Suivez-nous

People

Cypress Hill se lance enfin dans l’industrie du cannabis !

Devant une maison bondée du Bhang Bash à Las Vegas, une soirée pour les professionnels organisée en amont de la Marijuana Business Conference & Expo, une foire du cannabis, Cypress Hill a annoncé son partenariat avec Bhang Chocolate, une marque de chocolat infusé au cannabis, qui propose également des chewings-gums ou des produits à vaporiser.

PUBLICITE

Après de nombreuses années d’icône du mouvement de légalisation du cannabis, Cypress Hill se lance donc enfin dans l’industrie du cannabis !

B-Real, le rappeur du groupe, était présent à l’événement : « C’est incroyable que 25 ans après la sortie de notre premier album, dans lequel nous parlions ouvertement de la légalisation de la marijuana, tabou à l’époque, que nous vivions finalement à une époque de légalisation et que nous ayons aujourd’hui l’opportunité de faire partie de cette industrie florissante ».

De nombreuses célébrités s’intéressent aujourd’hui au marché cannabique : Snoop Dogg et Whiz Khalifa bien sûr, mais aussi Whoopi Goldberg ou Woody Harrelson. L’industrie du cannabis aux Etats-Unis cherche avant tout à se légitimer et à se normaliser. L’arrivée de grands noms comme celui de Cypress Hill est un pas en avant vers cette normalisation.

Bhang, de son côté, est davantage connu pour ses chocolats. Interrogé sur quels produits ils avaient l’intention de proposer, DJ Muggs, le DJ et producteur de Cypress Hill a répondu : « Nous proposerons toute une gamme de produits. Une des principales raisons à notre collaboration avec Bhang est que nous mettons tous les deux la qualité en avant. C’est important pour nous que tous les produits que nous vendrons soient tellement bons qu’on les utilise nous-mêmes ».

PUBLICITE

Scott Van Rixel, CEO de Bhang, a, lui, déclaré : « J’ai grandi en écoutant Cypress Hill et je suis un vrai fan de leur musique. Si je pouvais remonter le temps et qu’on me demandait avec qui j’aimerais travailler, je les aurais choisi car aucun groupe n’incarne plus le Cannabis et ce qu’il représente ».

Cypress Hill a souvent profité de sa couverture médiatique pour militer en faveur de la légalisation du cannabis, parfois de manière controversée comme sur le plateau de SNL dont ils se sont fait bannir à vie. Ils ont été parmi les premiers rappeurs à parler de cannabis dans leur lyrics, bien avant un Dre ou un Snoop. En 1988, alors que Dre rappait : “I don’t smoke weed or sess / Cause it’s known to give a brother brain damage / And brain damage on the mic don’t manage”, certaines tracks de Cypress étaient censurées à la radio car elles parlaient de weed d’une manière positive. Il faut dire que les Etats-Unis étaient en pleine période Nancy « Just Say No » Reagan. Ce qui n’empêchera par Dr Dre de vite changer d’avis, à l ‘initiative de Cypress, et de sortir 4 ans après The Chronic avec un tout jeune Snoop Dogg.

Dans leur deuxième album Black Sunday, en 1993, Cypress Hill glisse une fact sheet sur le cannabis, avec 19 faits inconnus, ou mal connus, jusqu’alors sur le cannabis.

Cypress Hill fact sheet sur le cannabis

PUBLICITE

« Nous voulions que les gens sachent que nous ne faisions pas que fumer, que nous étions des personnes éduquées sur tous les aspects de la culture. Nous avons fait équipe avec NORML, High Times et Jack Herer et avons mis cette information devant les gens, pour qu’ils la lisent, la partagent, apprennent, soient inspirés et continuent le combat, s’ils choisissaient d’en faire partie » explique B.

Il semble que depuis, le message de Bob Marley et de Peter Tosh ait fait son chemin, en tout cas aux Etats-Unis, et que Cypress Hill continue à le répandre partout où ils peuvent.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

People

Santé Canada suspend les licences de Canntrust et d’Evergreen

Suspension de licence pour CannTrust

CannTrust a annoncé avoir reçu un avis de suspension de licence de Santé Canada en réponse à la non-conformité de ses installations de production et de culture.

PUBLICITE

« Les inspecteurs de Santé Canada ont remis les avis de suspension à CannTrust Inc. aujourd’hui, et saisissent et retiennent tous les produits à base de cannabis sur les deux sites », a déclaré Tammy Jarbeau, porte-parole de l’organisation gouvernementale, dans un email à MJBiz Daily.

« Santé Canada continuera de surveiller de près les actions entreprises par CannTrust Inc. et réévaluera le statut de la licence de la société à mesure que de nouvelles informations seront disponibles », a ajouté M. Jarbeau. « Santé Canada peut également déterminer que des mesures supplémentaires de conformité et d’application sont justifiées. »

CannTrust conserve pour l’instant son droit de cultiver et récolter les plantations en cours, mais pas d’en cultiver de nouvelles ou de vendre du cannabis.

Côté Evergreen Medical Supply, Santé Canada a suspendu la capacité d’Evergreen de « cultiver, transformer et vendre du cannabis, des plantes et des graines de cannabis fraîches et séchées » comme rapporté par Bloomberg.

PUBLICITE

« Le 9 août, Santé Canada a suspendu les licences d’Evergreen Medicinal Supply afin de protéger la santé et la sécurité du public, notamment d’empêcher que le cannabis ne soit détourné sur le marché illégal, en raison du non-respect de certaines dispositions de la Loi sur le cannabis et du Règlement sur le cannabis » a expliqué Tammy Jarbeau.

Evergreen, producteur de cannabis basé en Colombie-Britannique a répondu «travailler à des mesures correctives» à la suspension de sa licence.

Les inspecteurs de Santé Canada ont effectué une inspection inopinée dans les locaux de la société à Saanichton, en Colombie-Britannique en avril. L’inspection a révélé «un certain nombre d’observations critiques et une classification globale non conforme» liée aux pratiques de production de la société, à la tenue des registres, au contrôle des stocks et au respect des contrôles de licence. L’entreprise aurait également des impayés de loyer ainsi qu’un bail expiré.

Evergreen a reçu sa licence de vente de cannabis médical en mars 2017 et a principalement pour but de produire du cannabis pour d’autres producteurs de licences agréés. Evergreen exploite une installation de 600m² et avait prévu de tripler sa surface de culture.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0