Le cannabis rend-il vraiment paranoïaque ?

THC et paranoïa

Une large partie des consommateurs réguliers de cannabis déclarent en consommer pour combattre leur anxiété ou la dépression (33% selon un sondage récent de Maris Poll). Pourtant, le cannabis peut induire des épisodes paranoïaques et anxieux durant lesquels les consommateurs ont par exemple, des pensées irrationnelles ou la sensation que tout le monde les observe, pouvant aller jusqu’à des crises d’angoisse ou de la tachycardie. Qu’est ce qui déclenche ce genre de paranoïa ?

PUBLICITE

Une question de dosage

L’effet relaxant du cannabis est lié au fait que ses principes actifs se lient aux même récepteurs et imitent l’action des cannabinoïdes naturels du corps dont l’action est notamment de réguler les humeurs. Néanmoins, au-delà d’une certaine dose, la prise de phytocannabinoïdes peut entraîner ce que l’on appelle une réponse biphasique et déclencher angoisse, anxiété et paranoïa.

Des chercheurs de l’université de Chicago ont testé 42 consommateurs en situation de stress avec différents dosages de THC ou un placebo. Certains se sont vus administrer 7,5 mg de THC. Ceux-là exhibaient un niveau de stress inférieur à ceux qui avaient pris le placebo. En revanche, ceux qui avaient ingéré 12,5mg de THC ont eu des émotions négatives durant le test et l’ont considéré comme éprouvant ou menaçant.

Les chercheurs ne savent pas exactement pourquoi le THC peut déclencher une réponse adverse à plus forte dose mais selon Steven Kinsey, professeur de psychologie à l’université de West Virginia, cela a surement à voir avec les différents seuils de la tolérance, comme c’est le cas pour toutes les substances. Des facteurs individuels entrent également en compte dans la réponse de l’organisme comme par exemple la génétique, la structure neuronale du cerveau ou la consommation préalable de la substance en question.

Or, les taux de THC dans le cannabis ont augmenté ces dernières années. Selon Gregory Gerdeman, professeur assistant de biologie au Eckerd College, le pourcentage moyen de THC dans le cannabis dans les années 70 était de 7% alors qu’il atteint aujourd’hui facilement les 20%. En parallèle, les régulations permettent de mesurer précisément les différents taux de cannabinoïdes des produits achetés, le CBD prévenant par exemple certains effets psychotiques du THC, ou de réellement micro-doser sa consommation.

Gérer ses émotions

Une étude jointe sur la paranoïa entre l’université d’Oxford, l’Institut de Psychiatrie du King’s College de Londres et l’Université de Manchester a cherché à déterminer si le THC pouvait induire des sentiments paranoïaques. Les chercheurs ont soumis 121 volontaires ayant pris une dose de THC ou un placebo à des scénarios de réalité virtuels ou des situations sociales réelles ainsi que des questionnaires et des interviews et ont trouvé que 50% des individus sous l’influence du THC avaient ressenti de la paranoïa contre 30% dans le groupe de contrôle.

Les chercheurs ont en revanche souligné le fait que les pensées paranoïaques subsistaient après que la sensation de défonce soit passée. Ils ont conclu que le THC ne causait pas directement la paranoïa mais que les épisodes paranoïaques se manifestaient lorsque l’individu était inquiet et déjà anxieux à propos de quelque chose ou qu’il avait des raisons de se méfier de quelqu’un. Le THC aurait vraisemblablement comme effet d’accentuer ou de révéler ces épisodes mais il est probable que l’état de santé mentale préalable du sujet soit un facteur déterminant.

Gederman les rejoint sur ce point. Selon lui, les émotions du sujet et sa façon de gérer le stress influent fortement sur les effets anxieux du cannabis. Il explique qu’il y a une libération des émotions associée à la prise de THC. Ainsi, si le sujet a déjà des difficultés à gérer ses émotions il va vite se sentir pris de court. Au contraire certains vont bénéficier de se laisser aller. Cela dépend des personnalités.

L’environnement et la situation influent également beaucoup. Si par exemple l’individu se trouve dans une situation qui le rend déjà paranoïaque, par exemple le fait de se faire surprendre en train de fumer, alors le cannabis peut décupler cette sensation ou une situation de stress en général. Les symptômes paranoïaques liés à la prise de cannabis se dissipent toutefois après la consommation, et il suffit parfois de manger ou d’aller prendre l’air pour faire passer l’effet du cannabis.

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

Australie : deux licences accordées à Leafcann
Australie : les démarches pour obtenir une licence vont être facilitées
Canopy Growth pris dans des turbulences
Canopy Growth pris dans des turbulences boursières
Nate Diaz allume un joint lors de sa séance d'entrainement
Nate Diaz allume un joint lors de sa séance d’entrainement
Etude : les propriétés antibactériennes des feuilles de cannabis pourrait freiner le MRSA
Etude : les propriétés antibactériennes des feuilles de cannabis
Canada : une étude s'intéresse aux méthodes de consommation du cannabis
Canada : l’augmentation de la consommation de cannabis ne concerne que les 65 ans et plus
Californie l'ouverture du premier Cannabis Café est prévue pour septembre 2019
Californie : le premier Cannabis Café ouvrira en septembre 2019

Laisser un commentaire