Atlanta dépénalise le cannabis

Atlanta dépénalise le cannabis

Le Conseil de la Ville d’Atlanta (Géorgie) a voté hier le passage de l’Ordinance 1700-1152 visant à dépénaliser les infractions à la possession de cannabis.

« Aujourd’hui, nous représentons tous les parents qui craignent ou qui ont vu la vie de leurs enfants détruites, ou des carrières ruinées, à cause d’une politique raciste qui incarcérait les minorités à plus de 90% », a déclaré Kwanza Hall, le membre du conseil qui avait déposé le projet le 20 mars dernier.

Hall continue : « Et une des personnes les plus importantes qui a reconnu l’injustice et la dureté de la loi est le Dr. George Nappe, qui a été le premier chef de la police africain-américain de la ville, et j’aimerais le remercier pour son soutien. »

Jusqu’ici, la possession maximale de 28g de cannabis était passible de 1000$ d’amende et de 6 mois de prison. Avec la nouvelle législation, elle sera seulement punie d’une amende maximale de 75$.

La nouvelle législation avait été débattue en mai. Un des arguments les plus forts du débat était qu’à Atlanta, les arrestations liées aux infractions aux stupéfiants concernaient à 92% les Africains-Américains, alors que les études de terrain ont clairement déterminé que la consommation de cannabis était similaire quelle que soit l’origine raciale.

Atlanta suit donc le chemin de plusieurs villes des Etats-Unis, comme Kansas City, Dallas, St. Louis, Pittsburgh ou Nashville, qui ont décidé d’aller plus loin que la loi de leurs Etats et d’autoriser leurs résidents à posséder, cultiver ou partager certaines quantités de cannabis sans aller en prison.

Abonnez-vous à Newsweed sur Facebook

Laisser un commentaire