Suivez-nous

CBD

Peut-on vaporiser du CBD ?

Vaporisation du CBD

Pour ceux qui nous lisent régulièrement, la question amène une réponse simple : oui, on peut vaporiser du CBD (aussi appelé cannabidiol). Nous vous avons d’ailleurs déjà parlé de Kanavape, une cigarette électronique pour vaporiser du e-liquide au CBD, et plus récemment d’un combattant d’UFC qui l’utilise pour accélérer sa remise en forme post-combat.

PUBLICITE

Pourquoi vaporiser du CBD ?

Est-ce que le CBD est bon pour vous ? Avant de vous demander si vous pouvez vaporiser du CBD, il vaut mieux vous demander si vous devriez.

Les effets du CBD sont multiples. Certains sont d’ailleurs assez surprenants et sont validés par des recherches médicales australiennes, canadiennes ou américaines. Les dernières études font état de propriétés anti-inflammatoires (d’où l’utilisation par les sportifs), neuroprotectrices, anxiolytiques en plus de réduire la prolifération des cellules cancéreuses ou de ralentir le développement d’Alzheimer.

Il y a peu, le CBD était surtout pris oralement, en concentré ou en extrait de cannabis. Comparé à la vaporisation, l’ingestion de cannabinoïdes pose un certain nombre d’inconvénients, dont une absorption aléatoire et des effets à retardement.

La vaporisation est considérée comme une alternative plus saine que la consommation de joints. C’est pourquoi de plus en plus de consommateurs se tournent vers les vaporisateurs, que ce soit pour profiter du CBD ou du THC d’ailleurs. Les effets des produits vaporisés se font sentir rapidement et sans combustion.

PUBLICITE

Le CBD peut être vaporisé sous forme d’huile via des vaporisateurs spéciaux, mais aussi sous forme de cristaux ou d’herbes séchées à fort taux de CBD. Les banques de graines développent aujourd’hui de nombreuses variétés de cannabis chargées en CBD, avec des ratios de THC:CBD allant de 1:1 à 1:3.

Comment bien vaporiser le CBD ?

Peu d’études ont été réalisées directement sur la vaporisation du CBD. Elles préfèrent généralement s’intéresser au THC. Mais la première du genre s’est déroulée en Australie en 2014. Elle montrait que le CBD pouvait être vaporisé avec des vapos classiques, et avait d’ailleurs utilisé le Volcano pour l’étude.

L’équipe de recherche a utilisé des mélanges de THC et de CBD purifiés pour déterminer la meilleure façon d’administrer du CBD en vaporisation. Les conclusions étaient les suivantes.

Le CBD commence à s’évaporer à environ 200°C, comme le THC, ce qui rend possible la vaporisation sans combustion. Une vaporisation à 230°C semblait relâcher plus de CBD qu’à 210°C.

PUBLICITE

A de faibles doses (entre 4 et 8mg), 97% de CBD était vaporisé. En revanche, ce taux diminuait en augmentant les doses. A 200mg, seulement 40% du CBD était converti en vapeur. Lorsque le CBD était mélangé à du THC, le pourcentage de cannabinoïdes convertis en vapeur était supérieur (55%).

La dose maximale à pouvoir être vaporisée de manière efficace est 200mg. De plus fortes doses produisent un effet de saturation. Ce point de saturation semblait être lié au vaporisateur et à sa qualité de chauffe. Quand on sait qu’ils avaient le Volcano entre les mains, cela signifierait que des vaporisateurs portables ont un point de saturation plus bas.

Donc oui, le CBD peut être vaporisé. Si vous vous tournez vers de l’huile de CBD, vérifiez bien la provenance des produits et les avis sur le marchand. Souvent, les taux de CBD indiqués sur l’étiquette ne sont pas vraiment révélateurs de la qualité du produit.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

CBD

Etats-Unis : la FDA ouvre une nouvelle période de consultation publique sur le CBD

Etats-Unis : la FDA ouvre une nouvelle période de consultation publique sur le CBD

Alors même que la Food and Drug Administration (FDA) avait promis d’accélérer les régulations autour du CBD, il semblerait que le processus soit de nouveau ralenti. La FDA a annoncé l’ouverture d’une nouvelle période de consultation publique pendant laquelle elle sollicite les commentaires des américains sur le reclassement potentiel du cannabis.

PUBLICITE

Les citoyens auront 30 jours supplémentaires pour donner leur avis, qui sera pris en compte lors de la réécriture de la loi. Lorsque la FDA a initialement sollicité des commentaires pour définir la position des États-Unis sur le sujet en mars, elle « a souligné la nécessité de raccourcir le délai de présentation des observations, afin que le département américain de la Santé et des Services sociaux puisse mener à bien les mesures qui s’imposent et être à l’écoute des Nations Unies.  »

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a en effet recommandé que le cannabis, ainsi que la résine de cannabis, soient retirés de l’annexe IV, la catégorie la plus restrictive (réservée aux substances considérées comme particulièrement nocives avec des avantages médicaux limités) de la convention sur les drogues de 1961 signée par des pays du monde entier. L’OMS a en outre affirmé que le CDB ne devrait pas être classifié du tout, citant des preuves selon lesquelles le composé « n’a pas de potentiel d’abus ni de potentiel de dépendance ».

Le cannabis et la résine de cannabis resteraient également inscrits à l’annexe I du traité de 1961, alors qu’elles sont actuellement classées en double dans les annexes I et IV, considérées comme les moins dangereuses (contrairement à la classification américaine). L’organisme souhaite également que le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et ses isomères soient complètement retirés d’un traité séparé conclu en 1971 sur les médicaments, et soient ajoutés à l’Annexe I de la convention de 1961, selon un document de l’OMS non encore officiellement publié, mais qui circulerait parmi les défenseurs de la réforme du cannabis.

Reclassifier le cannabis en vertu des traités internationaux refléterait une compréhension croissante de la plante au sein de l’une des organisations intergouvernementales les plus influentes du monde. Le statut restrictif actuel du cannabis des Nations Unies n’a d’ailleurs pas empêché le Canada et l’Uruguay d’aller de l’avant pour mettre fin à la prohibition, tout comme devrait prochainement le faire le Mexique.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0