Partis de droite et le cannabis

Les partis de droite et le cannabis

Chez les Républicains, au Parti Chrétien-démocrate et au Front National, les avis divergent. Nous différencions ici :

Les Républicains

Parmi le parti Les Républicains, 7 candidats sont aujourd’hui déclarés. Les avis sont très majoritairement contre.

Jean-François Copé – contre la légalisation

Jean-François Copé, Député de Seine-et-Marne et Maire de Meaux est contre. Il a très récemment déclaré « Si on légalise, les jeunes vont fumer ça comme des cigarettes […] et l’interdit va passer au stade au-dessus ». « On a bien en tête les ravages du cannabis sur la santé physique, psychologique, psychique, de nos jeunes », s’insurge le candidat à la primaire de la droite et du centre. « Je sais pertinemment que malheureusement la loi n’est pas respectée dans ce domaine. Mais pour moi, le sujet c’est le message de santé publique pour nos jeunes. Si nous légalisons le cannabis, alors nous donnerons le sentiment aux jeunes que ça n’a pas d’effet sur leur santé ».

Enfin il précise que ce sujet du cannabis ne doit pas être débattu en place publique : “ Je veux bien qu’on ait ce type de débat mais est-ce que c’est le plus urgent ? Je pense que nous avons suffisamment de sujets lourds à traiter aujourd’hui sur le plan de la sécurité, de l’économie et du social, pour en rajouter un nouveau pour lequel les Français vont encore se diviser, se déchirer.”

Et de poursuivre : « Il faut resserrer le périmètre de l’Etat sur ce que l’Etat doit absolument faire et libérer les énergies sur le reste ».

François Fillon – contre

François Fillon, député de Paris et ancien premier ministre est contre. Début 2016 il déclarait sur RMC/BFMTV :  “je suis contre la dépénalisation ou libéralisation. C’est étrange, il y a d’un côté un mouvement de plus en plus dur – à juste titre -, contre le tabac et de l’autre côté on voudrait dépénaliser le cannabis”. Puis : « Il y a une augmentation de la conso notamment chez les jeunes, mais (…) l’argument qui consiste à dire que parce que la consommation augmente on va tout libéraliser ne me satisfait pas. Face à un fléau comme celui-là il n’y a pas de bonne solution. La politique suivie en France n’est pas forcément la meilleure, mais celle conduite dans d’autres pays qui ont dépénalisé le cannabis (Pays-Bas) n’a pas les résultats qu’on veut bien lui donner, a conclu François Fillon. « Aux Pays-Bas la question fait débat. On ne peut pas dire que là où c’est dépénalisé il y a moins de consommateurs. »

Alain Juppé – contre

Alain Juppé, Maire de Bordeaux et ancien premier ministre est contre. Dans son programme il propose “une amende d’une centaine d’euros, payable sur le champ, avec information de la famille” aux consommateurs de cannabis. Dans un tweet du 12 avril 2016 il précise “Dépénaliser le cannabis : un « coup » pour plaire à certains jeunes en divisant les Français. Je suis résolument contre ce signal de relâchement”

Nathalie Kosciusko-Morizet – plutôt pour la dépénaliation

Nathalie Kosciusko-Morizet, Député de l’Essonne, est trés récemment sortie du bois sur le sujet et a évolué d’une position contre par le passé pour maintenant être pour une certaine forme de dépénalisation mais contre une légalisation qui selon elle enverrait un mauvais message à la jeunesse. Elle précise « Je suis plutôt pour la dépénalisation, ça permet de continuer à envoyer un signal à la jeunesse, de continuer à dire c’est interdit parce qu’on pense que c’est problématique en terme de santé ». L’ancienne ministre de l’Écologie a assuré que cette dépénalisation permettrait de se doter de moyens de lutter contre la consommation « moins hypocrites et quelque part plus efficaces parce qu’on met une contravention ».

Bruno Le Maire – contre

Bruno Le Maire, Député de l’Eure est contre la légalisation ou la dépénalisation du cannabis. Il déclare dans une interview sur BFMTV « Le cannabis est de plus en plus addictif, il faut maintenir l’interdit sur la consommation du cannabis ». Il faut « continuer à lutter avec efficacité contre cette consommation », a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy – contre

Nicolas Sarkozy, Président des républicains et ancien président de la république est plutôt contre. Toute sa carrière il eu des positions contre, comme en 2012 ou il voyait l’hypothèse d’une dépénalisation comme “une folie”. Pourtant il a surpris en déclarant en août 2016 sur BFMTV en réponse à la question “Plutôt Ricard ou pétard” : « Je n’ai jamais fumé un pétard de ma vie, ce n’est pas du tout que je suis contre, Je fume un cigare de temps en temps », explique-t-il. « Et alors Ricard… je n’ai jamais bu un goutte d’alcool de ma vie, jamais. Vous vous rendez compte ce truc-là ? Et pourtant je me suis amusé je vous le dis. » Son entourage a tout de même précisé après coup à BFMTV que l’ancien chef de l’Etat « n’est pas contre le fait de fumer en général », la question portant sur cela plutôt que sur la seule question du cannabis.

proche LR : Henry Guaino – contre

Le Député des Yvelines n’ayant pas réussi à se présenter à la primaire LR, a déclaré vouloir se présenter indépendamment. Il est contre et explique à L’AFP « C’est vraiment un désastre moral, cette idée de légaliser le cannabis, les drogues douces comme si elles étaient douces, comme s’il n’y avait pas de rapport entre drogues douces et drogues dures ! » « Mais comment va-t-on élever nos enfants, si on continue de cette façon ? » s’est-il exclamé. »Je sais, quand j’entends Mme Duflot, pourquoi j’ai soutenu Nicolas Sarkozy et pourquoi je ne voulais pas que cette gauche-là – celle de Mme Duflot et de quelques autres – soit au pouvoir », a-t-il insisté.

Parti chrétien-démocrate

Jean-Frédéric Poisson – contre

Jean-Frédéric Poisson, Président du parti chrétien-démocrate et Député des Yvelines est contre. Sur son blog il a fait en 2012 un long article sur ce sujet dont voici quelques extraits “les Verts relancent dans le débat public la « question » de la dépénalisation du cannabis. Chacun savait qu’ils aiment les plantes, mais il y a des limites à tout ! La réalité est qu’aucun des arguments en faveur de cette thèse ne tient. D’ailleurs, bon nombre des pays qui ont pris cette décision s’en mordent désormais les doigts, et aimeraient bien revenir en arrière. La Suisse et les Pays-Bas par exemple. Il est puéril de considérer que les trafiquants arrêteront de trafiquer au seul motif que le cannabis sera en vente libre : les buralistes vous diront combien le trafic de cigarettes leur est préjudiciable, et il n’a jamais été aussi dense … Il est naïf de croire que les « méchants » deviendront gentils du seul fait que leur principale source de revenus aura disparu : 1/ elle n’aura pas disparu, 2/ ils trouveront d’autres façons de maintenir leurs revenus illégaux, et 3/ personne ne connaît les conséquences de toutes ces décisions sur la consommation des drogues chimiques.” Il enfonce le clou un peu plus loin dans son article : “Le cannabis d’aujourd’hui est beaucoup, beaucoup plus dangereux pour l’activité cérébrale, et conduit à la dépendance de manière beaucoup plus rapide.” Sa conclusion : “plutôt que d’assouplir la loi, (il faut) renforcer considérablement les peines contre les auteurs des trafics et les promoteurs de la consommation. Il faut donc réformer le Code pénal dans ce domaine, mais à l’inverse, très exactement, de ce que proposent les Verts.”

Front National

Marine Le Pen – contre

La présidente du Front National, députée européenne, et conseillère régionale des Hauts-de-France (anciennement Nord-Pas-de-Calais) est contre. Elle avait évoqué le sujet en 2011 lors d’une interview sur Europe 1 en déclarant “on n’arrive pas à limiter le trafic car on ne s’en donne pas les moyens, c’est aussi simple que cela. On est en train de perdre la guerre de la drogue mais pour une bonne et simple raison, c’est qu’on ne la mène pas cette guerre de la drogue. C’est [la dépénalisation] une idée profondément dangereuse et ceux qui disent “oh après tout le shit…” se trompent car en l’occurrence ces produits là sont beaucoup plus dangereux dans leurs compositions aujourd’hui qu’ils ne l’étaient d’ailleurs par rapport à l’époque où monsieur Vaillant était peut être un peu hippie et tirait un peu sur le joint”.

Elle ajoute sur la question de la dépénalisation “Nous discutons régulièrement avec des criminologues et là ou ça a été fait, ça a été dramatique. Les résultats de la dépénalisation de la drogue, ça a été l’explosion de la drogue avec des problèmes de santé publique considérable, avec les problèmes psychiatriques de la population qui se sont considérablement aggravés et avec une criminalité qui est en quelque sorte conséquence de l’absence de contrôle de soi-même qu’entraîne la prise de drogue. Evidemment, il y a des gens qui vont être raisonnable. Mais sur une personne raisonnable, il y en aura une autre qui ne le sera pas. Cette fausse bonne idée tourne depuis maintenant 60 ans et, heureusement pour le moment, les gouvernements ont eu la sagesse de ne pas lui donner de conclusion”.

L’opinion de Marine Le Pen vaut actuellement pour l’ensemble du Front National.

Suite du dossier : Cannabis et candidats à la Présidentielle de 2017

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !