Suivez-nous

CBD

5 choses à savoir sur le CBD

Capsule de CBD

On connait tous plus ou moins le tetrahydrocannabinol ou THC, le composé psychoactif du cannabis qui interagit avec les récepteurs cannabinoïdes du cerveau, altérant notre sens du plaisir, notre perception du temps et la mémoire.

PUBLICITE

Les autres composés du cannabis qui affectent le cerveau, particulièrement le cannabidiol ou CBD, sont moins bien connus. Les variétés de cannabis riches en CBD sont utilisées pour soulager la douleur, réduire les inflammations et traiter de graves maladies comme l’épilepsie, le diabète ou l’arthrite. Mais qu’est-ce que le CBD ? Voici 5 choses à savoir, sur une molécule qu’on qualifie parfois de « miracle ».

Le CBD ne défonce pas

Les études américaines réalisées sur le CBD ont conclu que le cannabidiol a des propriétés anti-inflammatoires, anti-convulsive et neuroprotectrices, en plus de réduire la prolifération des cellules cancéreuses chez le cancer du sein ou du cerveau ou de ralentir le développement de la maladie d’Alzheimer. A la différence du THC, le CBD ne produit pas d’effet euphorique ou psychoactif.

Le CBD agit de pair avec le THC

Le CBD allongerait la durée des effets du THC, et stimulerait également la neurogenèse, la création de nouvelles cellules du cerveau, chez les mammifères adultes. Bien que le CBD et le THC agissent via des canaux différents sur le corps, ils semblent partager plusieurs bienfaits médicaux. On appelle également ça l’effet d’entourage, et justement, le CBD n’est qu’un des 80 cannabinoïdes découverts jusqu’à aujourd’hui.

Vous n’êtes pas obligé de le fumer

Certains patients fument des variétés riches en CBD, par exemple les variétés créées par le CBD Crew. Certains produits au CBD comme des crèmes ou des capsules, ou simplement en vaporisation, ont récemment subi une forte hausse de popularité. En choisissant des méthodes de consommation différentes du simple spliff, les effets du CBD se font tout autant sentir, en plus de ne pas exposer ses poumons à de la fumée potentiellement néfaste.

PUBLICITE

Le CBD est légal en France

Si les produits au CBD contiennent moins de 0,2% de THC et qu’ils sont fabriqués à partir de plantes de chanvre ne dépassant pas ce taux, c’est légal en France. Vous pouvez d’ores et déjà trouver des tisanes au chanvre, des e-liquides au CBD pour la vaporisation ou des produits comestibles. Le taux de CBD est indiqué sur le paquet.

Il n’est pas encore très bien compris

Le CBD est une substance encore mal connue qui manque d’études cliniques sur l’humain. Les recherches sont rendues difficiles par la prohibition du cannabis et par la qualité variable des produits qu’on trouve aujourd’hui légalement. En d’autres termes, tant que le cannabis est illégal, la recherche aura du mal à avancer sur cette molécule prometteuse.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Céline

    11 juin 2017 à 21 h 52 min

    Malheureusement, aucun texte de lois trouvable en France qui confirme que c’est légal…ou alors, quelqu’un peut-il le mettre qu’il soit diffusé dans les groupes et qu’il soit connu de tous ! Merci malgré tout pour cet article^^

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

CBD

Etats-Unis : 3 millions de dollars de subventions pour étudier les cannabinoïdes comme alternative aux opioïdes

Cannabis en remplacement des cannabinoïdes

Le gouvernement fédéral américain a octroyé 3 millions de dollars de subventions pour la recherche sur les avantages thérapeutiques des cannabinoïdes, autres que le THC, comme solution de remplacement aux opioïdes délivrés sur ordonnance et ayant entraîné une grave crise aux Etats-Unis.

PUBLICITE

Dans un avis publié le 18 septembre 2019, le National Institutes of Health (NIH) a expliqué pourquoi ces études étaient nécessaires et énuméré les bénéficiaires de subventions et les sujets sur lesquels ils étudieront. Les recherches incluent des tests sur l’utilisation du cannabidiol (CBD) pour le traitement de la douleur liée à l’arthrite, qui seront dirigées par la faculté de médecine de l’Université de New York.

«Le traitement de la douleur chronique repose largement sur les opioïdes, malgré leur potentiel de dépendance et de surdose et le fait qu’ils ne fonctionnent souvent pas bien s’ils sont utilisés à long terme», explique Helene Langevin, directrice du Centre National de santé complémentaire et intégrative (NCCIH). « Il existe un besoin urgent d’options plus efficaces et plus sûres ».

Au total, neuf subventions ont été octroyées. Le NIH a déclaré que ces fonds aideraient à identifier d’autres options de traitement de la douleur et fourniraient des informations sur l’impact de la consommation de composés du cannabis tels que le CBD et d’autres cannabinoïdes moins connus, ainsi que des terpènes trouvés dans la plante.

« La plante de cannabis contient plus de 110 cannabinoïdes et 120 terpènes, mais le seul composé étudié de manière approfondie est le THC », indique le communiqué de presse.

PUBLICITE

Bien que le THC soit connu pour traiter certaines formes de douleur, le NIH craint que ses effets intoxicants ne limitent son applicabilité médicale.

« Le THC peut aider à soulager la douleur, mais sa valeur en tant qu’analgésique est limité par ses effets psychoactifs et son potentiel d’abus », a déclaré David Shurtleff, directeur adjoint du NCCIH. « Ces nouveaux projets examineront des substances du cannabis qui ne présentent pas les inconvénients du THC, en examinant leur activité biologique de base et leurs mécanismes d’action potentiels en tant qu’analgésiques. »

Les agences de santé fédérales ne sont pas les seules institutions intéressées à en apprendre davantage sur les composés du cannabis autres que le THC. Le 18 septembre 2019, un comité sénatorial a publié un rapport de dépenses dans lequel il était recommandé de mener des recherches sur le CBD et le cannabigérol (CBG) tout en critiquant le système fédéral de classification des drogues qui empêche actuellement de telles recherches.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0