Le système endocannabinoïde : qu’est-ce que c’est ? Comment fonctionne-t-il ?

Systeme endocannabinoïde

Le système endocannabinoïde, ou système endogène cannabinoïde, est à la base de l’action du cannabis sur le corps humain. Sa découverte est assez récente et sa compréhension n’est pas totale. Qu’est alors le système endocannabinoïde ? Comment fonctionne-t-il ?

Systeme endocannabinoide : qu’est ce que c’est?

Le système endocannabinoïde est un ensemble de récepteurs cellulaires et de molécules situés dans notre corps. Ces récepteurs spécifiques, appelés récepteurs cannabinoïdes, ont été isolé dans les années 1990 grâce à l’étude de l’action du cannabis sur le cerveau. Ils ont donc hérité du nom cannabis et du préfixe « endo » pour signifier qu’ils sont produits par le corps. Cette découverte n’aurait pas été possible sans le professeur israélien Raphael Mechoulam qui isola le THC en 1963 et remarqua alors que le corps produisait des actions similaires sans présence de THC.

Les récepteurs cannabinoïdes

Les récepteurs cannabinoïdes sont des protéines qui reçoivent des signaux chimiques de l’extérieur d’une cellule. Lorsqu’un signal chimique se lie à un récepteur, il entraîne une certaine forme de réponse cellulaire. Les récepteurs cannabinoïdes répondent à trois types de liants : les endocannabinoïdes produits par les corps mamillaires (une partie du cerveau situé près de l’hypothalamus), les phytocannabinoïdes produits par les plantes, et les cannabinoïdes synthétiques.

Le système endocannabinoïde est composé de deux récepteurs, les CB1 et les CB2.  Le récepteur CB1 est essentiellement présent dans le cerveau et les terminaisons nerveuses. Le récepteur CB2 se retrouve un peu partout dans le corps, dans le système immunitaire et dans les membranes des cellules immunitaire. On retrouve également des récepteurs dans la rate, les os, les amygdales et la thyroïde.

Les scientifiques soupçonnent l’existence d’un troisième récepteur mais celui-ci n’a pas encore été isolé.

Les endocannabinoïdes

Les endocannabinoïdes désignent des molécules produites par le corps et qui se lient aux récepteurs endocannabinoïdes. Pour le moment, la science distingue surtout deux grands types d’endocannabinoïdes.

Le premier est le neurotransmetteur anandamide, ou l’hormone du bonheur. L’anandamide est connue pour être à l’origine de la joie et de la bonne humeur. Sa concentration dans le corps est régulée par l’enzyme FAAH, une molécule agoniste, qui se lie aux récepteurs CB1 et CB2.

Le deuxième endocannabinoïde est le 2 arachidonylglycerol ( 2 AG pour simplifier). Celui fonctionne essentiellement avec le récepteur CB2 bien qu’il puisse également se lier avec le CB1.

D’où viennent les endocannabinoïdes ?

Depuis que nous sommes tout petits, notre nourriture nous apporte les endocannabinoïdes. On en trouve énormément dans le lait maternel et dans les Oméga 3, et sont surtout présents dans les acides gras des aliments.

Une étude réalisée sur des animaux et publiée par l’American National Health Institute montre un changement de caractère lorsque l’animal subit une diète d’acide gras. Le système endocannabinoïde est donc également régulé par notre alimentation.

Quelles différences avec les cannabinoïdes de la plante?

Le THC est un phytocannabinoïde. Celui-ci a les mêmes propriétés que l’anandamide, et se fixe directement sur les récepteurs CB1 et CB2 pour imiter les effets des endocannabinoïdes.

Le cannabidiol, ou CBD, lui, ne se fixe pas sur les récepteurs endocannabinoïdes, mais agit sur l’enzyme FAAH. Le CBD l’empêche alors de réguler la concentration d’anandamide. La quantité d’anandamide augmente, ce qui favorise la réponse endocannabinoïde protectrice innée du corps. Le CBD ira également s’opposer à l’action du THC sur le récepteur CB1, allant ainsi contre les effets psychoactifs de la molécule.

Quel est le rôle du système endocannabinoïde ?

Le système endocannabinoïde serait à l’origine de l’homéostasie, le processus de régulation qui permet de conserver le fonctionnement normal de l’organisme. Ce mécanisme influe sur les fonctions essentielles du corps humain : la faim, la digestion, la douleur, l’énergie, le sommeil, l’appétit, les fonctions motrices, les fonctions reproductrices, le plaisir, la régulation de la température corporelle… Pour résumer, ces endocannabinoïdes sont l’explication de la bonne entente entre le corps et l’esprit.

Cependant le système endocannabinoïde peut être défaillant. La rupture du système endocannabinoïde est appelé « carence endocannabinoïde clinique ».  Lorsque le système endocannabinoïde ne régule plus votre corps, les fonctions citées précédemment peuvent être affectées.

L’utilisation de cannabis médical peut alors venir pallier certains déficits en endocannabinoïdes et traiter certains dérèglements du système endogène cannabinoïde. Lorsque le THC se fixe sur les récepteurs CB1 et CB2, il module l’action des récepteurs cannabinoïdes et rééquilibre leur fonctionnement. Par exemple, en activant massivement les récepteurs CB2 contenu dans les articulations, le cannabis permet de calmer l’inflammation de celle ci en cas d’arthrite. Il contrôle en l’occurrence le déclenchement de l’information « douleur dans l’articulation ».

Les propriétés médicales du cannabis sont donc le résultat de l’action du cannabis sur le système endocannabinoïde. Ce dernier nécessite encore de nombreuses recherches pour être totalement compris.

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !