Le Bulldog : plus qu’une marque, un style de vie

Coffeeshop Bulldog à Amsterdam

Alors que le marché nord-américain du cannabis ne cesse de grandir, les entreprises et investisseurs cherchant des leviers de croissance durables trouveront l’inspiration chez la première entreprise globale du cannabis, le Bulldog.

PUBLICITE

L’utilisation intelligente de la publicité, une attention particulière pour le client et des valeurs que les employés comprennent et soutiennent sont les éléments clés du succès du Bulldog. En plus, l’entreprise reconnaît que son business n’est pas juste lié à sa marque mais à la création d’une expérience pour ses clients. Le Bulldog considère ses employés et ses clients comme sa famille, ce qui est une clé importante du succès de l’entreprise.

Bien que les racines du Bulldog soient à Amsterdam, l’entreprise exporte non seulement ses coffeeshops et ses cafés, mais aussi son catalogue de produits. Avec 4 lignes de produits, 2 cafés, 3 magasins de souvenirs et un hôtel à Amsterdam, l’entreprise s’est globalisée. Le Bulldog Hotel Silver Star, un hôtel situé en Colombie-Britannique (Canada), et un resort à Bali ne sont que le début. L’entreprise prévoit de s’implanter dans d’autres régions, et son logo typique tout comme sa réputation participent à la consolidation de sa base clients.

Henk de Vries, créateur et propriétaire du Bulldog depuis 40 ans, a pris le temps de répondre à quelques questions de Jen Knox pour MJINews. Nous vous proposons ici leur traduction.

40 ans, c’est un record. Comment le Bulldog a célébré cet accomplissement ?

Nous avons 64 employés avec nous depuis 10 à 40 ans. Ca compte beaucoup pour nous, et nous voulons honorer ces personnes. Le 17 décembre, nous avons organisé une réception avec nos partenaires professionnels et le soir, une grosse fête avec tout notre personnel, notre famille et nos amis.

Notre anniversaire est aussi l’occasion de remercier nos clients. Sans client, il n’y a pas de Bulldog. C’est une grande satisfaction de pouvoir accueillir tant de gens dans notre business, et pas seulement d’Amsterdam. Des gens du monde entier viennent à Amsterdam pour visiter le Bulldog et vivre le Bulldog. Nous sommes la pièce à vivre d’Amsterdam, une maison pour tout le monde.

Les entreprises américaines peuvent voir le Bulldog comme un modèle pour créer une marque, mais le branding n’est qu’une partie de l’équation. Vous avez construit cette entreprise malgré de nombreux obstacles. J’aimerais beaucoup connaître l’histoire de votre entreprise. Comment le Bulldog a réussi à surmonter tous ces défis et à parvenir à un succès durable ?

J’ai grandi pauvre. J’étais un petit branleur. J’ai eu à surmonter beaucoup de défis et d’échecs ces 40 dernières années. De la part du gouvernement et des autorités fiscales, mais aussi de la part de gens qui ne voulaient pas de nous.

Le Bulldog a été créé en 1970, et j’ai d’abord commencé à vendre de l’herbe africaine dans des boites d’allumettes au festival de musique Kralingse bos à Rotterdam. Ca a contribué à l’ambiance posée. Les gens fumaient un joint, appréciaient la musique et se sentaient tout simplement connectés. En 1975, j’ai repris le sex shop paternel dans le Red Light District d’Amsterdam et l’ai transformé en le tout premier coffeeshop. Ca marque le début du Bulldog, un lieu où les gens apprécient venir, où ils peuvent faire partie de la grande famille du Bulldog. La liberté de se rencontrer, de jouer à des jeux, de fumer un joint et d’être qui vous êtes, c’est tout ce dont il s’agit. Et ça l’est toujours.

D’où vient l’idée du logo Bulldog ?

Le logo du Bulldog représente un bulldog anglais, inspiré par mon chien Joris.

Comment vous assurez-vous que la team Bulldog est alignée avec la vision de l’entreprise ?

