Lassé de se faire blacklister son compte Facebook, Marc Emery lance son site Internet

marc emery

Marc Emery, aussi connu sous le nom de “Prince du Pot”, est un militant et activiste pour la légalisation du cannabis. Le canadien est notamment connu pour avoir bravé maintes fois le système prohibitionniste et avoir été incarcéré dans pas moins de 39 prisons différentes (dont 1 dans chaque province canadienne). Aujourd’hui, il fait le tour du monde à la découverte de la culture cannabique dans les autres pays et vient de créer son propre site, en protestation contre la censure de Facebook, pour faire partager ses expériences.

Les aventures de Marc Emery

Bien qu’aujourd’hui le cannabis soit légal au Canada, les premiers défenseurs de la plante étaient considérés comme des hors la loi. Marc Emery a gagné en renommée médiatique après avoir mené de nombreuses actions de provocation qui lui ont donné maille à partir avec la justice. Certains comme Marc-Boris St-Maurice, militant également pour l’accès au cannabis, juge ses méthodes trop provocatrices. Un documentaire sur sa vie intitulé Citizen Marc: The Adventures of Marc Emery sous-titre d’ailleurs: « Aimez-le, détestez-le, mais ne l’ignorez pas ».

Il a souvent défié la prohibition : création du Cannabis Culture Magazine et de la chaîne Youtube PotTV, ouvertures de plusieurs magasins illégaux de vente de cannabis… Régulièrement arrêté par les forces de police, il a cependant été couronné « Prince du Pot » en 2005, lorsque les forces de l’ordre canadiennes et américaines s’allient contre lui après qu’il ait distribué 3 millions de graines de cannabis par la poste américaine. Il est alors arrêté et condamné pour trafic de stupéfiants à 5 ans de prison fédérale aux Etats-Unis.

En 2016, deux ans avant la légalisation du cannabis au Canada et alors qu’il a 60 ans, il ouvre 6 magasins de cannabis dans la région de Montréal et y vend du cannabis récréatif malgré l’interdiction. Ses magasins sont fermés dans les jours qui suivent et cette initiative lui vaut de nouveau des condamnations. Cependant, la peine énoncée est clémente (une amende de 5 000$ canadiens).

Il est encore arrêté, et sa femme Jodie avec lui, pour trafic en 2016 alors que le couple se rendait à la Spannabis en Espagne. Il a récemment plaidé coupable et a profité de la couverture médiatique du procès pour critiquer la légalisation québécoise : « Le crime organisé s’est allié au gouvernement pour contrôler cette industrie. Il n’y a pas de liberté au Québec, il n’y a pas d’accès au cannabis à un prix raisonnable et donc le nouveau programme du gouvernement sera un désastre », a-t-il affirmé.

Aujourd’hui, Marc Emery voyage à travers le monde à la découverte de la culture cannabique. En 2018, il s’est promené dans une vingtaine de pays différents, principalement en Amérique et en Europe, en passant notamment nous voir dans nos bureaux. Ce mois-ci, il sera au Chili à l’occasion de l’ExpoWeed 2018. Il tient depuis peu son blog de voyage et prépare la rédaction de ses mémoires qui seront publiées vers 2020.

Dernières actus sur Marc Emery

Articles liés

Derniers articles

festival
Les festivaliers choisissent leur drogue en fonction de la musique
Logo de l'ICBC
L’ICBC aussi présente à Barcelone et à Zurich en 2019
cannabis médical production
Les compagnies canadiennes se disputent le leadership du marché latino-américain du cannabis
cerveau
Les propriétés anti-neuroinflammatoires des graines de chanvre
canopy growth
Canopy Growth se positionne sur le marché du chanvre américain avec un investissement de 100-150$M
autoculture chili
Chili : une loi qui garantit le droit des patients à cultiver leur cannabis poursuit son parcours au Sénat
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire