Suivez-nous

Cannabis en Argentine

L’Argentine légalise l’utilisation médicale d’huile de cannabis

Cannabis médical en Argentine

Après 5 heures de débat et un vote 58-0, l’Argentine a donné son accord final à la proposition de loi dont nous vous parlions en novembre dernier, et qui légalise l’utilisation de l’huile de cannabis à des fins thérapeutiques. Elle autorise également le gouvernement à faire pousser du cannabis à des fins scientifiques et médicales, mais l’huile de cannabis pourra également être importée. Un programme national du ministère de la Santé sera chargé d’étudier la consommation de cannabis médicinal.

PUBLICITE

La mesure doit encore être signée par le Président Mauricio Macri, dont le parti Cambiemos soutenait le projet de loi. La proposition avait également le soutien de tous les partis présents en plénière qui s’entendaient sur l’urgence à résoudre le problème. Les Sénateurs ont pu entendre des médecins et des parents d’enfants malades expliquer l’avantage de l’utilisation médicale du cannabis qui est déjà répandu en Argentine.

L’huile de cannabis vise avant tout une utilisation dans le cadre de l’épilepsie et du soulagement des symptômes afférents à une chimiothérapie. Les patients et familles de patients, pour peu qu’ils répondent à des pathologies spécifiques, pourront à terme s’inscrire sur un Registre National de Patients et bénéficier gratuitement des médicaments dérivés du cannabis.

« 30% des épileptiques ne répondent pas aux médicaments traditionnels » explique Ana Maria Garcia Nicora, médecin à la tête du groupe Medical Cannabis Argentina, à la télévision argentine après le vote du Sénat en faveur de la mesure.

« Ma fille a de l’épilepsie depuis 24 ans et c’est une option pour elle » dit-elle.

PUBLICITE

Seul regret des Sénateurs : que la proposition de loi n’autorise pas l’auto-culture. Une prochaine loi devrait donc venir réguler et contrôler la culture à domicile de cannabis.

Le Chili et la Colombie ont adopté des lois similaires, alors que l’Uruguay est déjà allé plus loin en légalisant le cannabis afin de retirer des mains des criminels un business très juteux.

Le Pérou est également en attente d’une proposition de loi qui légaliserait l’utilisation médicale de l’huile de cannabis, à destination de patients atteints de cancer, d’épilepsie, de VIH, de la maladie d’Alzheimer ou encore d’un syndrome d’Asperger, et en dernier recours. Le Brésil a lui autorisé début janvier la commercialisation du Sativex, un spray buccal destiné entre autres à soulager la spasticité dans la sclérose en plaques, ici aussi si les traitements conventionnels n’ont pas fonctionné.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en Argentine

Etats-Unis : 3 millions de dollars de subventions pour étudier les cannabinoïdes comme alternative aux opioïdes

Cannabis en remplacement des cannabinoïdes

Le gouvernement fédéral américain a octroyé 3 millions de dollars de subventions pour la recherche sur les avantages thérapeutiques des cannabinoïdes, autres que le THC, comme solution de remplacement aux opioïdes délivrés sur ordonnance et ayant entraîné une grave crise aux Etats-Unis.

PUBLICITE

Dans un avis publié le 18 septembre 2019, le National Institutes of Health (NIH) a expliqué pourquoi ces études étaient nécessaires et énuméré les bénéficiaires de subventions et les sujets sur lesquels ils étudieront. Les recherches incluent des tests sur l’utilisation du cannabidiol (CBD) pour le traitement de la douleur liée à l’arthrite, qui seront dirigées par la faculté de médecine de l’Université de New York.

«Le traitement de la douleur chronique repose largement sur les opioïdes, malgré leur potentiel de dépendance et de surdose et le fait qu’ils ne fonctionnent souvent pas bien s’ils sont utilisés à long terme», explique Helene Langevin, directrice du Centre National de santé complémentaire et intégrative (NCCIH). « Il existe un besoin urgent d’options plus efficaces et plus sûres ».

Au total, neuf subventions ont été octroyées. Le NIH a déclaré que ces fonds aideraient à identifier d’autres options de traitement de la douleur et fourniraient des informations sur l’impact de la consommation de composés du cannabis tels que le CBD et d’autres cannabinoïdes moins connus, ainsi que des terpènes trouvés dans la plante.

« La plante de cannabis contient plus de 110 cannabinoïdes et 120 terpènes, mais le seul composé étudié de manière approfondie est le THC », indique le communiqué de presse.

PUBLICITE

Bien que le THC soit connu pour traiter certaines formes de douleur, le NIH craint que ses effets intoxicants ne limitent son applicabilité médicale.

« Le THC peut aider à soulager la douleur, mais sa valeur en tant qu’analgésique est limité par ses effets psychoactifs et son potentiel d’abus », a déclaré David Shurtleff, directeur adjoint du NCCIH. « Ces nouveaux projets examineront des substances du cannabis qui ne présentent pas les inconvénients du THC, en examinant leur activité biologique de base et leurs mécanismes d’action potentiels en tant qu’analgésiques. »

Les agences de santé fédérales ne sont pas les seules institutions intéressées à en apprendre davantage sur les composés du cannabis autres que le THC. Le 18 septembre 2019, un comité sénatorial a publié un rapport de dépenses dans lequel il était recommandé de mener des recherches sur le CBD et le cannabigérol (CBG) tout en critiquant le système fédéral de classification des drogues qui empêche actuellement de telles recherches.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0