Les producteurs de cannabis israéliens menacent de s’installer ailleurs

israel cannabis medical

Autorisées en août 2017 puis suspendues en février 2018 sous la pression de Donald Trump, les exportations de cannabis médical israéliennes étaient censées reprendre rapidement selon les déclarations du ministre de l’Intérieur, Gilad Erdan, en avril. Un nouveau cadre législatif devait cependant être mis en place, avec l’aide de fonds alloués par le ministère des Finances, pour les réguler.

PUBLICITE

Néanmoins, rien n’a été fait depuis pour relancer les exportations, et l’industrie du cannabis s’impatiente devant l’ampleur de ses investissements non rentabilisés. Face à la lenteur de la bureaucratie, les entreprises israéliennes menacent de délocaliser leurs activités.

Des pertes pour l’industrie du cannabis

Sans avancée sur les régulations du marché d’exportation, la ré-autorisation du ministre de l’Intérieur reste lettre morte et, comme l’explique Nir Sosinky, directeur du management de la firme Together Pharma, au Jerusalem Post, les entrepreneurs sont dans le flou : « Nous ne savons pas qu’elle est la politique du gouvernement, on ne peut que deviner ».

Le gouvernement leur avait pourtant assuré que les exportations seraient de nouveau autorisées courant 2018, les incitant ainsi à investir des sommes considérables qui se trouvent aujourd’hui compromises. Together Pharma a déjà construit des serres s’étalant sur plus de 3 hectares dans le Sud du pays pour environ 10 millions de shekels (2,5 millions d’euros) et une usine au même prix chargée de produire le médicament final.

Ces retards sont imputés au ministère de la Sécurité Publique israélien qui demande des millions de shekels pour mettre en place un système de sécurité dans les aéroports. Face au manque de coordination interministérielle, il est peu probable que les exportations commencent avant 2019. Or, en délocalisant, la première récolte des exploitants serait déjà mature à cette date-là et pourrait rapporter entre 75 et 300 millions de dollars à l’année.

Des pertes pour l’économie israélienne

Pour remédier à cette situation d’incertitude, Together Pharma compte déplacer certaines de ces activités en Europe et en Afrique et est en train de signer, dans cette optique, des contrats lui permettant de s’établir à l’étranger. Le groupe a annoncé dimanche avoir signé un contrat avec un pays européen pour l’exploitation de 30 000m² de cannabis et est déjà en train de développer des exploitations en Afrique mais refuse de préciser où pour ne pas attirer la concurrence.

Devant l’inaction du gouvernement, cette stratégie risque de se développer dans d’autres groupes et de coûter cher à l’État israélien. Les ministères de la Santé et des Finances estiment les recettes liées à l’exportation entre 290 millions à 1,16 milliards de dollars par an. Le coût est aussi symbolique : en faisant fuir les entreprises du cannabis médical, Israël risque de perdre sa place de leader dans le domaine. Sauf si le gouvernement israélien réagit rapidement.

Suivez-nous sur Facebook !

Catégories liées : Business

Articles liés

Derniers articles

Brésil cannabis autoculture
Brésil : multiplication des recours en justice pour obtenir le droit à l’auto-culture de cannabis médical
cannabis
Plante ou médicaments : quel choix pour le cannabis thérapeutique ?
danemark cannabis médical
Danemark : le projet pilote de cannabis médical compte déjà plus de 2000 patients
crampes menstruelles cannabis
Des Etats américains envisagent d’élargir l’accès au cannabis médical aux femmes souffrant de crampes menstruelles sévères
jean costentin
Les petits arrangements avec la vérité de Jean Costentin
dabbing granny
Dabbing granny : une grand mère qui tient mieux la weed que toi

Laisser un commentaire