Suivez-nous

Actualités

« Roots Coffeeshop » : un nouveau coffeeshop ouvre ses portes à Amsterdam

Roots Coffeeshop - le nouveau coffeeshop d'Amsterdam vient d'ouvrir ses portes

Un tout nouveau coffeeshop vient d’ouvrir dans le sud-est de la ville d’Amsterdam, au 14 Hoekenrode. Après une procédure qui a duré dix-sept ans, le Roots Coffeeshop ouvre enfin ses portes.

PUBLICITE

Cela faisait plusieurs années qu’un dispensaire n’avait pas été ouvert aux Pays-Bas, où l’on assistait à une baisse du nombre de coffeeshops, comme la fermeture du « Mellow Yellow, doyen des coffeeshops dans la capitale néerlandaise.

Premier coffeeshop du sud-est de la ville

Le « Roots Coffeeshop » a ouvert le 18 juillet dernier près de l’Amsterdam ArenA, le premier coffeeshop dans ce quartier d’Amsterdam. Cette ouverture a été prise d’assaut dans le quartier où le cannabis s’achète généralement dans les rues, et s’inscrit dans la politique de la ville pour diffuser davantage de coffees dans le reste de la ville.

De plus, la municipalité s’est assurée d’avoir ouvert le Roots Coffeeshop assez loin d’une école, un critère strict qui veut qu’aux Pays Bas, un coffeeshop ne se trouve pas à moins de 250 mètres d’une école.

Le nouveau propriétaire du dispensaire doit également veiller à ne pas causer de nuisances sonores, une mesure que tous les coffees du pays se doivent de respecter. La ville va surveiller le Roots Coffeeshop et décidera d’ici deux ans si le Roots restera permanent ou non.

PUBLICITE

Des mesures de sécurité particulières ont été adoptées. Un vigile sera notamment présent à l’entrée du dispensaire pour contrôler la venue des consommateurs et limiter les nuisances sonores.

Les habitants du sud-est d’Amsterdam ne seront désormais plus obligés d’aller jusqu’au centre ville et peuvent maintenant se procurer du cannabis dans leur quartier. L’ouverture du Roots Coffeeshops près de la Amsterdam ArenA est également une position stratégique pour les propriétaires, qui espèrent attirer une nouvelle clientèle, notamment les supporters de football et les amateurs de musique.

L’ouverture d’un second coffeeshop est à l’étude dans cette zone du sud-est d’Amsterdam selon un journal local.

Mehdi Bautier

PUBLICITE

Mehdi est étudiant en journalisme à l'IEJ. Passionné d'écriture, de musique et de culture, il compte se spécialiser dans le domaine de la presse écrite et de la rédaction web.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Actualités

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0