Suivez-nous
Cannabis et cerveau Cannabis et cerveau

Le cannabis et votre corps

Consommer du cannabis tue-t-il les cellules du cerveau ?

Depuis plus d’un siècle, des rumeurs persistent sur les dangers supposés de la consommation de cannabis. De la guerre contre la drogue aux commentaires culturels dans les films et les médias, fumer de l’herbe a souvent eu mauvaise réputation.

PUBLICITE

Nous allons ici démystifier les mythes sur la consommation de cannabis et nous plonger dans la recherche pour découvrir si la consommation de cannabis peut tuer les cellules du cerveau.

Origines du mythe du cannabis qui tue les cellules du cerveau

L’ère de la prohibition au XXe siècle a coïncidé avec certaines idées fausses sur la weed et ses effets sur les consommateurs. Les deux plus grands contributeurs à ces idées fausses sur les effets néfastes de la marijuana sur le cerveau sont Reefer Madness et la campagne Fried egg (des œufs au plat).

Reefer Madness est un film de 1936 qui a connu une résurgence dans les années 1970 et qui dépeint des événements excessivement violents liés à la consommation de cannabis. Les scènes mélodramatiques montrent de jeunes adultes fumeurs de cannabis sombrant dans diverses formes de folie et d’hallucinations jusqu’à ce qu’un avertissement sinistre apparaisse sur l’écran à la fin : « PREVENEZ VOS ENFANTS ».

Reefer Madness est un film de 1936 qui a connu une résurgence dans les années 1970 et qui dépeint des événements excessivement violents liés à la consommation de cannabis.

La campagne Fried egg est l’un des éléments des programmes de l’ère Reagan, tels que le DARE (Drug Abuse Resistance Education), qui visaient à sensibiliser les enfants des années 80 aux dangers potentiels des drogues. À cette fin, le Partnership for a Drug-Free America (PDFA) a parrainé un message d’intérêt public alarmiste présentant l’image d’un œuf jeté dans une poêle à frire grésillante. En arrière-plan, un homme lance un avertissement grave : « C’est votre cerveau. C’est votre cerveau sous l’emprise de la drogue. Des questions ? » La première publicité sur les « œufs au plat » a été diffusée en 1987 et relancée pas plus tard qu’en 2016.

PUBLICITE

Un aperçu de la recherche

Les scientifiques font généralement la distinction entre une consommation de cannabis peu fréquente et une consommation régulière, qui peuvent avoir des effets très différents sur le cerveau. Les recherches disponibles soutiennent l’idée que la consommation occasionnelle de cannabis peut avoir des effets neuroprotecteurs sur le cerveau, tandis que les effets de la consommation fréquente de cannabis sont moins clairs mais pourraient être négatifs.

« La seule preuve que j’ai pu trouver dans la littérature de la neurotoxicité des cellules du cerveau est causée par les cannabinoïdes synthétiques (comme le Spice et le K2). Les cannabinoïdes d’origine végétale semblent avoir l’effet inverse, du moins à court terme » explique le Dr. Adie Rae, neuroscientifique?

Études sur la consommation de cannabis et l’activité cérébrale

De nombreux cannabinoïdes présents dans le cannabis (notamment le CBD et le CBG, mais aussi le THC) sont en fait neuroprotecteurs, selon Rae. « Cela signifie qu’ils activent des processus cellulaires sains comme l’antioxydation, plutôt que de stimuler les processus cellulaires qui conduisent à la mort cellulaire. Le fait d’être neuroprotecteur est ce qui fait du cannabis et de ses dérivés des cibles intéressantes en tant que thérapies pour les troubles cérébraux dégénératifs comme la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer », a-t-elle déclaré.

Une revue de la littérature publiée en 2020 dans Molecular Neurobiology indique que le THC et le CBD pourraient potentiellement être thérapeutiques pour les personnes atteintes des maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

PUBLICITE

Une étude réalisée sur des souris et publiée en 2018 dans Neurobiology of Aging a montré qu’une très faible dose de THC injectée pouvait déclencher une inversion des déficiences cognitives liées à l’âge. Les effets positifs ont duré sept semaines.

D’autre part, une étude publiée en 2020 dans la revue Addiction Biology a montré que la taille totale de l’hippocampe, qui est important pour la mémoire et l’apprentissage, continue de se réduire avec une consommation plus fréquente de cannabis « Le cannabis ne « tue » pas nécessairement les cellules du cerveau, mais il y a clairement quelque chose qui n’est pas normal dans l’hippocampe des utilisateurs chroniques de cannabis », selon Rae.

En outre, certains consommateurs fréquents de cannabis présentent une réduction du volume de matière grise dans plusieurs régions du cerveau. Une étude de 2020 publiée dans la revue scientifique Neuroreport qui a démontré ces changements de matière grise chez les gros consommateurs de cannabis. « Encore une fois, cela ne signifie pas que le cannabis « tue » ces cellules cérébrales, mais les zones sont plus petites que la normale », explique Rae. « De plus, la consommation chronique de cannabis diminue la production de protéines clés qui servent d’outils de survie aux cellules du cerveau. »

Comment consommer le cannabis de manière intelligente

La modération est le meilleur moyen de s’assurer d’apprécier le cannabis en toute sécurité et peut-être même en tirer certains effets protecteurs du cerveau. Plutôt que de consommer du cannabis quotidiennement, envisagez de réduire votre consommation et de mettre de côté votre variété préférée comme un plaisir plutôt qu’une habitude.

Choisir des variétés à faible teneur en THC, qui ont moins de propriétés psychoactives, peut aussi être une façon plus intelligente de profiter du cannabis. Parmi les variétés populaires à faible teneur en THC, citons Ringo’s Gift, Harlequin, Cannatonic, Pennywise, ACDC et Sour Tsunami.

Enfin, expérimenter des méthodes de consommation de cannabis sans combustion peut être meilleur pour votre cerveau (à condition que la puissance soit faible) et sera certainement meilleur pour vos poumons.

Conclusion sur la weed et votre cerveau

Si des études ont montré des effets négatifs sur le cerveau des consommateurs fréquents de cannabis, des doses plus faibles de THC peuvent être bénéfiques.

« Étant donné que le système endocannabinoïde est impliqué dans tous nos processus cognitifs et homéostatiques, il est sage de consommer du cannabis de manière modérée et/ou de faire des pauses régulières », a déclaré Rae. Elle recommande une abstinence d’au moins 48 heures au moins une fois par mois.

Ce conseil s’adresse toutefois aux consommateurs adultes, et non à ceux dont le cerveau est encore en développement. « Il y a définitivement des effets du cannabis sur le développement du cerveau, que la personne soit in utero ou au lycée. La chose la plus sûre pour la santé du cerveau est d’attendre que le cerveau soit complètement développé, vers l’âge de 22 ans, avant de consommer du cannabis », a déclaré M. Rae.

Il semblerait que, lorsqu’il s’agit de la consommation de cannabis et de la santé du cerveau, moins est mieux.

Newsweed sur Facebook

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !