Suivez-nous

Business

L’industrie du cannabis est cannibalisée par les start-ups

Start-up du cannabis

L’industrie du cannabis n’est plus réservées qu’aux cultivateurs. Les entreprises de technologie avec de grandes ambitions viennent chercher des financements en appliquant à l’industrie de la beuh des méthodes de start-ups.

PUBLICITE

Nous avons déjà parlé de Eaze, une entreprise de livraison de cannabis à domicile, ou de Trees qui promet de bientôt livrer de la weed par drone. Même les « MyLittleBox du cannabis » ont trouvées preneur, avec l’arrivée sur le marché de Marvina. Il y a aussi par exemple Love, Nancy, qui se spécialise dans la vente de produits au chanvre, et qui sont donc légaux dans les 50 Etats américains.

Les start-ups ne se limitent pas à la livraison. Deux autres start-ups attaquent le marché du cannabis directement au cœur de l’industrie et non du produit.

Premièrement, Serica s’attaque au problème majeur de l’industrie du cannabis médical : les paiements. Le secteur du cannabis aux Etats-Unis ne fonctionne qu’en cash, d’une part parce que le cannabis est toujours illégal au niveau fédéral et que les banques ne veulent rien avoir à faire avec les dispensaires. D’autre part car les clients ne veulent pas forcément laisser de traces de leur paiement à des dispensaires. Serica utilise le blockchain, l’algorithme du bitcoin, pour suivre et enregistrer chaque achat, et donne aux entreprises un moyen d’accepter des paiements en ligne. La start-up a déjà signé un deal avec le deuxième plus grand site e-commerce de cannabis médical pour devenir la seule option de paiement sur le site.

D’autres start-ups, comme Transcend Lighting, participent à l’augmentation des profits des producteurs. Ses éclairages LED sont utilisées par les fermes qui veulent consommer moins d’électricité. L’entreprise n’est pas limitée au cannabis, mais c’est une industrie que Transcend ne peut plus ignorer.

PUBLICITE

Les entreprises classiques ont sans doute déjà taillé leur place dans l’économie actuelle de la marijuana. Les prochaines start-ups comme Serica ou Transcend vont sans contestation possible venir maximiser l’ensemble des parties du business du cannabis.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Business

Du lubrifiant anal au CBD pour « prendre des bites XL et plus »

Lubrifiant anal au CBD

Si vous nous demandez « Pourquoi ? », nous vous répondrions « Pourquoi pas ! ». Mais derrière la communication punchy du produit se cache une vraie demande (et un peu de marketing).

PUBLICITE

Boof est un décontractant anal proposé par la marque Fort Troff, spécialisée dans les jouets et produits sexuels pour les hommes gays, et qui promet d’aider à « prendre des bites XL et plus » en utilisant la puissance du CBD, selon la fiche produit. Il offrirait ainsi « une relaxation totale du corps + un maximum de plaisir » et « la plus haute concentration de CBD pur ».

Le produit a été réalisé en collaboration avec Foria, entreprise spécialisée sur l’intégration de cannabinoïdes dans les produits à vocation sexuelle ou génitale. Foria vend d’ailleurs aussi des suppositoires, qui semblent être similaires au produit Boof, mais qui sont marketées pour les femmes, pour procurer « des effets apaisants et libérateurs des tensions » et réduire les douleurs menstruelles.

Le docteur Evan Goldstein, chirurgien anal, explique à Out que le CBD et le sexe « vont naturellement de pair ».

« Le CBD est un excellent ajout au jeu anal. Ce qui est bien, c’est qu’il y a beaucoup d’options pour l’incorporer », a déclaré le Dr Goldstein. «Il existe des vape pen ou des teintures, qui permettent aux gens d’inhaler ou d’ingérer du CBD pour des effets systémiques. Spécifiquement pour le sexe anal, les gens peuvent également l’appliquer localement, en utilisant des lubrifiants et / ou des suppositoires infusés au CBD. »

PUBLICITE

Une boite de Boof est composé de huit suppositoires. Selon les précisions du site, « vous ne serez ni défoncés ni désensibilisés » en l’utilisant. “Il n’y a pas de THC. Ton cul va simplement se sentir réellement putain de bien ».

Et bien que nous n’ayons aucun moyen de vérifier cela, c’est une belle promesse !

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0