Suivez-nous

Cannabis aux Etats-Unis

Le New Jersey étend drastiquement son accès au cannabis thérapeutique

Cannabis médical au New Jersey

L’Etat du New Jersey a voté le 2 juillet des mesures pour permettre l’accès au cannabis thérapeutique à un plus grand nombre de patients. La loi, signée par le gouverneur démocrate Phil Murphy, prend effet immédiatement. 43 nouvelles conditions médicales, limitées aujourd’hui à l’épilepsie, au glaucome, à la sclérose latérale amyotrophique (SLA), aux effets secondaires des traitements contre le SIDA, à la sclérose en plaques, aux maladies en phase terminale ou à la maladie de Crohn, pourront désormais êtres traitées grâce au cannabis, comme les douleurs chroniques, les migraines ou l’anxiété.

PUBLICITE

La loi permettra également de réduire le nombre de visites médicales nécessaires à la prescription de cannabis thérapeutique de quatre par an à une par an, et d’augmenter les doses, notamment pour les patients en phases terminales, pour lesquels il y n’y aura pas de limite imposée.

Les dispensaires actuels auront la permission d’ouvrir d’autres établissements et des licences seront accordées à de nouvelles entreprises pour faciliter l’accès aux patients. Les maisons de retraites et les hospices pourront devenir des intermédiaires actifs entre leurs patients et les dispensaires, et les consommateurs de cannabis médical n’étant pas résidents de cet Etat pourront se procurer leurs prescriptions dans les dispensaires du New Jersey jusqu’à 6 mois après leur arrivée. Les communes auront permission de réduire les taxes sur les dispensaires. La loi prévoit également d’accorder au moins 15% des licences de vente à des personnes issues de minorités ethniques et de genres, à des personnes handicapées et à des vétérans de guerre.

Depuis l’entrée en fonction de Murphy en janvier 2019, 30 000 patients se sont ajoutés aux 18 500 consommateurs de cannabis médical déjà pré-existants.

Cette loi pour faciliter l’accès des patients au cannabis thérapeutique survient après l’échec de la légalisation du cannabis récréatif en mars 2019, qui était l’un des objectifs de campagne du gouverneur Murphy. La loi est nommée après Jake Honig, un petit garçon de 7 ans décédé en janvier 2018 d’un cancer du cerveau. Il utilisait du cannabis thérapeutique afin de soulager ses douleurs, mais les doses permises par l’Etat obligeaient ses parents à l’utiliser avec parcimonie. Depuis sa mort, ils militaient pour un accès plus facile pour les malades en phase terminale.

PUBLICITE
Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis aux Etats-Unis

Etats-Unis : 3 millions de dollars de subventions pour étudier les cannabinoïdes comme alternative aux opioïdes

Cannabis en remplacement des cannabinoïdes

Le gouvernement fédéral américain a octroyé 3 millions de dollars de subventions pour la recherche sur les avantages thérapeutiques des cannabinoïdes, autres que le THC, comme solution de remplacement aux opioïdes délivrés sur ordonnance et ayant entraîné une grave crise aux Etats-Unis.

PUBLICITE

Dans un avis publié le 18 septembre 2019, le National Institutes of Health (NIH) a expliqué pourquoi ces études étaient nécessaires et énuméré les bénéficiaires de subventions et les sujets sur lesquels ils étudieront. Les recherches incluent des tests sur l’utilisation du cannabidiol (CBD) pour le traitement de la douleur liée à l’arthrite, qui seront dirigées par la faculté de médecine de l’Université de New York.

«Le traitement de la douleur chronique repose largement sur les opioïdes, malgré leur potentiel de dépendance et de surdose et le fait qu’ils ne fonctionnent souvent pas bien s’ils sont utilisés à long terme», explique Helene Langevin, directrice du Centre National de santé complémentaire et intégrative (NCCIH). « Il existe un besoin urgent d’options plus efficaces et plus sûres ».

Au total, neuf subventions ont été octroyées. Le NIH a déclaré que ces fonds aideraient à identifier d’autres options de traitement de la douleur et fourniraient des informations sur l’impact de la consommation de composés du cannabis tels que le CBD et d’autres cannabinoïdes moins connus, ainsi que des terpènes trouvés dans la plante.

« La plante de cannabis contient plus de 110 cannabinoïdes et 120 terpènes, mais le seul composé étudié de manière approfondie est le THC », indique le communiqué de presse.

PUBLICITE

Bien que le THC soit connu pour traiter certaines formes de douleur, le NIH craint que ses effets intoxicants ne limitent son applicabilité médicale.

« Le THC peut aider à soulager la douleur, mais sa valeur en tant qu’analgésique est limité par ses effets psychoactifs et son potentiel d’abus », a déclaré David Shurtleff, directeur adjoint du NCCIH. « Ces nouveaux projets examineront des substances du cannabis qui ne présentent pas les inconvénients du THC, en examinant leur activité biologique de base et leurs mécanismes d’action potentiels en tant qu’analgésiques. »

Les agences de santé fédérales ne sont pas les seules institutions intéressées à en apprendre davantage sur les composés du cannabis autres que le THC. Le 18 septembre 2019, un comité sénatorial a publié un rapport de dépenses dans lequel il était recommandé de mener des recherches sur le CBD et le cannabigérol (CBG) tout en critiquant le système fédéral de classification des drogues qui empêche actuellement de telles recherches.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0