Pourquoi la forme des bangs importe ?

bong

Le concept du bang (ou pipe à eau) vient d’Asie. Souvent vu comme un « outil de défonce » (on a tous en tête cette bouteille d’eau percée d’un tube Velleda), il consiste pourtant à refroidir et à filtrer la fumée avec de l’eau pour rendre l’expérience plus douce et agréable. Popularisé en Occident pendant la génération hippie, les bangs sont devenus un instrument de choix pour les consommateurs avertis de cannabis et particulièrement populaires aux États-Unis.

Et si on trouve des bangs de toutes les tailles et surtout de toutes les formes, c’est qu’il y a de bonnes raisons !

Bang en tube

Le tube est la forme la plus basique et la plus classique pour un bong. La chambre est de fait étroite et le tout ne se compose que du tube et du downstem, un petit tube en verre qui plonge directement dans l’eau qui filtre la fumée et la refroidit. D’allure sobre, les bangs en tube ont l’avantage d’être faciles à nettoyer. Ils permettent également d’inhaler la fumée beaucoup plus rapidement et en plus grande quantité avec toutefois un effet plus fort. Ils restent une valeur sûre pour ceux qui ne sont pas plus que ça passionnés par les bangs.

Bang en Zig Zag

Les bangs en zig-zag ou zong sont assez communs. Ils peuvent avoir une ou plusieurs courbes. Au delà de leur esthétique non négligeable, les zongs ont aussi un avantage : ils empêchent de boire la tasse. En effet, si on aspire un peu trop fort sur des bongs classiques, on peut aspirer l’eau en même temps que la fumée, les courbes des zongs empêchant cela.

Bang en vase à bec

Les bangs en vase à bec sont les premiers bangs au look « laboratoire ». Ils sont très populaires aujourd’hui et se présentent sous la même forme que cet instrument de mesure que votre prof de chimie appelait obscurément erlenmeyer. La base du bong étant plus large qu’à l’ordinaire, ils sont moins faciles à renverser ce qui peut somme toute être utile lorsque on est un peu « dans les vapes ». Ils produisent également plus de fumée que les bangs classiques, tout comme les bongs à base ronde.

Bang à percolateur

Les bongs à percolateur ne sont pas vraiment un style de bangs à part entière mais plutôt un genre. Le but premier des bangs est de filtrer la fumée avec de l’eau pour rendre la prise plus agréable et aérienne. Ensuite, tous les procédés sont bons pour diffuser encore la fumée, au contraire du dabbing qui vise à concentrer la saveur et les cannabinoïdes. Les percolateurs sont là pour refroidir encore la fumée et rendre le tout encore plus doux. Ils sont plus efficaces dans la filtration de la fumée que les downstem, et certains percolateurs possèdent des fentes qui permettent de diffuser encore plus la fumée et de la rendre moins dense. Les bangs à percolateur sont plus technique, plus construits que les bongs à downstem mais moins pratiques à nettoyer.

Bang en Oeuf de Fabergé

Ces bongs tirent leur nom des fameuses pièces de joaillerie russes. Leur principal avantage est la forme en œuf de leur percolateur qui permet de faire plus de bulles et adoucit encore plus la fumée, la rend plus aérienne et agréable. Et  ils sont quand même assez stylés.

Bang recycleur

Ce genre de bongs est plus technique : ils possèdent plusieurs chambres à air, la fumée est donc filtrée plusieurs fois. Après son passage par le percolateur, elle est dirigée vers une plus grande chambre avec plus d’eau pour être de nouveau filtrée. Cela permet d’apporter encore plus de douceur et de pureté à la fumée. La plupart de ces bongs ont une chambre l’une dans l’autre mais elles peuvent aussi être séparées.

Bubblers

Les bubblers sont aussi des pipes à eau mais ont généralement la taille d’une pipe classique. Ils sont, de fait, bien plus pratiques car plus petits et donc portables, tout en apportant la filtration idéale de l’eau. Ils sont désormais souvent utilisés pour la consommation de concentrés.

A l’origine les bongs étaient faits en bamboos. Ils sont désormais le plus souvent en verre borosilicate et certaines pièces sont de véritables œuvres d’art. Les artisans verriers créent sans cesse des designs plus fous les uns que les autres avec des prix tout aussi fous qui atteignent les dizaines de milliers d’euros. La dernière folle invention en date dans le milieu : un bang qui fonctionne avec un laser.

Articles liés

Derniers articles

festival
Les festivaliers choisissent leur drogue en fonction de la musique
Logo de l'ICBC
L’ICBC aussi présente à Barcelone et à Zurich en 2019
cannabis médical production
Les compagnies canadiennes se disputent le leadership du marché latino-américain du cannabis
cerveau
Les propriétés anti-neuroinflammatoires des graines de chanvre
canopy growth
Canopy Growth se positionne sur le marché du chanvre américain avec un investissement de 100-150$M
autoculture chili
Chili : une loi qui garantit le droit des patients à cultiver leur cannabis poursuit son parcours au Sénat
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire