Malana, village indien réputé pour son cannabis, va être interdit aux touristes

Malana, village indien réputé pour son cannabis va être interdit aux touristes

C’est officiel. Les habitants de Malana, un village situé au nord-est de l’Inde dans l’état de l’Himachal Pradesh, ont pris la décision de ne plus accueillir de touristes dans leur province, selon le journal indien Hindustan Times. Suite à des motifs religieux et à une détérioration des traditions du village de Malana, les habitants ont décidé de bannir le tourisme, essentiellement cannabique dans ce coin reculé de la Vallée de la Parvati.

La Malana Cream
La Malana Cream

Une des raisons principales du tourisme cannabique en Inde tient dans l’une des meilleurs variétés de résine de cannabis au monde : La Malana Cream, aussi appelée charas. Cette variété connue pour sa très bonne qualité est confectionnée à la main. Des touristes du monde entier se déplacent pour la savourer. Dans le village indien, la Malana Cream est vendue à environ 20€ les 10g, soit trois fois plus que les autres variétés de haschich de l’Etat de l’Himachal Pradesh.

En outre, cette variété est très prisée dans tous les Coffeeshops d’Amsterdam. Aux Pays-Bas, la variété est revendue encore plus chère qu’en Inde, environ 12 euros le gramme.

Protéger le village du tourisme cannabique

Les habitants du village se sont réunis par le biais d’un parlement bicaméral ce mardi 11 juillet et ont ainsi décidé de fermer l’accès au village aux touristes. Cette décision est « d’ordre divin » car les touristes sont, selon le journal « accusés de menacer la culture et les traditions ».

Le village est contrôlé par le dieu local, dans lequel les habitants ont une foi considérable. Le Parlement a invoqué Jamlu par le biais de la divination. Selon le Parlement, le Dieu Jamlu n’est pas friand des touristes. Bhagi Ram, gouvernement de la ville a rapporté au Hindustan Times : « La divinité ne veut qu’aucun villageois ne loue sa propriété comme une maison d’hôte. Il a interdit à tout le monde de faire cela, et ceux qui enfreignent ses ordres devront subir le poids de sa malédiction ».

C’est dans ce contexte que les habitants de Malana reprochent aux étrangers de leur attribuer une image tronquée en associant leur village exclusivement au cannabis. « Il est regrettable que le commerce du cannabis ait diffamé notre village. Les gens de Malana ont leur propre culture et leurs croyances » a affirmé une habitante.

Une initiative touristique

En effet, tout a débuté dans les années 1970 lorsque les touristes invités dans le village ont enseigné aux habitants de Malana comment extraire la résine du cannabis. Les dealers locaux ne se cachent pas vraiment et utilisent les réseaux sociaux, dont Instagram, pour vendre leur haschich afin d’attirer des clients. Ils postent des photos de la résine sous emballage tout laissant leur coordonnées sous les photos. Les consommateurs qui étaient intéressés pouvaient les contacter directement depuis l’application.

Charas made by @vuoto_nuha #nuhafarm #charas #qualityoverquantity #morocco #privatestash

A post shared by Soleiman N.U.H.A (@soleiman_nuha) on

Le maïs et les pommes de terre sont également cultivés par les villageois mais ils n’ont pas eu le même succès. A Malana, rien ne rivalise avec le cannabis.

Mehdi Bautier

Abonnez-vous à Newsweed sur Facebook

Laisser un commentaire