société, à la tenue des registres, au contrôle des stocks et au respect des contrôles de licence. L’entreprise aurait également des impayés de loyer ainsi qu’un bail expiré.

Evergreen a reçu sa licence de vente de cannabis médical en mars 2017 et a principalement pour but de produire du cannabis pour d’autres producteurs de licences agréés. Evergreen exploite une installation de 600m² et avait prévu de tripler sa surface de culture.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0