Suivez-nous

Cannabis en Israël

Israël : premier pas vers la reprise des exportations de cannabis médical

cannabis israel

La commission gouvernementale israélienne compétente en la matière vient d’approuver le nouveau projet de loi qui régit les exportations de cannabis médical. Le texte est maintenant prêt à passer devant la Knesset (le Parlement israélien). Les exportations étaient autorisées avant mais suspendues, officiellement à cause du détournement d’une partie des exportations à des fins récréatives. Elles devaient reprendre mais régies par un nouveau cadre législatif. La lenteur de la bureaucratie et des procédures législatives a fait que le projet a déjà plus de 10 mois de retard.

PUBLICITE

Une situation complexe

En premier lieu, c’est le contenu de la loi qui inquiète certains. Inbar Maymon-Pomeranchik, un consultant en investissement en biotechnologies spécialisé dans l’industrie de cannabis médical israélienne explique : « la proposition donne à la police une autorité quasi complète pour décider de qui devrait être en mesure de cultiver du cannabis médical destiné à l’export – et les pouvoirs de contrôle sont presque illimités ». Avec un tel cadre, le gouvernement aurait le contrôle du marché et la compétition risquerait d’être faussée par des considérations de privilèges.

En deuxième lieu, c’est le contexte politique qui inquiète. La situation politique actuelle est complexe et la coalition au pouvoir est menacée. Elle a en effet une majorité très courte, d’un seul siège, et déjà 4 motions de censure ont été déposées par l’opposition pour signifier son mécontentent à l’égard des politiques du gouvernement. Le nombre de défections est record et il est probable que la Knesset soit dissolue avant les prochaines élections prévues dans un an. Dans ce contexte politique tendu, la loi a peu de chances de passer d’ici peu et sera surement encore plus retardée.

Malgré cela, l’industrie considère comme bienvenue l’approbation de la Commission : « Même si ce n’est qu’une petite étape dans le processus législatif, c’est un grand pas en avant pour l’industrie » a déclaré Kfir Kachlon conseiller en investissement pour Cannabis-Tech. Il ajoute que ces exportations représentent également une aubaine pour l’économie israélienne : « Sur l’aspect local, une fois approuvées, les exportations permettront à l’industrie de prospérer, de nouveaux emplois seront créés, les cultivateurs et les producteurs seront enfin en mesure de réaliser tout leur potentiel commercial et l’économie israélienne pourra enfin libérer le potentiel complet de son marché dont les analystes estiment qu’il pourrait atteindre les 4 milliards de dollars »

En attendant, tous les industriels ne sont pas si optimistes et certains s’impatientent. Le ministre de l’Intérieur, Gilad Erdan, avait déjà annoncé la reprise des exportations en avril dernier. Ces dernières sont suspendues depuis février déjà et les industriels se trouvent dans l’incapacité de rentabiliser certains investissements ou d’écouler leurs surplus de production. Les mois de retard commencent à peser sur la balance commerciale de certaines compagnies qui ont déjà investi dans des sites de culture et autres. Face à l’inaction du gouvernement, certaines ont menacé de délocaliser leurs activités à l’étranger.

PUBLICITE
Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en Israël

Teva Pharmaceutical rentre sur le marché du cannabis thérapeutique

Teva et le cannabis en Israël

Le géant de l’industrie pharmaceutique Teva Pharmaceutical Industries, considéré comme le plus grand producteur de médicaments génériques au monde, a annoncé entré dans le secteur du cannabis médical après que sa filiale Salomon, Levin, Elstein (S.L.E.) ait signé un accord de distribution avec la société israélienne Canndoc.

PUBLICITE

Selon l’accord annoncé vendredi, S.L.E. distribuera les produits approuvés GMP de Canndoc en Israël, notamment les hôpitaux, les groupes de santé et les pharmacies.

S.L.E. pourra aussi fournir de la logistique pour l’exportation des produits de Canndoc vers des pays permettant la vente et la distribution de produits à base de cannabis médical.

Canndoc est une filiale de la société InterCure, présidée depuis septembre 2018 par l’ancien Premier ministre et candidat de l’Union démocratique, Ehud Barak.

« Notre accord avec S.L.E., société israélienne leader dans la distribution de produits médicaux, crée une plate-forme de support complète pour la fourniture des produits GMP de Canndoc à n’importe quel endroit en Israël et dans les pays dotés de réglementations similaires », a déclaré Barak. “Par son partenariat avec S.L.E., Canndoc s’est associé à l’une des sociétés pharmaceutiques les plus en vue du monde pour la distribution de traitements médicaux à base de cannabis dans des pays qui reconnaissent la valeur de ces médicaments pour les personnes dans le besoin. »

PUBLICITE

L’accord initial de distribution couvre une période de trois ans, mais comprend un mécanisme pour le prolonger automatiquement de deux ans à chaque fois.

« Cet accord associe notre réseau de distribution pharmaceutique bien établi à la présence de Canndoc et à son leadership sur le marché, qui est un marché de grande qualité », a déclaré S.L.E. PDG Aviad Bossi.

« Au-delà des opérations en Israël, cet accord fournira à Canndoc d’importantes capacités logistiques pouvant soutenir les opérations d’exportation de Canndoc à partir d’Israël. »

Dans son rapport semestriel publié le mois dernier, InterCure a annoncé que l’autorité d régulation israélienne du cannabis médical lui avait donné l’autorisation de commencer neuf essais cliniques. Huit des neuf tests seront des essais cliniques de phase II.

PUBLICITE

Les essais cliniques examineront les effets des produits Canndoc sur des patients souffrant de pathologies telles que l’épilepsie, la fibromyalgie, la douleur neuropathique, les effets secondaires de la chimiothérapie, la maladie de Parkinson et le trouble de stress post-traumatique.

Teva n’est pas le premier Big Pharma à s’intéresser au cannabis. Novartis a par exemple monté un partenariat avec Tilray pour développer et distribuer des produits non-combustibles à base de cannabis. Sanofi, Pfizer et Merk détiennent aussi des brevets sur le cannabis aux Etats-Unis et au Canada.

Teva a également annoncé en juin dernier distribuer en Israël le vaporisateur de chez Syqe Medical pour les usagers médicaux.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0