Suivez-nous

Québec : La consommation de cannabis augmente, sauf chez les jeunes

Publié

le

Consommation de cannabis au Québec

Les Québécois sont de plus en plus nombreux à fumer du pot. C’est le résultat de l’enquête annuelle du gouvernement local, menée entre février et juin 2021 auprès de 14 000 personnes. 20 % des habitants de la province disent avoir consommé du cannabis dans les douze derniers mois. C’est plus qu’en 2019 (18 %) et 2018 (14 %), année de la légalisation du cannabis dans tout le Canada.

PUBLICITE

Cependant, toute la société québécoise n’est pas devenue stone. L’augmentation de la consommation concerne « tous les groupes d’âge à partir de 25 ans », note le rapport. Avant cet âge, la consommation stagne ou baisse. « Chez les 18-24 ans, aucune variation statistiquement significative de la proportion depuis 2018 n’a été détectée. Par contre, chez les jeunes de 15 à 17 ans, on observe une diminution de la proportion, laquelle est passée de 22 % en 2018 à 19 % en 2021″, précisent les statisticiens.

Et c’est une bonne nouvelle, puisque le cannabis est très nocif pour les cerveaux en développement, c’est-à-dire pour les personnes de moins de 25 ans.

Les consommateurs réguliers sont, eux aussi, légèrement plus nombreux. La proportion de personnes ayant fumé du cannabis dans les trois derniers mois passe de 11 % en 2018, à 13 % en 2019, pour arriver à 15 % en 2021.

PUBLICITE

Toutefois, les auteurs du rapport apportent une nuance importante : « La consommation a été mesurée dans un contexte exceptionnel de pandémie. Comme cette consommation a pu être inhabituelle, il s’avère difficile de tirer des conclusions uniquement sur la base des résultats de cette édition. »

Seulement 11 % des achats sur le marché noir

Cette enquête éclaire aussi les modes de consommation. Premier enseignement : le marché noir a (quasiment) disparu. « La majorité (70 %) des Québécois ayant consommé du cannabis au cours des 12 mois précédant l’enquête se sont approvisionnés à la SQDC », c’est-à-dire les magasins d’État ayant le monopole sur la vente de cannabis

Seulement « 11 % se sont procuré du cannabis auprès d’un fournisseur illégal », relève l’enquête québécoise. C’est une prouesse, quand l’on sait que le Canada a mis longtemps à se débarrasser du marché noir. Il représentait 51 % des achats en 2018, et 35 % en 2020.

PUBLICITE

Ce retour en grâce de la SQDC peut s’expliquer par un plus grand nombre de magasins ouverts : 13 en 2019, 41 en 2020, puis 66 en 2020. De plus, les enseignes d’Etat vendent une gamme élargie de produits. Les edibles, longtemps boudés, sont désormais proposés en vitrine.

Ceci dit, le joint reste le produit phare, avec 85 % des personnes qui consomment des cannabis en le fumant. Ce nombre tend cependant à diminuer. D’autres méthodes, moins nocives pour la santé, se développent. « Les proportions de consommateurs disant l’ingérer dans un produit alimentaire, une boisson ou sous la forme d’une pilule ou de gouttes orales, ou encore le vapoter ou le vaporiser, ont augmenté depuis 2018″, souligne le rapport.

Journaliste indépendant, je considère le cannabis comme une culture, une économie et un sujet de société à part entière, qui mérite qu'on s'y intéresse avec la plus grande rigueur journalistique.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !