Des distributeurs automatiques de tisanes CBD dans toute la France dès septembre

weed paradise

Ferhat Alakocoglu, patron de Weed Paradise, a eu l’idée de commercialiser du CBD sous forme de tisanes à travers des distributeurs automatiques. Nous l’avons contacté la semaine derenière pour lui poser quelques questions.

PUBLICITE

Production et légalité

M. Alakocoglu se fournit auprès de producteurs suisses en graines et en fibres de chanvre qu’il retravaille ensuite en France pour créer une forme de poudre infusable aux arômes de cannabis. Le produit, garanti sans conservateur et sans colorant, se veut tout à fait naturel. Il se présente sous forme de sachet à 2€ pièce et les commerces qui abritent les distributeurs se chargent de fournir l’eau chaude.

Pour l’instant il ne commercialise qu’une variété de chanvre avec des taux de THC en-dessous de 0,2%, conformément à la loi, mais il souhaite se diversifier, toujours en respectant les limitations légales. Les taux de THC et CBD seront bientôt disponibles sur le site web de l’entreprise. Concernant les taux de THC, ils avoisinent actuellement à 0,05% et l’idée est de les réduire le plus possible.

Au niveau légalité, l’entrepreneur a pris soin de respecter la loi dans ses moindres détails et s’est entouré d’avocats spécialisés. Il a contacté la gendarmerie locale pour les assurer du bien-fondé de sa démarche et doit rencontrer bientôt le maire d’Épinal à ce sujet. Pour éviter toute dérive, des indications sont données sur la machine et une notice accompagne les produits.

On peut toutefois s’étonner que le produit soit commercialisé dans une boite de nuit. Avec une clientèle festive potentiellement consommatrice de cannabis, on peut s’inquiéter que le produit soit détourné.

Le projet est, à terme, d’installer des distributeurs dans d’autres espaces de loisirs tels que les bowlings ou les salles de concerts. Encore une fois, la clientèle mineure peut poser un problème. Malgré le design de la machine, étudiée pour être hors de portée des enfants, personne ne peut garantir qu’un adolescent de 14 ans ou 16 ans n’accède pas au produit.

Ambitions

En tout cas, il semble que l’offre rencontre la demande puisque les premiers distributeurs automatisés, mis en place il y a 10 jours, ont été vidés rapidement. Ferhat Alakocoglu a l’intention d’en installer 100 autres d’ici fin août et 240 d’ici septembre, le but étant de s’installer dans toute la région mais aussi, à terme, dans toute la France grâce à un système de franchise.

En effet, le patron de Weed Paradise a désormais le monopole sur la vente automatisée de CBD grâce à la protection des droits qui place le concept sous sa propriété intellectuelle. Cependant, il est ouvert aux partenariats et les commerçants voulant vendre leurs produits via ses distributeurs n’ont qu’à le contacter. Il compte également ouvrir rapidement un salon de thé où il se diversifiera dans la vente des produits dérivés du CBD.

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

Ouganda et cannabis médical
L’Ouganda fournira-t-il vraiment l’Allemagne et le Canada en cannabis médical ?
Prescription de cannabis médical en France
Les Pays-Bas vont augmenter leur production de cannabis médical
cannabis et conduite automobile
Etude : les légalisations du cannabis n’ont pas augmenté le nombre d’accidents de la route aux USA
Déchets du cannabis en eau potable
Le Cannavore transforme les déchets du cannabis en eau potable
Programme Expogrow 2019
L’Expogrow 2019, c’est ce week-end
Cannabis dans le Maine
2 ans après la légalisation, le Maine publie son projet de régulation du cannabis

Laisser un commentaire