Suivez-nous

Obligations, omissions et règles de l’UE : Kenzi Riboulet-Zemouli se confie sur la légalisation du cannabis en Allemagne

Publié

le

Légalisation du cannabis en Allemagne

Kenzi Riboulet-Zemouli, l’un des principaux experts européens en matière de politique relative au cannabis, s’est confié à BusinessCann quant au projet de légalisation du cannabis en Allemagne.

PUBLICITE

Malgré de graves lacunes dans son approche, il est peu probable que la Commission européenne ait le pouvoir d’arrêter l’ambition de l’Allemagne d’établir un marché du cannabis pour adultes, estime cet éminent expert international en politique des drogues.

En annonçant ses projets de législation sur le cannabis, l’Allemagne adopte une approche « interprétative » de ses obligations au titre des conventions internationales sur les drogues, qu’elle présentera à la Commission européenne après des discussions préliminaires.

Kenzi Riboulet-Zemouli exprime toutefois sa vive inquiétude à l’égard des propositions allemandes, qu’il juge « insuffisamment travaillées », « truffées d’erreurs » et « mal conçues ».

Le mandat des États-nations

Pour Kenzi Riboulet-Zemouli, le plus important est toutefois qu’un État-nation, même s’il est lié à un organisme économique régional plus important comme l’Union européenne, a la capacité – comme c’est le cas pour l’Uruguay et le Canada – de mettre en place son propre programme national de contrôle des drogues.

PUBLICITE

« Bien que l’Allemagne n’ait pas fait ses devoirs et que son livre blanc soit truffé de nombreuses erreurs fondamentales, l’interprétation des traités relève du mandat des États-nations et non de celui de la Commission européenne ou de l’OICS. Ils ne peuvent pas contester les interprétations que les États font de leurs engagements conventionnels. Et les États ont le droit d’aller de l’avant avec la légalisation tant qu’ils adoptent l’une des deux voies d’interprétation autorisées par le droit international », a-t-il déclaré.

Les deux façons possibles de procéder sont une approche interprétative « lex lata » pour légaliser l’industrie non médicale du cannabis en vertu de l’article 2, paragraphe 9, de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 (SCND), ou la légalisation en tant qu’expérience scientifique.

Des omissions surprenantes

Cependant, la déclaration interprétative de l’Allemagne ne mentionne aucune de ces options et, curieusement, ne fait même pas référence à la Convention unique de 1961, bien qu’elle contienne les principales dispositions légales sur le cannabis « et fasse ipso facto partie de l’acquis communautaire », selon M. Riboulet-Zemouli.

Le document mentionne également la Convention de 1988 en affirmant qu’elle a été ratifiée par l’Union européenne (UE), ce qui n’est pas tout à fait exact, puisque l’UE n’a ratifié qu’une petite partie de la Convention de 1988, qui ne concerne pas le cannabis.

PUBLICITE

M. Riboulet-Zemouli ajoute : « Bien que l’approche lex lata soit la bonne, il est très surprenant que l’Allemagne n’ait fait aucune référence à l’une ou l’autre de ces deux voies » et suggère qu’il y a peut-être un manque de clarté dans son approche.

« Il serait plus logique de faire référence à l’article 2, paragraphe 9, de la convention de 1961, qui est déjà utilisé pour le commerce légal du chanvre et du CBD et qui peut être étendu à une exemption totale du cannabis, quelle que soit sa teneur en THC, à des fins industrielles. »

« Ensuite, il y a l’article 28 qui prévoit une exemption totale de la culture du cannabis à des fins industrielles. »

« Ignorer ces dispositions et légaliser sans tenir compte de ces dispositions juridiques concrètes (ou même d’autres) représenterait malheureusement une violation prima facie du droit international. »

Avec sa déclaration interprétative, l’Allemagne affirme que la « mise en œuvre de l’accord de coalition – sous certaines conditions étroites de réglementation étatique et d’amélioration des normes dans les domaines de la santé et de la protection de la jeunesse ainsi que de la lutte contre le trafic de drogues illicites – est compatible avec l’objectif et les exigences juridiques des conventions ».

Mais elle reste silencieuse sur la nature de cette compatibilité.

Déclaration de la Commission européenne

Dans une réponse par e-mail à BusinessCann, Anitta Hipper, porte-parole de la Commission européenne (CE) pour les affaires intérieures, a déclaré que la Commission attendait toujours une demande officielle de consultation de la part de l’Allemagne.

Elle a ensuite fourni la déclaration suivante, qui se concentre uniquement sur le cannabis illicite et la dépénalisation, sans mentionner les progrès réalisés en matière de cannabis médical et à usage adulte sur le continent.

Elle a déclaré : « La législation européenne existante prévoit des sanctions pénales minimales pour le trafic de drogues illicites et interdit la culture du cannabis. L’acquis communautaire (décision-cadre 2004/757/JAI du Conseil) oblige les États membres à prendre les mesures nécessaires pour que les crimes liés au trafic de drogue, y compris le cannabis, soient punissables. »

« Cela signifie que, sauf dans le cas de l’usage personnel de drogues, qui est laissé à l’appréciation de chaque État membre, la législation de l’Union exige que toutes les activités liées au trafic de cannabis (production, fabrication, extraction, préparation, offre, mise en vente, distribution, vente, livraison) soient soumises à des sanctions par les lois nationales. »

« L’acquis communautaire ne couvre pas l’usage personnel des drogues. Il appartient donc aux États membres de décider comment aborder l’usage personnel des drogues, y compris pour le cannabis. »

Aucune réserve attendue

Kai-Friedrich Niermann, avocat allemand spécialisé dans le cannabis, a déclaré que les discussions préliminaires que l’Allemagne a eues avec l’UE indiquent une réponse favorable à ses projets.

Il a déclaré : « Aucune réserve fondamentale n’est à attendre à cet égard, sinon le gouvernement n’aurait pas choisi cette voie. D’autant plus qu’un certain nombre d’États membres se préparent déjà à une réforme de leur politique nationale en matière de cannabis. »

Il poursuit en disant qu’il s’attend à ce que l’UE commente l’approche de l’Allemagne à court terme, « afin que le projet législatif puisse être introduit au Bundestag comme prévu à partir de janvier ».

Et, s’il y a un retour de l’UE, il aura un impact limité.

Il a ajouté : « Le gouvernement allemand ne laisse aucun doute sur le fait que la légalisation du cannabis est politiquement souhaitée par lui et qu’il la fera passer contre vents et marées.

« Si la Commission européenne n’est pas d’accord avec les plans allemands – si tant est que cela soit juridiquement pertinent – elle ne pourrait le faire que dans la mesure où il s’agit d’établir une chaîne de valeur commercialisée, c’est-à-dire de la culture au commerce, la possession et la consommation personnelles étant privilégiées par le droit international et le droit européen. »

Violation des règles de l’UE ?

Kenzi Riboulet-Zemouli a souligné comment l’UE pourrait ouvrir une procédure d’infraction contre l’Allemagne pour violation de l’acquis communautaire.

Cependant, au-delà de la décision-cadre 2004/757/JAI du Conseil – mise en avant dans la déclaration de la CE à BusinessCann – il a soutenu que le droit européen comprend également ailleurs « des obligations claires et directes concernant le commerce licite de médicaments ».

Il a ajouté : « Si l’Allemagne n’a pas fait ses devoirs, les États-nations peuvent déterminer leur propre voie en fonction de leur propre interprétation des engagements internationaux. »

On peut se demander si l’Allemagne, en tant que membre fondateur et plus grand pays de l’UE, sera prête à faire cavalier seul.

Dans un document publié la semaine dernière, The Canna Consultants met cette question en avant en disant : « Si la réponse de la Commission à l’Allemagne est « non », il est presque inconcevable que l’Allemagne affronte la Commission de front dans une bataille publique sur cette question ».

M. Riboulet-Zemouli poursuit : « Je vois l’Allemagne aller très lentement dans la conception de la loi, le document qui a fuité (exposant ses plans) a été une surprise pour beaucoup au sein du gouvernement allemand et au-delà. Il n’a peut-être pas fait l’objet d’un consensus entre toutes les branches du gouvernement, ni avec les pays de l’UE qui ont travaillé en étroite collaboration avec l’Allemagne sur la réforme européenne. »

« Son approche est dispersée et cela pourrait bien refléter certaines des divisions internes de la politique allemande, ce qui ralentit maintenant la réforme allemande. »

BusinessCann diffuse des nouvelles, des articles, des commentaires et des analyses sur les personnes et les entreprises qui forment les communautés européennes du cannabis médical, du chanvre et du CBD.

Green Friday
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !