Uruguay : les ventes de cannabis légales dépassent désormais le marché noir

Uruguay Cannabis

En 2013, l’Uruguay devenait le premier pays au monde à légaliser l’usage récréatif du cannabis à l’échelle nationale. Cette mesure destinée à affaiblir un marché noir particulièrement étendu et influent en Amérique du Sud, s’est faite sans le soutien de la population. Aujourd’hui, les autorités constatent avec enthousiasme le succès de cette décision.

PUBLICITE

Le rapport de l’IRCCA

L’Institut pour la Régulation et le Contrôle du Cannabis vient de publier un rapport sur la situation du cannabis en Uruguay. Selon le rapport, 55% du cannabis consommé viendrait désormais du circuit légal. Le marché légal serait donc aujourd’hui plus important que le marché noir, ce qui était le premier objectif du gouvernement dans la légalisation du cannabis.

La principale explication avancée est la vente de cannabis en pharmacie, qui a démarré l’année dernière seulement après plusieurs retards et problèmes liés à la production et à la sécurité. Le lancement de la vente en pharmacie, initialement prévu pour 2016, n’avait eu le feu vert qu’en Juillet 2017. Trois mois après, les autorités attestaient du succès de l’entreprise : le nombre d’inscrits avait triplé depuis juillet et encore deux mois plus tard le nombre d’acheteurs atteignait les 16 000.

Malgré les problèmes de production et de sécurité, le nombre d’inscrits dans les registres atteint désormais 24 324, selon les chiffres de l’IRCCA. Avec les quelques 8 583 personnes pratiquant l’auto-culture et les quelques 2 339 membres des 91 clubs sociaux, le nombre d’utilisateurs légaux de cannabis atteint 35 246, soit 55% des consommateurs estimés de cannabis en Uruguay. Qui plus est, ces chiffres sont en constante augmentation : à peine un mois après la clôture de l’étude, près d’un millier de personnes en plus avaient rejoint le programme de cannabis en pharmacie.

Les chiffres du cannabis en Uruguay

Contrairement à la plupart des autres endroits où le cannabis a été légalisé, l’Uruguay a visé spécifiquement le marché noir, et a donc décidé de mettre à disposition un cannabis standardisé au prix de 1$ le gramme (un prix d’annonce ayant finalement été augmenté à 1,30$) largement inférieur au prix du marché noir. Les citoyens achetant du cannabis légal en pharmacie ont peu de choix parmi des variétés assez faibles en THC, et peuvent acheter un maximum de 10 grammes par semaine.

Le cannabis ainsi vendu atteindrait la tonne en 2017, avec 192 000 transactions de paquets de 5 grammes chacun. 56,2% de ces ventes ont été effectuées dans les pharmacies de la capitale car le reste du pays compte peu de pharmacies. On compte 12,44 personnes sur 1000 achetant du cannabis légal dans les départements disposant d’une pharmacie vendant du cannabis, chiffre qui est trois fois plus faible dans les départements sans pharmacies habilitées.

Les acheteurs de cannabis sont en général assez jeunes : 49,1% se situent dans la tranche d’âge 18-29 ans, 33,5% ont entre 30 et 44 ans, tandis que le reste des consommateurs ont plus de 45 ans. Enfin, il semblerait que la gente masculine s’intéresse plus au cannabis avec 70,2% des personnes listées dans les registres des pharmacies étant des hommes.

Suivez-nous sur Facebook !

Catégories liées : Tendances

Articles liés

Derniers articles

Ouganda et cannabis médical
L’Ouganda fournira-t-il vraiment l’Allemagne et le Canada en cannabis médical ?
Prescription de cannabis médical en France
Les Pays-Bas vont augmenter leur production de cannabis médical
cannabis et conduite automobile
Etude : les légalisations du cannabis n’ont pas augmenté le nombre d’accidents de la route aux USA
Déchets du cannabis en eau potable
Le Cannavore transforme les déchets du cannabis en eau potable
Programme Expogrow 2019
L’Expogrow 2019, c’est ce week-end
Cannabis dans le Maine
2 ans après la légalisation, le Maine publie son projet de régulation du cannabis

Laisser un commentaire