Suivez-nous

Cannabis aux Etats-Unis

Mid-terms et changements de gouverneur : le cannabis a le vent dans le dos aux États-Unis

légalisation cannabis usa

Quatre États américains ont voté hier sur le cannabis : le Michigan et le Dakota du Nord votaient pour autoriser ou non le cannabis récréatif alors que l’Utah et le Missouri votaient sur le cannabis médical. En parallèle, les élections législatives à l’échelle du pays secouent le pouvoir Républicain et font tomber quelques grandes figures connues pour leur position anti-cannabis.

PUBLICITE

Ce pourrait être un moment crucial pour le cannabis aux Etats-Unis dans un contexte d’une Amérique du Nord de plus en plus weed-friendly. Le Canada a en effet légalisé le cannabis le 17 octobre et tout récemment la Cour Suprême mexicaine a déclaré la prohibition inconstitutionnelle dépénalisant ainsi le cannabis par jurisprudence.

Les Etats qui ont voté sur le cannabis

Le Michigan a approuvé la légalisation de la possession et de la consommation de cannabis à des fins récréatives pour les plus de 21 ans. La proposition autorise également l’auto-culture et la culture et transformation du chanvre industriel. La mesure a été approuvée à 56,8% contre 43,2%. Le scrutin n’est pas encore clos mais avec un tel score il est désormais impossible que les voix manquantes changent l’issue du scrutin. On sait d’ores et déjà que le Michigan est le 10e État à légaliser l’usage adulte du cannabis. Dorénavant, 1 américain sur 4 vit dans un État où le cannabis est légal.

Le Dakota du Nord ne sera pas le 11e État à légaliser le cannabis récréatif. En effet, les électeurs ont refusé la proposition qui consistait à légaliser la possession d’une quantité illimitée de cannabis ainsi que sa production et sa vente. Aucun cadre régulatoire n’était prévu par la proposition et cela a sans doute été un facteur déterminant dans le refus des électeurs qui s’y sont opposés à 59,4% contre 40,6%.

Au Missouri, trois propositions de légalisation étaient en concurrence. Les électeurs ont rendu légal le cannabis médical, à 65,5% de voix contre 34,5%, en choisissant l’amendement 2 qui vient s’inscrire directement dans la Constitution de l’État. Celui-ci instaure une taxe de 4% sur les ventes au détail reversées en priorité au traitement des vétérans et à l’administration des licences. C’était la seule proposition qui autorisait l’auto-culture, désormais légale pour les patients du Missouri.

PUBLICITE

En Utah, le cannabis médical l’a également emporté avec 53,2% des voix. La proposition 2 prévoit l’établissement d’un système de carte médicale et l’introduction plus tardive de l’auto-culture mais le gouverneur a, au préalable, convoqué une session législative pour modifier le texte et le rendre plus restrictif. Il compte notamment faire interdire l’auto-culture, le cannabis fumable et limiter le nombre de dispensaires. Avec le Missouri et l’Utah, ce sont désormais 32 États qui ont légalisé le cannabis médical.

Dans un précédent article nous apportions plus de détails sur les propositions en question.

Députés et gouverneurs : une réforme du cannabis en perspective?

Les élections législatives américaines renouvellent certains sièges du Congrès mais aussi certains gouverneurs. Députés et gouverneurs sont des éléments cruciaux dans la réforme des lois sur le cannabis. Par exemple, le député Pete Sessions qui préside la Commission des Lois à la Chambre des Représentants, fort de son pouvoir de décider de l’agenda de la Chambre, écarte depuis des années toute proposition de loi favorable à la réforme du cannabis. Ces dernières ne sont même pas débattues par les députés. Bonne nouvelle pour les réformistes, Pete Sessions a été battu et a perdu son siège au Congrès. En revanche, un autre député qui lui était un fervent défenseur de la légalisation du cannabis, Dana Rohrabacher, est également sur la sellette à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Les Démocrates ont désormais une majorité au Congrès et cette victoire augure un temps nouveau pour la réforme des lois sur le cannabis. Certains y voient même l’imminence d’une légalisation fédérale. C’est le cas du député démocrate Earl Blumenauer qui a déjà préparé une timeline pour la fin de la prohibition fédérale dès 2019. Néanmoins, le Sénat reste Républicain et peut opposer les réformes initiées dans la Chambre des Représentants bien que de plus en plus de Républicains se joignent au mouvement réformiste.

PUBLICITE

Les électeurs de 36 États votaient également pour élire leur nouveau gouverneur. En Illinois, le gouverneur élu, J.B Pritzker, vient d’une famille qui a fait des dons importants aux campagnes de légalisation sur tout le territoire américain et notamment en Californie. Il est lui-même partisan de la légalisation et son entourage est réputé expert en la matière. Il est probable que l’Illinois soit le prochain État à légaliser le cannabis récréatif, le médical y est déjà légal depuis l’année dernière.

Au Connecticut, la course au poste de gouverneur pourrait bien « déterminer le futur des politiques du cannabis dans l’État » selon Marijuana Policy Project. L’État autorise pour l’instant l’usage médical et a décriminalisé la possession de petites quantités de cannabis mais, si le candidat démocrate Ned Lamont est élu, c’est l’usage récréatif qui sera aussi introduit. Le candidat a déclaré qu’il entamerait des démarches pour légaliser totalement le cannabis dès sa première année en poste. Son rival n’y est pas opposé mais n’en a pas fait une de ses priorités. Pour l’instant le score est serré et il est trop tôt pour dire qui sera élu.

Une mobilisation hors norme

Au total, c’est 5,2 milliards de dollars qui ont été dépensés pour cette session d’élection, tous votes confondus. Selon le Center for Responsive Politics ce sont les élections les plus chères de l’Histoire de l’Amérique. En tout, 1,3% de ce budget a été consacré aux campagnes autour du cannabis légal. Les campagnes pour ou contre la légalisation du cannabis au Michigan, Dakota du Nord, Utah et Missouri ont levées plus de 6,6 millions de dollars.

Selon les chiffres de Ballotpedia, 3,7 millions de dollars ont été investis dans les campagnes du Michigan: 2,2$M pour soutenir la légalisation et 1,5$M contre. La différence de moyens explique peut-être la victoire des pro-cannabis. Cependant, les différences de financement ne sont pas forcément déterminantes puisqu’en Utah l’opposition a dépensé 1 millions de dollars soit 200 000 de plus que les partisans de la légalisation qui l’ont pourtant remporté. Au Missouri également, ce n’est pas la proposition qui a reçu le plus de financement qui l’a emporté. Alors que dans tous les États elles chiffrent en millions de dollars, les campagnes du Dakota du Nord n’ont levé que 89 000$ pour les pro et 297 000$ pour les anti.

En général, ces midterm elections ont largement mobilisé les électeurs comparées à celles de 2014. Cela pourrait être en partie du à l’intérêt croissant que les américains portent aux réformes du cannabis. Ned Lamont, le candidat démocrate à la gouvernance du Connecticut a qualifié la légalisation “d’idée dont le temps est venu ». L’industrie du cannabis a d’ailleurs encouragé les électeurs à faire entendre leur voix. Sous présentation du pinns « I Voted« , les électeurs peuvent obtenir 50% de réduction chez Puffco.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis aux Etats-Unis

Etats-Unis : Acétate de vitamine E et CBD synthétique en cause dans la crise des vape pen

Maladies respiratoires liées aux vape pen

Près de 380 cas de maladies respiratoires et 8 décès dans 36 Etats américains sont désormais suspectés d’être liés à l’utilisation de cartouches de THC, principalement issues du marché noir.

PUBLICITE

Et si les analyses n’ont pas encore identifié avec certitude le produit responsable, elles auront toutefois permis de distinguer deux contaminants principaux : l’acétate de vitamine E et le CBD synthétique

Acétate de vitamine E

La vitamine E désigne en fait plusieurs types similaires d’huiles appelées tocophérols, et se présente sous différentes formes chimiques de l’alpha-tocopherol, la plus courante, au gamma-tocopherol. Les tocopherols sont couramment issus du maïs et d’autres huiles végétales ou sont synthétisés à partir de pétrole, et différent de la version naturelle avec un isomère supplémentaire. La vitamine E peut être consommée en tant que complément alimentaire, et intégrée dans des produits alimentaires ou cosmétiques.

L’acétate de vitamine E, lui, est la forme ester du tocophérol, plus stable à l’oxydation et avec une durée de conservation plus longue que le tocophérol.

Quelle que soit sa forme, la vitamine E ne s’inhale pas. Les lipides ne font jamais bon ménage avec les poumons et des cas d’intoxication sont rapportés depuis les années 2000. Or, plusieurs rapports indiquent sa présence dans les cartouches analysées par les autorités de santé.

PUBLICITE

Le commissaire à la santé de l’Etat de New York, Howard Zucker, a déclaré que l’acétate était présent dans « presque tous les échantillons contenant du cannabis », et à des « niveaux très élevés », ce qui en fait « un élément clé » de l’enquête de l’Etat. Selon Zucker, l’huile de vitamine E n’a pas été trouvée dans des produits à la nicotine et n’est pas un additif approuvé pour les produits à base de cannabis médical.

La Food and Drug Administration a aussi détecté de l’acetate de vitamine E dans la majorité des produits à base de cannabis analysés dans d’autres Etats.

Comme le rapporte Leafly, l’acétate de vitamine E a été utilisé par les fabricants illégaux de cartouches THC pour diluer le THC sans réduire la viscosité. Plusieurs marques d’acétate ont été identifiées, qui ne précisent bien souvent pas les conditions de son utilisation ou les dangers de l’inhalation sur les poumons, en particulier s’il est chauffé.

CBD synthétique

Les cartouches de THC ne sont pas les seules en cause. Comme le rappelle USA Today, des cartouches à base de CBD synthétique ont envoyé des dizaines de personnes aux urgences ces deux dernières années. Une récente étude d’Associated Press, dans la foulée de cette crise des vape pen, s’est penchée sur des produits suspectés de contenir des cannabinoïdes synthétiques.Sur 350 produits testés, 128 contenaient bien du CBD synthétique.

PUBLICITE

Les bonbons en gélatine et autres edibles comptaient pour 36 des 128 produits incriminés. Le reste était constitué de vape pen. Selon AP, la plupart des tests ont eu lieu dans les États du Sud. Et dans le Mississippi, des laboratoires ont détecté du fentanyl dans certains produits étiquetés CBD.

L’enquête étant axée sur les marques et les produits suspects, ses résultats ne représentent pas l’ensemble du marché du CBD. Le rapport souligne tout de même les dangers des produits au cannabidiol non testés à une époque où les États-Unis sont justement aux prises d’une série de maladies et de décès liés à la vaporisation.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0