Royaume-Uni : un Cannabis Club soutenu par la police

Cannabis Club au Royaume-Uni

Michael Fisher a créé le Club Exhale il y a 4 ans de cela dans la conurbation de Middlesbrough, à Teesside, dans le Nord-Est de l’Angleterre. Malgré l’interdiction du cannabis au Royaume-Uni, les 150 membres du club paient une cotisation annuelle de 35£ (40€) pour profiter d’un espace où ils peuvent en consommer sans craindre la répression policière.

Le club se trouve en effet dans le district de la gendarmerie de Durham, qui a ouvertement arrêté la chasse aux consommateurs de cannabis et aux petits cultivateurs.

Le club interdit toutefois l’achat et la vente de cannabis dans ses locaux, ainsi que l’alcool, et se rémunère sur le prix des tickets vendus pour certains événements ou sur les boissons. Les consommateurs amènent donc leur propre weed pour la consommer sur place.

Le Club Exhale a récemment reçu la visite de Arfon Jones, Commissaire de Police et de Crime du Nord du Pays de Galles qui n’a pas manqué d’apprécier l’organisation du club.

« La conversation autour du cannabis est en train de changer et il devient plus acceptable d’en parler. Nous ne ressentons plus le besoin de nous cacher » a expliqué Michael Fisher au Daily Mail.

Fisher explique également qu’il aimerait que ce modèle s’étende à travers le Royaume-Uni, et pas seulement à Durham, où il dit entretenir une « très bonne relation » avec le commissaire de police Ron Hogg, qui travaille avec le club depuis de nombreuses années. Il a également suggéré que le Nord du Pays de Galles puisse accueillir rapidement un Club.

Arfon Jones, qui soutient l’usage de cannabis à des fins médicales, a expliqué : « J’ai visité le Teesside Cannabis Club car je voulais voir son fonctionnement. »

« Environ 150 membres paient 35£ par an et pourquoi pas ? Il y a des pubs et des clubs où les gens vont pour boire de l’alcool, alors pourquoi les adultes consentants ne serait pas autorisés à consommer du cannabis récréatif sans causer de mal à personne, et sans nuire au voisinage. »

Outre les bonnes relations avec la police, le Club accueille aussi de temps à autres des vedettes comme Jeremy Kyle, présentateur radio et télé, ou de Marc Emery. Michael Fisher aimerait, lui, pouvoir un jour en faire une activité légale. Les taxes issues des ventes contrôlées de cannabis pourraient, pour lui, aller au Trésor public plutôt qu’au marché noir, et éloigner les consommateurs des circuits criminels.

Le Royaume-Uni compte aujourd’hui plus de 80 clubs officiels, avec des règles strictes et un modèle facilement transposable ailleurs.

Catégories liées : Cannabis médical

Suivez-nous sur Telegram

Articles liés

Derniers articles

Conférence 2018 de l'UFCM
1er juin 2018 : 7è conférence internationale de l’UFCM-I-Care
Vente de chanvre en France
A Castres, du Cannabis Sativa en jardinerie
Epidiolex
Etude : l’Epidiolex réduit de 42% les crises d’épilepsie
Dispensaire de cannabis en Afrique du Sud
Le premier dispensaire de cannabis d’Afrique ouvre à Durban North
Odeur de cannabis en Californie
Californie : une ville produit tellement de cannabis que les habitants se plaignent de l’odeur
Bilan de la Cannaparade 2018
Cannaparade 2018 : le bilan

Laisser un commentaire