Suivez-nous
The Greenstore

L’Allemagne cherche à apaiser Bruxelles quant à ses projets de légalisation du cannabis

Publié

le

Légalisation du cannabis en Allemagne

Initialement prévu pour être soumis à la Commission européenne avant fin 2022, le projet allemand de légalisation du cannabis ne sera pas soumis à l’approbation de l’Europe avant la fin du mois de mars.

PUBLICITE

La Commission européenne (CE) n’ayant pas encore pris la mesure de l’évolution rapide de l’approche du cannabis dans le monde, certains craignent que l’Allemagne ne soit obligée d’élaborer un plan B ou d’abandonner l’initiative si sa proposition initiale est rejetée.

Et cela conduit à des appels pour que le processus décisionnel inclue les politiciens européens au sein du Parlement et du Conseil de l’Union européenne.

Déclaration de l’Allemagne sur la santé

Dans une déclaration à BusinessCann, le ministère fédéral allemand de la santé a confirmé que le projet de loi est actuellement « en cours de formulation au sein du gouvernement fédéral ».

Il a déclaré qu’il recherchait également « l’avis d’experts pour faire la lumière sur les effets d’une vente contrôlée de cannabis sur la santé et la protection et la consommation des jeunes », et qu’il entreprenait « une revue systématique de la littérature » concernant les pays qui ont légalisé le cannabis récréatif sous une forme ou une autre.

PUBLICITE

Le ministère a ajouté qu’il poursuivait entretemps ses discussions avec la Commission européenne et que ces travaux devaient être achevés au printemps 2023.

Une fois soumise à la CE, le dossier soumis sera très probablement traité dans le cadre d’un protocole établi pour l’adoption de la nouvelle législation des États membres, connu sous le nom de procédure de notification TRIS.

Ainsi, les propositions de l’Allemagne seront soumises à une période de statu quo de 3 mois au cours de laquelle le pays à l’origine de la proposition ne pourra pas promulguer la législation nationale tant qu’il n’aura pas reçu de réponse de la CE.

Le pouvoir de la CE de retarder les plans

La CE, ou un autre État membre, peut également soumettre un « avis circonstancié » qui a pour effet de prolonger la période de statu quo de 3 mois supplémentaires. Enfin, la CE peut également bloquer tout progrès pendant 18 mois supplémentaires.

PUBLICITE

Dans une déclaration à BusinessCann, la Direction générale des affaires intérieures de la Commission européenne a réaffirmé que la consommation personnelle de drogues était une question relevant des États-nations.

Elle poursuit : « Une notification formelle n’a pas encore été soumise par les autorités allemandes. Par conséquent, comme nous n’avons pas encore reçu la demande officielle de consultation de l’Allemagne, nous ne pouvons pas faire d’autres commentaires à ce stade. »

« La législation européenne existante prévoit des sanctions pénales minimales pour le trafic de drogues illicites et interdit la culture du cannabis. »

« Nous sommes conscients et nous suivons de près ces développements, notamment pour comprendre l’impact des changements dans les politiques relatives au cannabis. Cela inclut l’impact sur la santé, la criminalité, l’environnement ou les aspects sociaux. »

Logo de la Commission Européenne

Logo de la Commission Européenne

« Une fois la législation adoptée, la Commission examinera sa conformité avec l’acquis communautaire. »

Erreur de culture de la CE

Les lecteurs attentifs remarqueront une erreur évidente dans cette déclaration qui indique une certaine confusion au sein de la CE sur la façon d’aborder le processus.

Il s’agit de la référence à la culture du cannabis qui est « interdite par la législation européenne », ce qui est manifestement faux, puisque de nombreuses installations de culture de cannabis à des fins médicales existent sur le continent.

Les grandes lignes du plan allemand pour légaliser le cannabis ont été soumises à la CE dans un Eckpunktepapier (document de base) en octobre de l’année dernière, par la coalition au pouvoir, qui est arrivée au pouvoir fin 2021.

Toutefois, la CE a déclaré qu’elle manquait de détails et a demandé à voir un projet de loi.

Les propositions initiales de l’Allemagne recommandent d’autoriser les personnes de plus de 18 ans à accéder au cannabis dans des magasins agréés, dans le but d’éliminer le marché illicite et d’améliorer la santé publique, en particulier celle des jeunes.

 

Culture de cannabis en Europe

Une culture de cannabis en Europe

Le retour d’information de la CE a incité l’Allemagne à se lancer dans deux autres exercices – l’examen de la littérature et l’apport d’autres experts, qui est entrepris par un institut de recherche sur les drogues à but non lucratif, ISD Hamburg – dans le but de « démontrer comment la prohibition a échoué » et comment cette nouvelle loi peut « protéger la santé publique », a-t-il déclaré.

« En raison de la notification de la CE, l’Allemagne devra rédiger l’ensemble de la loi, car les 12 pages de l’Eckpunktepapier ne sont pas suffisantes. »

Lutter contre la bureaucratie

Au printemps prochain, lorsque le projet sera soumis à la CE, ce qui pourrait être la décision la plus importante de l’histoire de l’industrie européenne du cannabis reviendra aux fonctionnaires de la Direction des affaires intérieures de la CE, dirigée par Monique Pariat.

On ne sait pas grand-chose de son point de vue sur le cannabis et les drogues, mais comme les politiciens sont pour l’instant tenus à l’écart et que les bureaucrates bruxellois ont tendance à s’en tenir au statu quo, de nombreux défenseurs du cannabis seront irrités si les plans de l’Allemagne trébuchent sur cet obstacle.

Beaucoup de sentiments anti-cannabis existent également en Allemagne, de la part de différents milieux tels que la police et les douanes ainsi que l’opposition des chrétiens-démocrates (CSU).

Le ministre bavarois de la santé, Klaus Holetschek, de la CSU, a rencontré Mme Pariat à la fin de l’année dernière pour inciter Bruxelles à dire non.

Et le ministre allemand de la santé, Karl Lauterbach, qui est à l’origine de la réforme, a clairement indiqué que si la CE dit « non », il est plus que probable que ses projets concernant le cannabis prendront fin.

60/40 dans les paris

Niklas Kouparanis, PDG et cofondateur de Bloomwell Group, l’une des plus grandes entreprises de cannabis d’Allemagne avec 250 employés, pense que les plans de l’Allemagne seront approuvés par la CE, mais qu’il y aura des allers-retours entre les deux parties avant qu’un projet final ne soit établi.

« Il y a deux déclarations que la CE peut faire à l’Allemagne : la première est que cela ne peut pas être mis en œuvre, et la seconde une demande de précisions. »

« Je pense que ce sera cette dernière, mais s’il y a un énorme retour de bâton de la part de l’UE, cela pourrait bien retarder la mise en œuvre de la loi jusqu’en 2025. »

Il estime que les chances de succès sont de 60/40 et que la loi sur le cannabis entrera en vigueur au premier ou au deuxième trimestre de l’année prochaine.

Un troisième scénario serait que la Commission européenne rejette les plans, que le gouvernement de coalition allemand abandonne le projet et perde les élections de 2025, ce qui signifierait que le relais de la réforme du cannabis serait passé à d’autres membres de l’UE, comme la République tchèque.

Finn Age Hänsel, fondateur et directeur général de la société Sanity Group, leader allemand du cannabis, déclare qu’il aurait « aimé que les choses aillent plus vite », mais qu’il est « préférable que cela soit fait en profondeur et que l’Allemagne ait une bonne loi ».

Sanity Group

Logo de Sanity Group

Il ajoute : « Si l’on regarde le calendrier actuel, je dirais le quatrième trimestre 2024. Le processus de notification pourrait prendre six mois, puis il y a l’approbation du parlement allemand et d’autres détails concernant les licences et la culture qui doivent être réglés. »

Les voies du progrès

De nombreux opposants ont souligné les obstacles à la réforme dans l’accord de Schengen de 2004, et les règlements européens autour de la liberté de circulation des marchandises.

Il existe toutefois un certain nombre de voies permettant à l’Allemagne d’introduire sa législation et de se conformer à ses obligations internationales et européennes.

En tant que signataire de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 (SCND), il existe deux façons possibles de procéder en conformité, à savoir : l’article 2, paragraphe 9, qui reconnaît la légalité de l’utilisation de substances interdites à des fins industrielles, ou la légalisation en tant qu’expérience scientifique.

La seconde, l’option scientifique, pourrait voir l’Allemagne introduire un essai pour quelques années, en le qualifiant d’expérience, ce qui le mettrait hors de portée de la CE ou de l’ONU.

M. Kouparanis pense que l’Allemagne doit explorer cette option et espère que l’air de résignation de M. Lauterbach par rapport à un « non » de la CE n’est qu’une façade et que son équipe est en train de mettre au point un plan B, une expérience scientifique, que l’Allemagne pourrait mettre en œuvre immédiatement.

Il a déclaré : « En tant que plus grand pays d’Europe, l’Allemagne doit prendre l’initiative et, au fil du temps – que ce soit en 2024 ou non – nous devons souligner aux autres membres de l’UE que la priorité numéro un est la santé et la protection humaine. Je pense que cela ne peut se faire qu’en asséchant le marché illicite. »

« Ce que nous faisons pourrait entraîner un changement de perception du cannabis au niveau mondial, l’Europe affirmant qu’elle ne travaille plus dans le cadre de la Convention de 1961. Cela entraînerait également un changement au niveau des Nations unies. »

« La science est importante. La Suisse et les Pays-Bas sont sur le point d’entreprendre des essais qui devraient fournir les preuves nécessaires pour faire passer la réforme du cannabis au niveau politique. »

La prohibition ne fonctionne pas

« Nous devons convaincre la Commission européenne et les États membres que la prohibition ne fonctionne pas et, si la Commission européenne refuse, nous devrons passer au niveau politique. »

M. Hänsel convient avec son compatriote que les chances de succès sont actuellement d’environ 60/40. Sanity est bien connecté dans les cercles politiques allemands et, d’après ses discussions avec le gouvernement et les politiciens, il pense que l’Allemagne a l’avantage.

« L’étude scientifique qui est en cours est une tentative de démontrer de manière exhaustive à l’Europe que pour l’Allemagne, et d’autres pays, il est préférable d’avoir une drogue légalisée qui est sous contrôle, plutôt qu’une drogue illégale qui ne l’est pas. »

Logo de Bloomwell

Logo de Bloomwell

Il a souligné que le tourisme du cannabis était une préoccupation majeure en Europe. De nombreux voisins de l’Allemagne, comme la Hongrie et la Pologne, expriment des réserves.

Une façon de contrer ce phénomène est d’autoriser les ventes uniquement aux résidents allemands, bien que cela pose aux autorités d’importants problèmes de contrôle et d’application.

Et d’ajouter : « Si l’Allemagne réussit à obtenir le feu vert, nous verrons de nombreux autres pays suivre l’exemple en Europe. C’est donc une bonne chose que l’Allemagne montre la voie et s’attaque aux défis de la réforme du cannabis en Europe. Cela pourrait éventuellement constituer un modèle à suivre pour d’autres pays ».

Kai-Friedrich Niermann, avocat allemand spécialisé dans le cannabis, suit de près l’évolution de la situation. Il pense que l’Allemagne obtiendra l’approbation de la CE par le biais du processus de notification.

Il a déclaré à BusinessCann : « Aucun traité de droit international ne pourra jamais obliger un pays à poursuivre ses propres citoyens si cela contredit son propre cadre juridique ou ses principes constitutionnels. »

« Si l’usage et la consommation personnels de drogues ne violent pas l’acquis communautaire, alors logiquement les étapes en amont de la consommation, comme la culture et le trafic, doivent également être possibles dans des conditions strictement contrôlées. »

« Je suppose que cette conception prévaudra à court ou moyen terme dans la procédure de notification officielle. »

Implication politique

L’année dernière a vu les premiers efforts paneuropéens coordonnés pour présenter un front uni sur la réforme du cannabis, impliquant l’Allemagne, la République tchèque, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas.

Ces efforts ont conduit le Conseil de l’Union européenne à adopter une nouvelle approche des drogues, fondée sur les droits de l’homme, qui a été qualifiée de « changement de paradigme » et qui pourrait ouvrir la voie à une réforme continentale du cannabis.

Il est donc difficile d’imaginer un scénario dans lequel les réformateurs politiques pro-cannabis de l’UE seraient totalement écartés du processus décisionnel.

M. Friedrich-Niermann est d’accord : « Pour l’instant, il est difficile de prévoir si seule la Commission agira réellement sur cette question.

« Certaines parties du Parlement européen ont déjà fait savoir qu’elles souhaitaient faire évoluer le cadre juridique du cannabis. Le Conseil de l’Union européenne pourrait également devenir actif dans ce domaine. »

En 2021, M. Niermann a cosigné un document sur la réforme allemande du cannabis qui prévoyait une légalisation pour le 1er avril 2024 – à ce jour, on ne sait pas encore si cette échéance sera respectée.

Néanmoins, avec un vent favorable, il est fort possible que l’Europe ait donné naissance au plus grand marché réglementé du cannabis au monde au moment des prochaines élections fédérales allemandes, en octobre 2025.

BusinessCann diffuse des nouvelles, des articles, des commentaires et des analyses sur les personnes et les entreprises qui forment les communautés européennes du cannabis médical, du chanvre et du CBD.

Sweet Seeds
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français


CBD Shop France est le réseau n°1 en France du CBD avec + de 100 boutiques

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !