Petits partis politiques et cannabis

Petits partis politique et cannabis

EELV (Europe Ecologie Les Verts) : 4 candidats à la primaire – pour la légalisation

Les quatre candidats actuels à la primaire interne EELV sont Cécile Duflot, Karima Delli, Michèle Rivasi et Yannick Jadot. Lors du premier débat pour la primaire, les quatre candidats ont répondu être pour la légalisation du cannabis en France. Bref tout le monde est sur la même longueur d’onde chez EELV.

« Légaliser et encadrer comme c’est le cas dans de nombreux pays européens » pour Karima Delli.

« Il faut une politique responsable en matière de drogues. Et une politique responsable, c’est la légalisation et une politique de santé publique, comme avec le tabac, comme avec l’alcool » estime Cécile Duflot.

Yannick Jadot voit « deux sujets liés au cannabis » : « l’addiction et les trafics ». « C’est en légalisant qu’on résout ces problèmes » préconise-t-il.

Enfin, Michèle Rivasi est pour « la légalisation, l’encadrement et le contrôle ».

LO (Lutte Ouvrière) : Nathalie Arthaud – indécise

La position de LO n’est pas claire à ce sujet. Le parti a publié il y a quelques années une note mi-figue, mi-raisin indiquant qu’il était difficile de dire si la dépénalisation serait un vrai progrès. Nathalie Arthaud a récemment déclaré que “la répression ne marche pas” et que la question de la légalisation, notamment du cannabis ne doit pas être exclue mais précise qu’elle est “une militante anti-drogue et estime que “la jeunesse a mieux à faire que de chercher des paradis artificiels”. Bref ce n’est pas très clair…

NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) : Philippe Poutou – pour la légalisation

Philippe Poutou et son parti se sont prononcés dès 2011 en faveur de la légalisation qui est selon eux, le «seul moyen pour faire réellement de la prévention et de l’aide à la diminution des risques». Le Nouveau Parti Anticapitaliste pense que ne «plus faire du consommateur un délinquant» est «le préalable à toute politique de santé qui vise à réellement aider les gens dans l’usage de drogues».

PCF (Parti Communiste Français) : Pierre Laurent – pour la dépénalisation

Le PCF a publié une charte en 2012 intitulée « pour une autre politique des addictions » en faveur de la dépénalisation du cannabis (mais pas de la légalisation). Le possible candidat communiste, Pierre Laurent, interrogé à ce sujet à la même époque déclarait que « La question de l’usage des drogues est un problème de santé publique, pas un problème de sécurité. La loi en vigueur, si elle vise à limiter la consommation de cannabis, est en échec puisque la France est un des pays où les adolescents consomment le plus » et s’est prononcé « pour dépénaliser progressivement l’usage » du cannabis car « le mode répressif ne fait pas reculer la consommation » tout en plaidant pour « une politique de santé publique, d’éducation au risque ».

PG (Parti de gauche) : Jean-Luc Mélenchon – pour la dépénalisation

Jean-Luc Mélenchon a très longuement décrit l’effort de légalisation au Canada dans son blog. Mais il n’a pas pris parti très clairement dans un sens ou dans un autre, ni dans son programme, ni dans ses déclarations, si ce n’est d’avancer une critique contre la prohibition : “Parfois, les questions posées sont très lourdes, notamment en ce qui concerne la crainte d’un report vers d’autres drogues plus dures, tant du côté des consommateurs que des dealers et réseaux mafieux. Pour ma part, je n’y crois pas. Le prix et les conditions sociales de l’usage jouent un très grand rôle dans la consommation. Évidemment, il faut aussi tenir compte aussi de l’impact en matière de sécurité routière. Une question à vrai dire déjà posée. Au final, l’expérience de l’alcool, dont les effets d’addiction et de morbidité ne doivent jamais être oubliés, montre que la prohibition n’est pas la solution pour contrôler les risques avec le plus d’efficacité.“

Néanmoins il a récemment déclaré début 2016 dans une interview Le Grand Jury RTL/ Le Figaro /LCI « À titre personnel, je suis pour la dépénalisation du cannabis. Ne serait-ce que pour briser les reins du trafic. »

Suite du dossier : Cannabis et candidats à la Présidentielle de 2017

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !

  • Auxine Christian

    Vous ne citez l’UPR ni dans les partis de droite, ni dans les partis de gauche, ce qui est compréhensible puisque c’est un parti de rassemblement. Mais vous ne le citez pas non plus dans les petits partis. Pourquoi ?

    • the watcher

      Bonjour Christian,

      Je ne comprends pas pourquoi votre commentaire ne s’affiche pas, mais j’essaie tout de même de vous répondre. A la date de rédaction de cet article, Asselineau n’était pas déclaré candidat. Il ne s’est d’ailleurs jamais prononcé sur le sujet, non ?

  • Pingback: Quelle est la position d’Edouard Philippe sur le cannabis ? - Newsweed()