Consommer du cannabis à l’adolescence n’aurait pas d’impact sur la structure du cerveau à l’âge adulte

Consommer du cannabis à l'adolescence n'aurait pas d'impact sur la structure du cerveau à l'âge adulte

La dangerosité du cannabis pour le développement neuronal des adolescents est un argument courant chez les partisans de la prohibition. Pourtant, selon une étude du Drug and Alcohol Dependence, la consommation de cannabis pendant l’adolescence n’est pas associée à des différences structurelles dans le cerveau à l’âge adulte.

PUBLICITE

Méthodologie et résultats

L’étude a été réalisée auprès de 1000 hommes, auxquels les chercheurs ont demandé de déclarer leur consommation de cannabis lorsqu’ils avaient entre 13 à 19 ans. Cela a permis aux scientifiques d’identifier différentes trajectoires de consommation de cannabis chez les adolescents : les non-consommateurs / consommateurs peu fréquents, les consommateurs réguliers, les consommateurs dont la prise de cannabis a drastiquement augmenté pendant la période étudiée (13 à 19 ans), et les utilisateurs chroniques très fréquents. Un sous-groupe des hommes étudiés (181 d’entre eux) a ensuite subi une neuroimagerie structurale à l’âge adulte, alors qu’ils avaient en moyenne entre 30 et 36 ans. Les participants ont été regroupés en fonction de leur trajectoire de cannabis, pour que les chercheurs puissent vérifier si ces groupes présentaient des différences dans la structure du cerveau chez l’adulte, dans les 14 zones susceptibles d’être affectées. L’étude a conclu que la structure du cerveau des hommes de différents sous-groupes de trajectoire ne différait pas.

L’article indique « Même les hommes les plus exposés au cannabis à l’adolescence présentaient des volumes cérébraux sous-corticaux ainsi que des volumes et une épaisseur corticaux cérébraux à l’âge adulte similaires à ceux des hommes n’ayant pratiquement pas été exposés au cannabis pendant leur adolescence ».

Cette étude vient confirmer une autre recherche, qui n’avait également pas trouvé de différence significative entre le cerveau d’un consommateur régulier de cannabis et le cerveau d’un non-consommateur.

Il reste cependant avisé de ne pas consommer du cannabis avant 17 ans, selon une étude de 2017. Les risques de défaillances cognitives sont fortement réduits si la consommation modérée de cannabis débute après cet âge là. En revanche, une consommation précoce (13 /14 ans) engendrerait plusieurs types de déclins cognitifs, même si les chercheurs restent modérés concernant les effets nocifs réels de la substance.

D’autres drogues semblent en revanche avoir des effets plus négatifs sur le cerveau. Une autre étude avait en effet conclu que l’alcool avait plus d’impact sur le cerveau que le cannabis, puisque l’alcool, contrairement au cannabis, mène à une diminution des substances grises et blanches du cerveau.

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

Etude : les propriétés antibactériennes des feuilles de cannabis pourrait freiner le MRSA
Etude : les propriétés antibactériennes des feuilles de cannabis
Canada : une étude s'intéresse aux méthodes de consommation du cannabis
Canada : l’augmentation de la consommation de cannabis ne concerne que les 65 ans et plus
Californie l'ouverture du premier Cannabis Café est prévue pour septembre 2019
Californie : le premier Cannabis Café ouvrira en septembre 2019
Le cannabis pourrait être utilisé pour traiter les symptômes du trouble obsessionnel Compulsif (TOC)
Étude : Le cannabis pour traiter les symptômes du trouble obsessionnel compulsif (TOC)
Le programme de cannabis médical de l'Illinois devient permanent
Le programme de cannabis médical de l’Illinois devient permanent
Arizona Ice Tea se lance dans le cannabis
AriZona Ice Tea se lance dans le cannabis

Laisser un commentaire