Cannabis thérapeutique : que s’est-il dit à l’Assemblée Nationale ce 5 décembre ?

Cannabis thérapeutique à l'Assemblée Nationale

Ce mercredi 5 décembre, la salle Colbert de l’Assemblée Nationale hébergeait une matinée sur les enjeux de la légalisation du cannabis thérapeutique. Au programme, deux discussions sur les dimensions thérapeutiques du cannabis et sur les perspectives économiques pour la France, notamment pour l’agriculture.

L’événement était organisé à l’initiative du député LREM Jean-Baptiste Moreau, qui travaille notamment au projet creusois de cannabis thérapeutique avec Eric Correia, et par le cabinet de conseil en affaires publiques et communication stratégique Gplus.

1ère table ronde : dimensions thérapeutiques du cannabis

Mr Moreau a ouvert cette matinée d’échange en reprenant sa tribune parue dans le JDD la veille de la réunion. Il y demandait bien à propos une légalisation rapide du cannabis thérapeutique en France. Il a ensuite laissé la parole à Yann Bisiou, spécialiste du droit de la drogue, qui a notamment défendu la possibilité de placer le cannabis thérapeutique dans la catégorie des « produits réglementés dans l’intérêt de la santé publique », mais aussi d’adapter les dispositifs légaux en fonction des produits et des enjeux, en laissant une place au cannabis bien-être (produits à -0,2% de THC, avec ou sans CBD).

Ensuite, Olivier Véran, neurologue et député LREM, s’est déclaré « à fond » pour le cannabis thérapeutique. Mr Véran a ainsi partagé certaines des expériences vécues par ses patients soulagés par du cannabis, sans toutefois pouvoir complètement expliquer le fonctionnement précis du traitement, ce qui ne constitue pour lui pas un frein à sa prescription pour peu que le patient soit suivi.

Nicolas Authier, président de l’actuelle Commission d’évaluation du cannabis thérapeutique de l’ANSM, ne s’est pas exprimé sur les réflexions du CSST. La décision d’aller ou non sur une légalisation effective du cannabis médical sera prise le 12 décembre et communiquée le 13 ou le 14 décembre par l’ANSM. Si elle s’avérait positive, et selon toute vraisemblance elle le sera, l’ANSM prendrait ensuite 3 à 6 mois pour réfléchir aux formes d’administration et au circuit de production / importation / distribution du cannabis médical.

Le Dr Lowenstein a enfin rappelé que les questions les plus importantes à court terme sont de savoir quel cannabis, pour qui et par quel moyen d’administration / distribution.

Guillaume Balas, député européen, est enfin intervenu pour expliquer son initiative européenne (que nous sommes assez fièrement les seuls à suivre pour l’instant).

2ème table ronde : perspectives économiques pour la France

La deuxième table ronde faisait intervenir des représentants agricoles. Mme Fichaux d’Interchanvre, l’interprofession du chanvre, s’est déclarée prête à aller sur le travail de la fleur et conduira des travaux en ce sens. Du côté du ministère de l’Agriculture, représenté par Mme Valérie Métrich-Hecquet, le statu quo prévaut et ne bougera que si le ministère de l’Intérieur ou la Santé autorisent nommément le travail de la fleur et la présence de 0,2% de THC dans le produit fini (ce qui devrait déjà être le cas au vu de la loi).

Les exemples étrangers de légalisation ont a priori vu les agriculteurs écartés de la production de cannabis thérapeutique, un point de vigilance à prendre en compte pour Thierry Pouch, économiste en chef à l’Académie d’Agriculture.

Eric Correia, Président de l’Agglomération du Grand Guéret et Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, a terminé la matinée par un discours émouvant, dont vous trouverez quelques extraits ici et qu’on peut résumer en une ultime question : qui peut s’opposer au soin d’un malade ? S’il fallait y répondre, nous avons une liste de quelques noms 😉

A noter la présence dans le public de représentants d’Aurora Cannabis, très présent en Europe en ce moment, de Bedrocan et d’Arcview, le plus gros incubateur / financeur des start-up cannabis aux Etats-Unis (et avec quelques investissement en Europe). Le top départ n’a pas encore sonné, mais les starting-blocks commencent à se remplir !

Articles liés

Derniers articles

altria
Altria (Malboro) investit $1,8 milliard dans un producteur de cannabis canadien
bong
Pourquoi la forme des bangs importe ?
cannabis facility
Aurora Cannabis à la conquête de l’Europe
THCV
Le THCV sera-t-il le nouveau CBD ?
musée de la weed
Weedmaps ouvre son musée du cannabis à Los Angeles
luxembourg
Le Luxembourg sera-t-il le Colorado européen ?
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire