Suivez-nous

Sport

Canopy Growth finance une étude avec du CBD sur d’anciens joueurs de hockey

hockey

La NHL Alumni Association (NHLAA), une association d’anciens joueurs professionnels de hockey établie aux Etats-Unis et au Canada, et Canopy Growth entament un partenariat pour étudier un éventuel traitement aux cannabinoïdes contre les affections neurologiques causées par les commotions cérébrales fréquentes chez les anciens joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH).

PUBLICITE

Après le sport de haut niveau…

Dans les sports de contact (football américain, hockey…) pratiqués au niveau professionnel, les athlètes sont souvent victimes de commotions cérébrales violentes et répétées. Une fois à la retraite, les conséquences de ces chocs se traduisent par des séquelles neurologiques importantes qui incluent troubles de stress post-traumatique (TSPT), dépression, démence évolutive, encéphalopathie traumatique chronique (ETC) et des limitations débilitantes appelées désintégration fonctionnelle.

Les chercheurs estiment que de 1,6 à 3,8 millions d’athlètes subissent une commotion cérébrale liée au sport chaque année. 10 à 15% d’entre eux développent ensuite des symptômes post-commotion cérébrale chroniques qui affectent leur autonomie et leur qualité de vie. Pour l’instant, ce genre de symptômes sont majoritairement traités avec des antidouleurs et des antidépresseurs aux opioïdes dont on sait qu’ils causent un phénomène d’addiction et, dans les cas d’abus, une overdose fatale.

Pour cette raison, la NHLAA veut explorer d’autres options de traitement pour ses membres et les cannabinoïdes semblent être une alternative prometteuse. Le CBD en l’occurrence est réputé efficace contre l’inflammation, l’anxiété, l’insomnie, la dépression, les douleurs chroniques et le stress post-traumatique. C’est pourquoi, en partenariat avec Canopy Growth et la société clinique NEEKA Health Canada, l’association lance cet essai clinique pour étudier l’efficacité d’un traitement au CBD.

« Les anciens joueurs de la LNH ont tout donné durant leur carrière. Les conséquences physiques une fois les patins accrochés peuvent être dévastatrices pour eux et leurs proches, pour le reste de leur vie » a déclaré Glenn Healy, directeur exécutif de la NHLAA. « Cette étude amène un vent d’aide et d’espoir aux anciens joueurs. Nous sommes heureux de participer à un projet qui pourrait véritablement changer la donne, en permettant à ces athlètes professionnels de finir sur une bonne note ».

PUBLICITE

Le déroulement de l’étude

L’étude sera financée par Canopy Growth et dirigée par le docteur neurochirurgien Amin Kassam de NEEKA Health Canada. Elle sera conduite en double aveugle sur 100 anciens joueurs dont 80% recevront du CBD sous forme de pilules à prendre deux fois par jour et 20% recevront un placebo. Pendant 10 semaines, les participants à l’étude seront soumis à des IRM pour cartographier leur cerveau et y mesurer les mouvement d’eau et de sang. Des anomalies dans ces mouvements signalent en général des blessures.

Les participants devront également remplir des questionnaires sur leur santé mentale et physique, leur usage d’opioïdes et autres médicaments et d’éventuelles pratiques d’auto-médication. Ils seront également soumis à des analyses sanguines et des tests cognitifs, mémoriels et émotionnels. « Cette étude complexe et multidimensionnelle nous donnera un tout nouvel éclairage sur l’interaction entre le cannabidiol (CBD), le cerveau et le comportement d’anciens joueurs de la LNH ayant des symptômes post-commotion » a souligné le Dr Mark Ware, médecin en chef de Canopy Growth.

L’étude devrait commencer cet été et s’étendre sur une année. Les représentants de l’association sont toujours en négociation avec les services cliniques de Toronto pour déterminer où l’étude se tiendra. Si les résultats sont concluants, Canopy Growth a d’ores et déjà accepté de financer une autre étude avec plus de joueurs. Des résultats positifs pourraient également encourager d’autres initiatives de recherche sur le CBD pour d’anciens athlètes mais aussi pour des civils ayant subi des lésions cérébrales.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Sport

Santé Canada suspend les licences de Canntrust et d’Evergreen

Suspension de licence pour CannTrust

CannTrust a annoncé avoir reçu un avis de suspension de licence de Santé Canada en réponse à la non-conformité de ses installations de production et de culture.

PUBLICITE

« Les inspecteurs de Santé Canada ont remis les avis de suspension à CannTrust Inc. aujourd’hui, et saisissent et retiennent tous les produits à base de cannabis sur les deux sites », a déclaré Tammy Jarbeau, porte-parole de l’organisation gouvernementale, dans un email à MJBiz Daily.

« Santé Canada continuera de surveiller de près les actions entreprises par CannTrust Inc. et réévaluera le statut de la licence de la société à mesure que de nouvelles informations seront disponibles », a ajouté M. Jarbeau. « Santé Canada peut également déterminer que des mesures supplémentaires de conformité et d’application sont justifiées. »

CannTrust conserve pour l’instant son droit de cultiver et récolter les plantations en cours, mais pas d’en cultiver de nouvelles ou de vendre du cannabis.

Côté Evergreen Medical Supply, Santé Canada a suspendu la capacité d’Evergreen de « cultiver, transformer et vendre du cannabis, des plantes et des graines de cannabis fraîches et séchées » comme rapporté par Bloomberg.

PUBLICITE

« Le 9 août, Santé Canada a suspendu les licences d’Evergreen Medicinal Supply afin de protéger la santé et la sécurité du public, notamment d’empêcher que le cannabis ne soit détourné sur le marché illégal, en raison du non-respect de certaines dispositions de la Loi sur le cannabis et du Règlement sur le cannabis » a expliqué Tammy Jarbeau.

Evergreen, producteur de cannabis basé en Colombie-Britannique a répondu «travailler à des mesures correctives» à la suspension de sa licence.

Les inspecteurs de Santé Canada ont effectué une inspection inopinée dans les locaux de la société à Saanichton, en Colombie-Britannique en avril. L’inspection a révélé «un certain nombre d’observations critiques et une classification globale non conforme» liée aux pratiques de production de la société, à la tenue des registres, au contrôle des stocks et au respect des contrôles de licence. L’entreprise aurait également des impayés de loyer ainsi qu’un bail expiré.

Evergreen a reçu sa licence de vente de cannabis médical en mars 2017 et a principalement pour but de produire du cannabis pour d’autres producteurs de licences agréés. Evergreen exploite une installation de 600m² et avait prévu de tripler sa surface de culture.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0