Etude : 26% des sportifs utilisent du cannabis

Sport et cannabis

La consommation de cannabis chez les athlètes est mal connue. Elle est d’ailleurs davantage observée via le spectre de la substance dopante, le cannabidiol (CBD) ayant d’ailleurs été retiré de la liste des substances dopantes début 2018, que des raisons qui poussent les sportifs à l’utiliser.

PUBLICITE

L’étude Pain, Exercise, and Cannabis Experience (PEACE) a tenté de répondre à ces questions en déterminant les fréquences d’utilisation et les effets subjectifs que des sportifs adultes cherchaient.

Parmi une cohorte de 1274 sportifs et 1161 répondants, 302 (26%) avaient consommé du cannabis dans les deux semaines précédentes. 3 types de consommateurs ont pu être identifiés :

  • des sportifs plus âgés qui utilisent en priorité du CBD
  • des sportifs de tous âges qui consomment du cannabis (THC et CBD) principalement à titre récréatif
  • des sportifs de tous âges qui consomment depuis longtemps pour des raisons médicales ou récréatives

Les trois principales raisons d’utilisation sont :

  • moins de douleur
  • aide au sommeil
  • relaxe et réduit l’anxiété

Les sportifs qui utilisent une combinaison de THC et de CBD ont montré les meilleurs avantages en termes de bien-être et de calme avec des effets indésirables minimes.

Des observations intéressantes

En règle générale, les analyses sur le cannabis se concentrent sur les comportements liés à l’utilisation problématique. L’étude présente suggère davantage que les athlètes adultes consomment du cannabis de manière responsable, principalement pour des problèmes médicaux tels que la douleur et l’anxiété.

Parmi les consommateurs de l’étude, moins de 30% n’en avaient qu’un usage récréatif, 10% ont consommé du cannabis plus de deux fois par jour et 61% ont indiqué qu’ils avaient utilisé du cannabis pour soulager la douleur. En outre, ces mêmes consommateurs s’exercent à une fréquence élevée : environ 63% d’entre eux font du sport 5 à 7 jours par semaine et 71% d’entre eux de 6 à 15 heures par semaine.

Ils ont également signalé une fréquence de douleur de 61%. Les personnes souffrant de douleur chronique ont tendance à montrer des niveaux d’activité physique inférieurs à ceux des personnes en bonne santé, même s’il existe des preuves pour soutenir l’utilisation de l’activité physique comme mode de traitement pour améliorer la santé globale et les symptômes de la douleur. Les premières études suggéraient que les utilisateurs de cannabis plus âgés pratiquent une activité physique plus importante, le processus supposé étant une expérience réduite de la douleur chez les utilisateurs.

Un mécanisme possible implique le système endocannabinoïde et le fait que ce système biologique contribue aux effets cognitifs et physiologiques associés à l’exercice physique et à l’euphorie induite par l’exercice. Il est également supposé qu’il existe une interaction exercice-endocannabinoïde, déclenchant par exemple le « high » des coureurs.

Les données complètes de l’étude peuvent être consultées ici.

Suivez-nous sur Facebook !

Catégories liées : Etudes

Articles liés

Derniers articles

Nevada pas de cannabis lounges, mais une progression sur le territoire américain
Nevada : pas de cannabis lounges, et une lente progression sur le territoire américain
Le Northern Nights, premier festival où l'on peut consommer du cannabis
Le Northern Nights, premier festival où l’on peut (officiellement) acheter du cannabis
Pénurie de cannabis médical au Luxembourg
Pénurie de cannabis médical au Luxembourg
cannabis
Chanvre industriel, bien-être, cannabis médical, récréatif : pourquoi ces distinctions ?
Députés et légalisation du cannabis en France
Députés et cannabis : Entre questions légitimes et clichés sur le cannabis
Suisse Vers la mise en place des projets pilotes
Suisse : Vers la mise en place des projets pilotes?

Laisser un commentaire