Rolling Papers

Rolling Papers

Alors que la première année de vente légale du cannabis au Colorado a largement fait les gros titres en 2014, le documentaire « Rollings Papers » va regarder derrière l’encre du Denver Post, pour partir à la rencontre du premier éditeur journalistique sur le cannabis, Ricardo Baca. Le film le suit alors qu’il se lance sa précieuse mission : raconter l’histoire d’un Etat qui a rompu les liens avec des décennies de prohibition du cannabis.

PUBLICITE

Le film commence son voyage en dévoilant le monde du journalisme cannabique, et en présentant Ricardo Baca et quelques membres de son équipe, dont John Ongold et Eric Gorski, un duo de journalistes un peu guindés chargés de maintenir un certain niveau d’intégrité et de sérieux dans ce nouveau marché du Colorado. Ensemble, ainsi qu’avec deux critiques de weed dont les premières responsabilités sont de fumer de grandes quantités de cannabis et d’écrire sur leur expérience au sein du site The Cannabist, l’équipe s’embarque dans une expédition journalistique au sein de la culture cannabis, et qui, parfois, ressemble au dernier sursaut d’un journal qui tente de survivre à la fin du papier et au règne du digital.

Néanmoins, « Rolling Papers » fournit un aperçu intéressant du rôle de Baca comme « premier rédacteur en chef du cannabis », et le fonctionnement interne d’un journaliste cannabique placé sous la coupe d’un grand conglomérat de journaux.

Le cinéaste a un certain flair pour capturer le mépris qui déborde du visage des collègues de Ricardo Baca au Denver Post lors des réunions éditoriales du personnel. Dans une scène notamment, le rédacteur Gregory Moore spécule que beaucoup de fidèles bédavent avant de participer aux offices de Pâques, ce qui ne suscite pas beaucoup d’enthousiasme de la pièce. En fait, il est surtout intéressant de voir qu’à l’exception de Baca et de Moore, personne ne ressent beaucoup d’excitation à l’idée d’être les premiers à défricher de manière journalistique les usages du cannabis.

La vraie valeur-ajoutée de « Rolling Papers » est de nous faire aimer Ricardo Baca et notamment sa capacité à sortir des sentiers battus et à abattre son travail sans se soucier de l’avis des autres. De son naturel décontracté à son respect des personnes qu’il interroge pour ses interviews, le film capture vraiment une année extrêmement abrégée d’un journaliste dont la plupart des personnes qui travaillent dans l’industrie de la weed se fichent totalement. Aujourd’hui, certains escrocs s’en rappellent certainement.

Dans une partie du film, on peut suivre Baca remuer la création du marché des edibles (la space food) du Colorado en lançant une investigation grandeur nature sur Dr. J’s, une entreprise dont les produits ont été retirés des magasins en 2014, après 3 mois de commercialisation, et des centaines de plaintes pour inefficacité des produits. A la fin, Baca cloue l’entreprise au mur en révélant, suite à des tests en laboratoire, que leur edibles censés contenir chacun 100mg de THC, avaient des quantités presque nulles du composé psychoactif.

Difficile de dire si le film rencontrera son audience, ou s’il sera regardé uniquement par les pairs de Baca pour voir comment il couvre le sujet du cannabis. En tout cas, il nous a plus.

A voir : le trailer de Rolling Papers

Disponible sur Netflix US

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

allemagne cannabis médical
Le marché du cannabis médical allemand en chiffres
chirurgie cannabis
Cannabis et chirurgie : un no-go ?
sport cannabis thérapeutique
Quand le monde du sport finance la recherche sur le cannabis médical
kansas légalisation cannabis médical
Etats-Unis : le Kansas légalise en partie le cannabis médical
addiction héroine CBD
Etude : le CBD permet de réduire les pulsions de consommation chez les héroïnomanes
tequila cannabinoides
Allemagne : une entreprise modifie la bactérie qui produit la tequila pour produire des cannabinoïdes

Laisser un commentaire