Le Bulldog n’est pas juste une marque, c’est un sentiment, une expérience. Nous avons une histoire. Par conséquent, nous investissons beaucoup dans du branding interne. Tous les gens qui travaillent pour le Bulldog font un tour des Bulldog et reçoivent un livret. Ils doivent connaître l’histoire du Bulldog.

On dirait que votre concept de branding interne a crée un sentiment de fierté commune, mais aussi d’être propriétaire d’une partie du Bulldog, unissant les employés dans la mission globale de l’entreprise. Pouvez-vous m’en dire plus sur comment le Bulldog a maintenu de telles pratiques ?

Nous pensons que c’est important que notre staff comprennent d’où viennent nos valeurs, pourquoi ça compte pour nous et comment nous pouvons les appliquer dans notre routine quotidienne. Nos employés se sentent connectés à notre organisation et à nos produits. Notre mission est dans leur cœur et dans leur tête. Nous sommes une grande famille.

Le Bulldog est un endroit où on peut se sentir soi-même et où les gens avec des histoires très différentes trouvent un toit. Nous voulons construire une relation personnelle avec nos clients. Dans chaque Bulldog, les clients perçoivent les mêmes valeurs. La qualité premium de nos produits est très importante pour nous, tout comme notre personnel qui donne sens à notre marque. Nos employés ne sont pas sélectionnés simplement pour leur CV, mais aussi parce que leurs valeurs personnelles et leur attitude dans la vie. C’est pour cette raison que nous avons beaucoup d’employés qui travaillent avec nous depuis plus de 10 ans.

Quels sont les objectifs du Bulldog pour les 5 prochaines années ?

Nous avons beaucoup d’ambition. Nous avons des demandes quotidiennes de partout dans le monde pour nos franchises. Il y a quelques années, je pensais que nous n’étions pas encore prêt pour ça, mais maintenant je le suis. Cependant, nous restons critique. Le Bulldog n’est pas une marque que vous pouvez simplement mettre au mur et penser que c’est fini. Le Bulldog est un sentiment, une perception, de traiter correctement les clients. C’est pour ça que nous sommes passionnés, et qui veut faire quelque chose avec le Bulldog doit d’abord nous convaincre qu’il peut le faire.

Quel est votre conseil aux nouveaux entrepreneurs du cannabis ?

Mon conseil n’est pas seulement pour les entrepreneurs du cannabis (bien que ce business soit très difficile) mais pour tous les entrepreneurs. Croyez en vos rêves et restez fidèles à vous-mêmes. Ne laissez personne vous dire que ce n’est pas possible. Je suis la preuve vivante de ça : beaucoup de mes rêves sont devenus réalité et je rêve toujours. Bien sûr, parfois vous expérimentez des choses que vous auriez faites différemment si vous aviez su le résultat en avance. Mais tout comme la vie, l’entrepreneuriat a une grosse courbe d’apprentissage, et je continue à apprendre chaque jour. Aussi, entourez-vous des bonnes personnes. Nous avons 220 formidables personnes qui travaillent avec nous à Amsterdam. Vous avez besoin de gens qui croient en vous et qui veulent faire ce bout de chemin avec vous.

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

Canada une deuxième licence de microculture de cannabis attribuée en Ontario
Canada : une deuxième licence de microculture de cannabis attribuée en Ontario
Etude certaines variétés de cannabis peuvent tuer les cellules cancéreuses
Etude : des concentrés de cannabis peuvent tuer les cellules cancéreuses
Cannabis médical en Allemagne
Allemagne : forte augmentation de l’import de cannabis médical en 2019
Vacances Weed-Friendly
Les meilleurs lieux de vacances weed-friendly
Nevada pas de cannabis lounges, mais une progression sur le territoire américain
Nevada : pas de cannabis lounges, et une lente progression sur le territoire américain
Le Northern Nights, premier festival où l'on peut consommer du cannabis
Le Northern Nights, premier festival où l’on peut (officiellement) acheter du cannabis

Laisser un commentaire