Portugal : le premier parti du pays en faveur d’une légalisation du cannabis

Légalisation du cannabis au portugal

Le Parti Social-Démocrate (PSD) portugais, le plus grand parti au Parlement, soutient la régulation complète du cannabis.

Lors de la conférence nationale du parti organisée le 17 février dernier, le parti a approuvé à la majorité le projet de « légalisation responsable » de la consommation de cannabis au Portugal, avec pour objectif une vente de cannabis en pharmacie pour mettre à mal son trafic illégal.

« Nous ne devons pas oublier que le cannabis représente la moitié des revenus des trafiquants dans le monde » a déclaré Ricardo Baptista Leite, député et membre du Comité de Santé parlementaire. « Globalement, cela représente un marché de 150 milliards de dollars, et l’arrêt des activités illégales liées au cannabis met fin à une partie de l’activité criminelle globale ».

La proposition de légalisation veut réguler la production et la distribution de cannabis. Les personnes de plus de 21 ans seraient autorisées à en acheter. Les taxes collectées sur les ventes seraient réutilisées pour renforcer les budgets des forces de police et des enquêtes criminelles impliquées dans la lutte contre le trafic de drogue. »

Le Portugal a été le premier pays d’Europe à dépénaliser totalement l’ensemble des drogues en 2001. Il est aujourd’hui le premier en Europe à défendre l’idée d’une régulation complète du cannabis.

« Avant de regarder les faits, j’étais personnellement résistant à l’idée de la légalisation, notamment à cause des idées préconçues liés aux risques potentiels de la consommation sur la santé mentale » explique Baptista Leite à Talking Drugs.

« Après avoir lu toutes les preuves scientifiques, il m’est devenu claire qu’avec une régulations stricte nous pouvons réduire les risques liés à la consommation de cette drogue, protéger les citoyens et les sociétés, au moins au même niveau que ce que nous faisons avec la cigarette et l’alcool. En fait, il est clair qu’en limitant la consommation de THC, en prohibant toutes formes de drogues synthétiques ou de manipulations, et en imposant une limite de 21 ans, on peut éviter les risques de schizophrénie induits par le cannabis et d’autres potentiels dommages sur la santé mentale. Tous les emballages devraient présenter des avertissements clairs et une description du contenu, et il devrait être interdit de vendre des edibles ou de consommer du cannabis dans les lieux publics, en conduisant ou au travail ».

Et de continuer : « le prix des produits légaux au cannabis devrait être fixé en fonction de celui du marché noir pour inciter les consommateurs à arrêter d’acheter leur drogue aux dealers et ainsi se diriger vers une fin du marché illicite. »

Articles liés

Derniers articles

Feuille de cannabis au Québec
Le Québec interdit la représentation d’une feuille de cannabis
Cannabis médical en Irlande
Ecosse : le gouvernement à l’écoute des partisans du cannabis médical
Culture de cannabis en Géorgie
La Géorgie veut faire pousser et exporter du cannabis, sans autoriser sa consommation
L'Afrique du sud légalise l'usage privé de cannabis
La Cour Constitutionnelle sud-africaine légalise l’usage privé de cannabis
meilleur vaporisateur kandypens
Quel est le meilleur vaporisateur Kandypens ?
Coca Cola au cannabis
Coca-Cola lorgne le marché du cannabis
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire