L’État de New York légalisera (très probablement) le cannabis récréatif en 2019

new york

Cela fait un moment que la question de la légalisation du cannabis récréatif est à l’ordre du jour dans l’État de New York. Le gouverneur, qui n’y était pas au départ favorable, a peu à peu changé d’avis alors que sa concurrente aux élections gouvernementales avait fait de la légalisation du cannabis son cheval de bataille. Depuis, il a multiplié les mesures pour préparer la légalisation. Aujourd’hui, celle-ci semble plus proche que jamais et sera vraisemblablement actée courant 2019.

PUBLICITE

Une préparation minutieuse

Le Bureau du gouverneur Andrew Cuomo a annoncé mardi que ce dernier allait bientôt révéler un plan de légalisation du cannabis récréatif pour l’État. Il a d’abord commissionné un rapport sur les pour et les contres de la légalisation, dont les auteurs ont tranché en faveur d’une régulation du cannabis, puis un groupe de travail dont la mission est de concevoir un projet de loi sur la question. Pour ce faire, une série d’audiences publiques dans environ 17 villes de l’État ont été tenues. “Le but de cette administration est de créer un modèle de programme pour la régulation du cannabis à des fins récréatives et le meilleur moyen de le faire est de s’assurer que la proposition finale englobe l’opinion des New-yorkais » explique un porte-parole du gouverneur Tyrone Stevens au New York Post.

Les audiences étant maintenant terminées, le cabinet du gouverneur attend le rapport du groupe de travail pour « introduire une proposition exhaustive et formelle d’ici le début de la sessions législative de 2019 ». D’ici là, les résultats des élections législatives de novembre prendront effet et les Démocrates, qui sont de manière générale plus favorables à la légalisation, auront le contrôle des deux chambres du Congrès new-yorkais. Le New York Post a évoqué l’idée que le plan de légalisation soit inclus dans le budget exécutif du gouverneur.

Quelle légalisation pour NY ?

Bien que le gouverneur ait annoncé sa volonté de présenter un plan de légalisation, il n’a pas révélé de détails sur les modalités de cette légalisation. « A l’heure actuelle, le débat ne porte pas sur l’autorisation ou non du cannabis à des fins récréatives mais sur comment sera structurée l’industrie » précise le député new-yorkais Richard Gottfried, sponsor de la loi de légalisation du cannabis médical en 2014. De nombreuses questions restent en suspens comme : sous quelle forme le cannabis sera disponible ? Qui sera en mesure de le vendre et combien de points de vente seront autorisés ? Où sera-t-il possible ou interdit de le consommer ? Qu’est ce qui sera fait de l’argent des taxes ?

Une question particulièrement prégnante dans l’État et la ville de New York est celle de la justice sociale. Cynthia Nixon, la rivale vaincue de Cuomo, avait maintes fois souligné les effets néfastes de la prohibition en termes de discrimination sociale et raciale. Des mesures de décriminalisation avaient d’ailleurs été mises en place dans la ville de New York pour réduire les arrestations liées au cannabis car elles ciblaient de façon disproportionnée les personnes de couleur. Aujourd’hui, les militants du cannabis s’interrogent sur les contours de la future industrie et si elle permettra l’intégration des personnes qui ont été criminalisées pour leur usage du cannabis et celle des minorités ethniques victimes de la prohibition.

Le gouverneur avait d’abord insisté sur le fait que les entreprises devraient être verticalement intégrées comme c’est le cas pour le cannabis médical. « C’est exactement le modèle que nous ne voulons pas » explique Douglas Greene de NORML. En effet, ce modèle exige un capital important et exclut un grand nombre de potentiels acteurs de l’industrie. Selon le sénateur Diane Savino, sponsor du programme de cannabis médical au Sénat en 2014, il n’y avait « pas un seul candidat issu de minorités ethniques » et seulement 5 femmes parmi les 43 candidats aux cinq premières licences de cannabis médical délivrées par L’État. Le cabinet du gouverneur a cependant indiqué que ce dernier avait abandonné ce critère.

Quand New York légalisera le cannabis récréatif, il deviendra le 11e État des États-Unis à autoriser l’usage adulte du cannabis (le dernier en date était le Michigan, début Novembre) et il ne sera surement pas le dernier. Au Connecticut, le nouveau gouverneur a déclaré faire de la légalisation une de ses priorités. En Illinois, le nouveau gouverneur y est également favorable et le maire de Chicago a récemment émis l’idée de légaliser pour financer les retraites. Depuis que le Massachusetts a lancé ses ventes de cannabis légal, le Rhodes Island s’interroge sur la question de la légalisation et selon le leader du parti républicain au parlement: « cela devrait être légal ». Au Nebraska, un des derniers États américains à n’avoir légaliser le cannabis sous aucune forme, des députés ont l’intention de soumettre la question du cannabis médical au vote citoyen en 2020 si le parlement ne prend pas d’initiative d’ici là.

Suivez-nous sur Facebook !

Catégories liées : Légalisation du cannabis

Articles liés

Derniers articles

Brésil cannabis autoculture
Brésil : multiplication des recours en justice pour obtenir le droit à l’auto-culture de cannabis médical
cannabis
Plante ou médicaments : quel choix pour le cannabis thérapeutique ?
danemark cannabis médical
Danemark : le projet pilote de cannabis médical compte déjà plus de 2000 patients
crampes menstruelles cannabis
Des Etats américains envisagent d’élargir l’accès au cannabis médical aux femmes souffrant de crampes menstruelles sévères
jean costentin
Les petits arrangements avec la vérité de Jean Costentin
dabbing granny
Dabbing granny : une grand mère qui tient mieux la weed que toi

Laisser un commentaire